Richard Heslop

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Richard Harry Heslop
Richard Heslop
Surnom Fabien, Xavier, Alexandre ou Raymond
Naissance
Décès (à 65 ans)
Origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Arme agent secret britannique du Special Operations Executive
Grade lieutenant-colonel
Conflits Seconde Guerre mondiale

Richard Heslop, né le et mort le , est pendant la Seconde Guerre mondiale un agent secret britannique du Special Operations Executive (SOE), qui effectue trois missions clandestines en France occupée.

Identités[modifier | modifier le code]

  • État civil : Richard Harry Heslop
  • Comme agent du SOE :
    • Nom de guerre (field name) : « Fabien », puis « Xavier » (« Fabien » comme membre du réseau PRIVET d'Edward Wilkinson « Alexandre » ; puis « Xavier », comme chef du réseau MARKSMAN).
    • Nom de code opérationnel : MARKSMAN (en français TIREUR D'ÉLITE)
    • Nom sur les papiers : Louis Lejeune (à partir de septembre 1943)
    • Surnom : Raymond, pour les résistants liés à PRIVET[1].

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Richard Heslop naît le .

Première mission[modifier | modifier le code]

Avec pour nom de guerre « Fabien », pendant un an, il fait partie du réseau PRIVET d’Edward Wilkinson « Alexandre » dans la région d'Angers et du Mans.

Deuxième mission[modifier | modifier le code]

Définition de la mission MUSC. Il s'agit d'une mission exploratoire franco-britannique (BCRA-SOE) qui consiste à évaluer la situation des maquis de l'Ain et de la Haute-Savoie, l'importance de leurs effectifs, leur niveau d'instruction, et leurs besoins en armement et en ravitaillement.
  • Dans la nuit du 21/, il est déposé par opération aérienne sur le terrain JUNOT au sud de Tournus, accompagné du représentant du BCRA, le capitaine Jean Rosenthal « Cantinier ».
  • Accompagnés de Henri Jaboulay « Belleroche », responsable maquis de la région R1, ils font la tournée des maquis existants ou en formation dans les onze départements de la région. « Cantinier » installe un poste radio dans la gendarmerie de Megève.
  • Dans la nuit du 16/17 octobre 1943, un avion les remmène à Londres.
Bilan de la mission : leur rapport fait état de 2350 hommes prêts à combattre et propose le Plateau des Glières comme terrain de parachutage pour équiper la Haute-Savoie. « Cantinier » rend compte directement au général de Gaulle. C'est l'origine de l'armement des maquis du Plateau des Glières.

Troisième mission[modifier | modifier le code]

Ils se voient immédiatement confier une nouvelle mission opérationnelle interalliée en Savoie.

  • Dans la nuit du 18 au , l'équipe du réseau MARKSMAN :
- Richard Heslop « Xavier » chef du réseau,
- Owen Denis Johnson « Gaël », dit Paul, capitaine américain, opérateur radio,
- Elizabeth Devereaux-Rochester (ou Reynolds) « Élisabeth », courrier,
est déposée dans le Jura, sur le terrain ORION, près de Bletterans, en même temps que Jean Rosenthal « Cantinier », délégué de la France libre.
  • Après le débarquement, le réseau MARKSMAN est renforcé par l'arrivée du chirurgien britannique Geoffrey Parker « Parsifal », de l'expert en explosifs Gordon Norbable « Bayard » et de l'opérateur radio canadien Marcel Veilleux « Yvello ».
  • Automne 1944. La mission s'achève à la libération de la région.

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Après la Libération, il est promu lieutenant-colonel.

Il meurt le 17 janvier 1973. Ses cendres reposent au monument d'Échallon, Ain.

Ses mémoires[modifier | modifier le code]

  • (en) Richard Heslop, Xavier: the famous British agent's dramatic account of his work in the French Resistance, Hart-Davis, 1970. (ISBN 024663989X).

Reconnaissance[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

Richard Heslop est honoré aux monuments suivants :

  • Le Monument de la prairie d’Échallon a été érigé en reconnaissance pour l'aide apportée par les Ailes Alliées pour la Libération de la France. Ses cendres y ont été déposées[2]. Chaque année, le premier dimanche de juillet, une cérémonie commémorative est organisée par les anciens des maquis de l’Ain et l’amicale du Haut Jura.
  • Stèle édifiée à Hotonnes-en-Valromey, Ain (01260), Les Plans d'Hotonnes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Source : Henri-Jean Dutertre, p. 171.
  2. Les cendres de plusieurs responsables y ont été déposées :
    • Colonel britannique Richard Heslop « Xavier » (1907-1973), chef du réseau MARKSMAN ;
    • Capitaine français Raymond Aubin, dit Alfred Lajoie, (1909-1991) ;
    • Capitaine américain Owen Denis Johnson « Gaël », alias Paul, (1918-1993), opérateur radio du réseau MARKSMAN ;
    • Lieutenant canadien Marcel Veilleux « Yvello » (1921-2004), deuxième opérateur radio du réseau MARKSMAN, à partir de juillet 1944.

Sources et liens externes[modifier | modifier le code]

  • Fiche Richard Heslop, avec photographies : voir le site Special Forces Roll of Honour.
  • Maquis de l'Ain.
  • (en) Denis Rake, Rake's Progress; the Gay - and Dramatic - Adventures of Major Denis Rake, MC, the Reluctant British War-Time Agent, with a foreword by Douglas Fairbanks, Hardcover, 271 p., 22 cm, Publisher: Leslie Frewin, 1968, ASIN: B001JPUDB6 ; (ISBN 009087580X)
  • Henri-Jean Dutertre, Un parcours parmi tant d'autres, Éditions Opéra, 1995, (ISBN 2 908068-56-7).
  • Michael R. D. Foot, Des Anglais dans la Résistance. Le Service Secret Britannique d'Action (SOE) en France 1940-1944, annot. Jean-Louis Crémieux-Brilhac, Tallandier, 2008, (ISBN 978-2-84734-329-8) / (EAN 9782847343298). Traduction en français par Rachel Bouyssou de (en) SOE in France. An account of the Work of the British Special Operations Executive in France, 1940-1944, London, Her Majesty's Stationery Office, 1966, 1968 ; Whitehall History Publishing, in association with Frank Cass, 2004.
    Ce livre présente la version officielle britannique de l’histoire du SOE en France.
  • Lt. Col. E.G. Boxshall, Chronology of SOE operations with the resistance in France during world war II, 1960, document dactylographié (exemplaire en provenance de la bibliothèque de Pearl Witherington-Cornioley, consultable à la bibliothèque de Valençay). Voir sheet 46, MARKSMAN CIRCUIT.
  • Fabrizio Calvi, OSS, la guerre secrète en France, 1942-1945, les services spéciaux américains, la Résistance et la Gestapo, Hachette, 1990.