Richard Waddington

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard Waddington
Image illustrative de l'article Richard Waddington
Fonctions
Parlementaire français
Député
1876 - 1891
Sénateur
1891 - 1913
Gouvernement IIIe République
Biographie
Date de naissance 22 mai 1838
Date de décès 26 juin 1913
Résidence Seine-Maritime

Richard Waddington est un industriel, un historien et un homme politique français, né le 22 mai 1838 à Rouen (Seine-Maritime) et mort le 26 juin 1913 à Saint-Léger-du-Bourg-Denis (Seine-Maritime).

Biographie[modifier | modifier le code]

Richard Waddington était le fils de Thomas Waddington, manufacturier à Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir), et Ann Chisholm. Il était le frère de William Henry Waddington, qui fut Président du Conseil en 1879, et cousin du philosophe Charles Waddington. En 1870-1871, il organisa comme capitaine l'artillerie des mobilisés de la Seine-Inférieure. Richard Waddington dirigea la manufacture de coton de Saint-Rémy-sur-Avre (Eure-et-Loir). Industriel calviniste, Richard Waddington était un patron social et fut l'un des rapporteurs de la loi de 1892 sur le travail des femmes et des enfants[1].

Il fut élu député en 1876 et siégea au centre gauche. Il fut réélu en 1877, après la dissolution de la Chambre, puis en 1881, 1885 et 1889. En 1891, il fut élu sénateur de la Seine-Inférieure, puis réélu le 28 janvier 1900 et le 3 janvier 1909. Il mourut le 26 juin 1913, au cours de son mandat.

Richard Waddington écrivit d'importantes études historiques sur la diplomatie de Louis XV :

  • Louis XV et le renversement des alliances. Préliminaires de la Guerre de Sept ans (1754-56), Paris, Firmin-Didot, 1896.
  • La Guerre de Sept-Ans. Histoire diplomatique et militaire, 5 vol., Paris, 1899-1914.

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yannick Marec, Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales, Paris, La Documentation française/Association pour l'étude de la l'histoire de la Sécurité sociale, 2002, 2 tomes, 1362 p. [1]