Richard FitzAlan (4e comte d'Arundel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Richard FitzAlan, 4e comte d’Arundel et 9e comte de Surrey (1346 – 21 septembre 1397) fut un noble de l’Angleterre médiévale et un commandant militaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Richard FitzAlan, 3e comte d’Arundel et d’Éléonor de Lancastre, une fille de Henri de Lancastre, le 3e comte de Leicester et de Lancastre[1]. Il succède à son père le 24 janvier 1376[2].

Son frère, Thomas Arundel, évêque d'Ely de 1374 à 1388, devient archevêque d'York de 1388 à 1397, puis archevêque de Cantorbéry[3].

Lors du couronnement de Richard II d’Angleterre, Richard FitzAlan porte la couronne[1].

Il est arrêté, condamné à mort et exécuté en 1397.

Mariages et descendance[modifier | modifier le code]

Richard FitzAlan épouse Élisabeth (vers 1350 – 3 avril 1385), fille du comte Guillaume de Bohun, aux alentours du 28 septembre 1359. Ils ont sept enfants :

  • Éléonore (vers 1365 – 1375), épouse Robert de Ufford ;
  • Élisabeth (vers 1366 – 8 juillet 1425), épouse en premières noces William Montacute, puis en secondes noces le duc de Norfolk Thomas Mowbray, puis en troisièmes noces Robert Goushill de Hoveringham, puis en quatrièmes noces Gerard Afflete ;
  • Jeanne (1375 – 14 novembre 1435), épouse le baron William Beauchamp ;
  • Alice (1378 – avant octobre 1415), épouse le baron John Charleton ;
  • Thomas (13 octobre 1381 – 13 octobre 1415) ;
  • Marguerite (1382 – après 1423, épouse Rowland Lenthall ;
  • un fils prénommé Guillaume ou Richard.

Veuf, Richard FitzAlan se remarie avec Philippa, fille du comte Edmond Mortimer. Ils n'ont pas d'enfants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b G. E. C. The Complete Peerage p. 244-245.
  2. C. Given-Wilson, « Fitzalan, Richard (III), fourth earl of Arundel and ninth earl of Surrey (1346–1397) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, Sept 2004; online edn, Jan 2008.
  3. Powell & al., The House of Lords, p. 398.