Richard Goldschmidt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Richard et Goldschmidt.

Richard Benedict Goldschmidt, né le 12 avril 1878 à Francfort-sur-le-Main, mort le 24 avril 1958, fut un généticien et embryologiste autrichien, célèbre pour sa théorie des monstres prometteurs.

Il a travaillé sur la tentative d'une synthèse de la génétique, de la biologie du développement et de la théorie de l'évolution autour du concept d'homéose.

Hypothèse des « monstres prometteurs »[modifier | modifier le code]

Goldschmidt défend un modèle saltatoire de l'évolution : selon lui, des mutations affectant des gènes intervenant dans le développement pourraient produire, en une seule étape, des individus très différents de la norme de l'espèce, éventuellement mieux adaptés à certaines conditions. Il appelle ces individus les « monstres prometteurs ». À cet égard, l'étude des mutants homéotiques occupe une position clé dans sa pensée.

Sa théorie, de la macroévolution par « mutations systémiques » a été mise de côté, suite à la découverte de la structure de l'ADN et la démonstration subséquente que la variation allélique constitue la cause des différences génétiques et phénotypiques, qui sont observées entre organismes. Certains auteurs s'appuient sur de récentes démonstrations d'hérédité épigénétique, chez des organismes supérieurs, pour redonner vie aux théories de l'hérédité lamarckienne et de la macroévolution par « mutations systémiques ».

Dès 1940, sa position est radicalement opposée au néodarwinisme. Selon lui, le développement embryonnaire est placé sous la régulation de quelques gènes principaux, qu’il propose d’appeler « gènes de taux de changement ». Ce qui veut dire que les mutations ne sont pas toujours minuscules, apportant chacune leur propre petit avantage sélectif ; de nouvelles structures, radicalement différentes, peuvent être construites en une ou un petit nombre de mutations des gènes de taux de changement. Celles-ci peuvent consister en une altération du rythme du développement (aboutissant à ce qu’on appelle une hétérochronie : par exemple, une déformation radicale du plan d’organisation, pouvant conduire à des innovations spectaculaires). La découverte des gènes homéotiques (Gènes HOX), d'abord chez la drosophile puis chez les vertébrés, a suscité un regain d'intérêt pour ses travaux.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Déterminisme du sexe et l'intersexualité, Félix Alcan, 1937
  • The Material Basis of Evolution, New York University Press, 1940

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]