Richard Asher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Asher (homonymie).
Richard Asher (1912-1969)

Richard Alan John Asher, FRCP, né le 3 avril 1912 à Brighton (Sussex, Angleterre) et mort le 25 avril 1969 à Londres dans le quartier de Marylebone, est un médecin endocrinologue et hématologue britannique à qui l'on doit la description, en 1951, du syndrome de Münchausen[1],[2].

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Richard Asher était le fils du révérend Felix Asher et de son épouse Louise (née Stern). Le 27 juillet 1943, il épouse Margaret Eliot en l'église de St Pancras, à Londres[3], après quoi son beau-père lui offre une édition complète de l' Oxford English Dictionary. Selon Maurice Pappworth, un médecin spécialiste d'éthique médicale, ce cadeau aurait été à l'origine de la passion d'Asher pour l'étymologie médicale[4]. Le couple aura trois enfants : Peter Asher (né en 1944), qui fut l'un des deux membres du duo pop Peter and Gordon avant de devenir producteur de disques, Jane Asher (née en 1946), actrice de cinéma et de télévision et romancière et Clare Asher (née en 1948), actrice radiophonique.

Le domicile de la famille Asher, un appartement situé au-dessus du cabinet privé du Dr Asher au 57, Wimpole Street a connu une brève notoriété au moment où Paul McCartney y a résidé, de 1964 à 1966, durant sa liaison avec Jane Asher[5].

En 1964 Richard Asher démissionne brusquement de ses fonctions hospitalières et abandonne vraisemblablement toute activité médicale[1]. Souffrant de dépression durant le reste de sa vie, il met fin à ses jours à l'âge de 57 ans[6].

Ses idées et sa réputation[modifier | modifier le code]

Asher est considéré comme « l'un des plus remarquables penseurs de la médecine de notre temps » (« one of the foremost medical thinkers of our times »)[7]. Il insistait notamment sur la nécessité de se montrer « de plus en plus critique vis-à-vis de notre propre manière de penser et aussi vis-à-vis de celle des autres » (« to be increasingly critical of our own and other people's thinking »)[8]. Il était particulièrement préoccupé par le fait que de nombreuses notions cliniques sont communément admises parce qu'elles sont confortables et non parce qu'il existe des preuves concrètes à l'appui de celles-ci (« many clinical notions are accepted because they are comforting rather than because there is any evidence to support them »)[9].

Richard Asher a été salué comme l'un des premiers[10] à remettre en cause le repos au lit, souvent abusif dans la période de convalescence[11]. Il soutenait également que la fièvre de Pel-Ebstein (supposée caractéristique de la maladie de Hodgkin) était un exemple de trouble « construit », n'ayant d'existence que parce qu'il porte un nom[12]. Son article de 1949 Myxoedematous Madness (la folie myxœdémateuse) [13] a attiré l'attention de toute une génération de médecins sur les relations existant entre le cerveau et la glande thyroïde. C'est ainsi que l'on a pris l'habitude de vérifier la fonction thyroïdienne chez les patients psychiatriques de tous les âges[14]. En effet, il est maintenant établi que certain cas de«  folie » étaient en fait des manifestations de l'encéphalopathie de Hashimoto, un syndrome neuroendocrinien rare se présentant occasionnellement comme une psychose[15].

Ses principaux articles[modifier | modifier le code]

Richard Asher a laissé le souvenir d'un « provocateur roboratif » (« refreshingly provoking »)[6], de par la tonalité de ses articles « parsemés de joyaux : ses propres aphorismes, dialogues imaginaires fantaisies et citations »[16]. Il pensait que la littérature médicale avait pour vocation de transmettre « un savoir utile, compréhensible et pratique au lieu d'une foul-2-mots-6-byl-1,1-compréhensibles-2-tout-1-chakin » (« useful, understandable, and practical knowledge instead ofallotov-words-2-obscure-4-any-1,2-succidin-understanding-them »)[17]. Des sélections de ses meilleurs articles ont reçu un accueil très favorable[7],[18], la collection intitulée Talking Sense étant considérée comme « restant la meilleure recommandation en matière de rédaction médicale » (« still the best advice on medical writing »)[19]. Parmi les principaux articles d'Asher, on peut citer :

Les sept péchés de la médecine[modifier | modifier le code]

Les « sept péchés de la médecine » (The Seven Sins of Medicine)[6]sont le titre d'une conférence donnée par Asher, puis publiée dans The Lancet, analysant dans la profession médicale des comportement considérés comme néfastes. Ces péchés, souvent cités en exemple aux étudiants, sont les suivants :

  1. L'Obscurité
  2. La Cruauté
  3. Les Mauvaises manières
  4. La Sur-specialisation
  5. L'Amour du rare
  6. La Stupidité commune
  7. La Paresse

Le prix Richard Asher[modifier | modifier le code]

Depuis 1995, un prix annuel est décerné en mémoire de Richard Asher par la Royal Society of Medicine et la Society of Authors. Ce prix récompense un livre spécialement destiné à l'usage des étudiants en médecine[21]. En 2010 le prix, d'une valeur de £1,200, a été attribué à Hugo Farne, Edward Norris-Cervetto et James Warbrick-Smith pour leur ouvrage intitulé : Oxford Cases in Medicine and Surgery, lors d'une cérémonie à la Royal Society of Medicine, à Londres, le mercredi 27 octobre 2010.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Anonymous, « R. A. J. Asher (Obituary notice) », British Medical Journal, vol. 2, no 5653,‎ 1969-05-10, p. 388–388 (lien DOI?)
  2. (en) Asher R, « Munchausen's syndrome », Lancet, vol. 1, no 6650,‎ 1951, p. 339–41 (lien PubMed?)
  3. (en) GRO Register of Marriages: SEP 1943 1b 4 PANCRAS - Asher = Eliot
  4. (en) Stephen Lock, « The words of medicine, R. Fortuine (book review) », Med Hist, vol. 47, no 1,‎ 2003, p. 139
  5. (en) Graham Vickers, Rock Music Landmarks of London, Londres, Omnibus Press,‎ 2001, poche (ISBN 978-0-7119-8675-6, lien LCCN?, lire en ligne)
  6. a, b et c (en) Bruce M.T. Rowat, « Richard Asher and the Seven Sins of Medicine », Humane Health Care (Volume 1, Number 2),‎ 1985 (consulté le 2008-03-20)
  7. a et b (en) Robert Drew, « Richard Asher Talking Sense by Francis Avery Jones (review) », Proc R Soc Med, vol. 66, no 5,‎ 1973, p. 488
  8. (en) Richard Asher, « Straight and Crooked Thinking », Br Med J, vol. 2, no 4885,‎ 1954, p. 460–462 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  9. Talking Sense quoted in (en) « Endpiece », Br Medical J, vol. 2, no 4885,‎ 1999, p. 1532
  10. (en) Sharpe M, Wessely S, « Putting the rest cure to rest--again », BMJ, vol. 316, no 7134,‎ 1998, p. 796–800 (liens PubMed? et PubMed Central?, lire en ligne)
  11. (en) Richard Asher, « Dangers of Going to Bed », Br Med J, vol. 2, no 4536,‎ 1947, p. 967–968 (lien DOI?)
  12. (en) Hilson AJW, DiNubile MJ, « Pel-Ebstein fever », N Engl J Med, vol. 333, no 1,‎ 1995, p. 66–67 (liens PubMed? et DOI?), citant la conférence d'Asher Making Sense (Lancet 1959;2:359)
  13. (en) Asher R, « Myxoedematous madness », Br Med J, vol. 2, no 4627,‎ 1949, p. 555–562 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  14. (en) Stephen Kiraly, Raymond Ancill et Gergana Dimitrova, « The Relationship of Endogenous Cortisol to Psychiatric Disorder: A Review », Canadian Journal of Psychiatry, vol. 42, no 4,‎ May 1997, p. 415–20 (lien PubMed?, lire en ligne [PDF])
  15. (en) P Garrard, JR Hodges, PJ De Vries, N Hunt, A Crawford et K Balan, « Hashimoto's encephalopathy presenting as "myxodematous madness" », J Neurol Neurosurg Psychiatry, vol. 68, no 1,‎ janvier 2000, p. 102-103 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI? ; lire en ligne)
  16. (en) Ruth Holland's introduction to A Sense of Asher, quoted in (en) « From a flea's teeshirt », British Medical Journal, vol. 313,‎ 1999-12-21, p. 1654–1656 (lire en ligne)
  17. (en) Richard Asher et MD Wright, « All the Vitamins », British Medical Journal, vol. 2, no 4532,‎ 1947-11-15, p. 788–788 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  18. (en) Raymond Greene, « Wit and Wisdom », British Medical Journal, vol. 4, no 5835,‎ 1972-11-04, p. 306–306 (lien DOI?, lire en ligne)
  19. (en) H.E.M. Kay, « How to Write and Publish Papers in the Medical Sciences (review) », Journal of Clinical Pathology, vol. 56, no 5,‎ May 1, 1983, p. 607 (lien PubMed Central?)
  20. (en) Dr James Le Fanu, « In sickness and in health », Daily Telegraph,‎ 2004 (consulté le 2008-03-20)
  21. (en) « Medical Books Awards », The Society of Authors,‎ 2008 (consulté en 22.07.2011)