Richard Rorty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McKay.

Richard Rorty

Philosophe Occidental

Époque Moderne

Description de cette image, également commentée ci-après

Richard Rorty (à gauche) avec Akbar Ganji

Naissance
Décès (à 75 ans)
École/tradition pragmatisme
Principaux intérêts Philosophie du Langage, Philosophie de l'esprit, Épistémologie, Éthique
Œuvres principales Contingence, ironie et solidarité ; Philosophy and the Mirror of Nature
Influencé par Friedrich Nietzsche, John Dewey, Donald Davidson, Jacques Derrida, W.V.O. Quine, Martin Heidegger, Marcel Proust, Vladimir Nabokov, Thomas Kuhn,Cornelius Castoriadis
A influencé Robert Brandom, John McDowell, Gianni Vattimo, Cornel West, Nancy Fraser, Sam Harris

Richard McKay Rorty (né le 4 octobre 1931 à New York et mort le 8 juin 2007), est un philosophe américain. Il eut une longue carrière dans des départements d'étude variés : Humanités, Philosophie, et Littérature. Son expérience intellectuelle complexe lui a donné une compréhension nuancée de la tradition analytique qu'il rejeta plus tard.

Considéré comme l'un des représentants majeurs de la pensée pragmatique contemporaine, Rorty a développé sa pensée aussi bien en philosophie politique qu'en épistémologie. Se réclamant aussi bien de l'héritage de William James, de John Dewey que de Nietzsche, Heidegger, Michel Foucault ou encore Quine et Davidson, il prétendait dépasser le clivage classique entre philosophes analytiques et continentaux en assumant l'héritage des deux traditions.

En politique, Rorty était « libéral » au sens américain du terme, c'est-à-dire engagé à gauche, et défenseur de la démocratie ; mais il refusait la justification, métaphysique selon lui, que les Lumières donnaient de ces principes.

Épistémologie[modifier | modifier le code]

Rorty soutenait que le mot « vrai » n'avait pas de signification. De ce que les phrases soient formulées par des gens et qu'elles seules puissent avoir les états « vrai » ou « faux », il conclut que ce sont les gens qui font la vérité. Pour ainsi dire, la vérité n'est pas « dans le monde ». Elle est créée par les gens qui créent les phrases. Par exemple, « l'herbe verte » n'a pas de valeur de vérité, mais « l'herbe est verte » est vrai ou faux. Mais pourquoi l'un ou l'autre ? Rorty discute que la valeur de vérité est créée par un accord entre les gens qui sont concernés avec la phrase en question. La valeur de vérité n'est pas dans le monde, mais seulement dans le vocabulaire des gens, donc ils ont le contrôle total sur cette valeur[1].

Œuvres principales[modifier | modifier le code]

Contingence, ironie et solidarité[modifier | modifier le code]

Dans Contingence, ironie, et solidarité (1989), Rorty abandonne la tentative d'expliquer ses théories d'un point de vue analytique, et propose un schéma conceptuel qui puisse remplacer celui des « Platonistes », qu'il rejette. Ce schéma est fondé sur l'idée qu'il n'y a pas de formulation intelligible de la vérité objective, et qu'elle ne doit donc pas être une finalité en elle-même. Rorty soutient qu'en conséquence la philosophie — tout comme l'art et la science — peut et doit être utilisée afin de nous pourvoir de la capacité de nous créer ou recréer. Ce livre est l'occasion pour Rorty d'articuler pour la première fois un idéal politique en accord avec sa philosophie, à savoir celui d'une communauté diverse qui soit unie par son opposition à la cruauté plutôt que par des idées abstraites comme la justice ou l'humanité commune.

Il introduit aussi le terme d'« Ironisme » qu'il utilise pour décrire sa mentalité et sa philosophie.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

en anglais[modifier | modifier le code]

  • (en) Philosophy and the Mirror of Nature, Princeton, Princeton University Press, 1979.
  • (en) Consequences of Pragmatism, Minneapolis, University of Minnesota Press, 1982.
  • (en) Philosophy in History, Cambridge: Cambridge University Press, 1985.
  • (en) Contingency, Irony, and Solidarity, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.
  • Philosophical Papers vols I-IV:
    • (en) Objectivity, Relativism and Truth: Philosophical Papers I, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.
    • (en) Essays on Heidegger and Others: Philosophical Papers II, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.
    • (en) Truth and Progress: Philosophical Papers III, Cambridge, Cambridge University Press, 1998.
    • (en) Philosophy as Cultural Politics: Philosophical Papers IV, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.
  • (en) Achieving Our Country: Leftist Thought in Twentieth Century America, Cambridge, MA, Harvard University Press, 1998.
  • (en) Philosophy and Social Hope, New York, Penguin, 2000.
  • (en) Against Bosses, Against Oligarchies: A Conversation with Richard Rorty, Chicago, Prickly Paradigm Press, 2002.
  • (en) The Future of Religion, with Gianni Vattimo; edited by Santiago Zabala, Columbia, Columbia University Press, 2005.
  • (en) An Ethics for Today: Finding Common Ground Between Philosophy and Religion; New York: Columbia University Press, 2005.

en français[modifier | modifier le code]

  • L'Homme spéculaire, Seuil,‎ 1990 (ISBN 978-2020122658)
  • Objectivisme, relativisme et vérité [« Objectivity, Relativism and Truth »], PUF,‎ 1994 (ISBN 978-2130459651)
  • Essais sur Heidegger et autres écrits [« Essays on Heidegger and Others »], PUF,‎ 1995 (ISBN 978-2130467717)
  • Contingence, ironie et solidarité [« Contingency, Irony, and Solidarity »], Armand Colin,‎ 1997 (ISBN 978-2200212537)
  • Conséquences du pragmatisme [« Consequences of Pragmatism »], Seuil,‎ 1999 (ISBN 978-2020126830)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Richard Rorty, Contingency, Irony, and Solidarity, Cambridge, Cambridge University Press, 1989, p. 5.

Voir aussi[modifier | modifier le code]