Richard A. Gardner

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gardner.

Richard Alan Gardner est un psychiatre et un psychologue, né le dans le Bronx, à New York, et mort le . Il est l'auteur de la théorie du syndrome d'aliénation parentale.

Critiques[modifier | modifier le code]

La personnalité de Richard Gardner, et notamment ses positions sur la pédophilie sont un sujet de polémique important, notamment parce que cela remet en cause pour plusieurs associations la pertinence de sa définition du syndrome d'aliénation parentale.

Cette polémique est nourrie par le fait que sa description du SAP Syndrome d'Aliénation Parentale (ou PAS en anglais, Parental Alienation Syndrome), permette à la communauté scientifique d'établir précisément les degrés de cette aliénation parentale (plusieurs gros ouvrages de description avec une grille détaillée de critères et de symptômes).

Par le fait même de sa précision, ce syndrome ainsi analysé permet aux parents aliénants de trouver des éléments de défense auprès des cours de justice en vue de rétablir la garde de leur enfant.

En voici quelques illustrations. On a ainsi l'enfant d'abord (notamment dans Le livre noir de la garde alternée, paru en 2006 aux éditions Dunod[1]) ou le collectif féministe Sisyphe[2], plusieurs experts comme Stephanie J. Dallam (infirmière) ou Jennifer Hoult sont très critiques quant à la position de Richard Gardner sur la pédophilie. En effet, d'après ces publications, Richard Gardner soutient que la pédophilie serait un moyen de faire apparaître les pulsions sexuelles chez l'enfant de manière précoce, ce qui serait une pratique positive dans le cadre de la survie de l'espèce humaine[3],[4].

Richard Gardner, pour contredire les détracteurs, répond que, pour lui, la pédophilie est une mauvaise chose pour la société et le fait qu'il pense qu'elle fasse partie des comportements humains, comme toutes les autres paraphilies, ne signifie pas qu'il approuve ce comportement[5].

La majeure partie des ouvrages de Richard Gardner ont été publiés par sa propre maison d’édition, Creative Therapeutics, Inc. Richard Gardner est également l'auteur d'articles publiés dans des revues médicales après aval du comité de relecture. L'American Psychological Association dans ses Guidelines for Child Custody Evaluation in Divorce Proceedings référence[6] trois de ses ouvrages en tant que lectures pertinentes dans le domaine du choix de la garde d'enfants lors de procédures de divorce.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • The Parental Alienation Syndrome, Creative Therapeutics, 1992, (ISBN 0-933812-42-6)
  • Doctor Gardner's Modern Fairy Tales, Creative Therapeutics, 1977, (ISBN 0-933812-09-4)
  • Protocols for the Sex-Abuse Evaluation, Creative Therapeutics, 1995, (ISBN 0-933812-38-8)
  • Psychotherapy With Sex-Abuse Victims: True, False, and Hysterical, Creative Therapeutics, 1996, (ISBN 0-933812-41-8)
  • Sex-Abuse Trauma?: Or Trauma from Other Sources?, Creative Therapeutics, 2001, (ISBN 0-933812-47-7)
  • The boys and girls book about divorce, with an introduction for parents, by Richard A. Gardner. Foreword by Louise Bates Ames. Illustrated by Alfred Lowenheim (1970), Science House, (ISBN 0-553-27619-0)
  • Family Evaluation in Child Custody Mediation, Arbitration, and Litigation, by Richard A. Gardner. Creative Therapeutics, 1989, (ISBN 978-0933812208)
  • True and False Accusations of Child Sex Abuse, by Richard A. Gardner. Creative Therapeutics, 1992, (ISBN 978-0933812253)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jacqueline Phélip, , 2006. Chapitre 10, page 100 : «  Gardner a élaboré une théorie sur les bénéfices, pour la survie de l’espèce, des pratiques sexuelles déviantes : nécrophilie, zoophilie, coprophilie, etc. (1992). Plus encore, il recommande de ne pas incarcérer les pédophiles (1991) « parce que cela gênera la guérison de l’agresseur, et de plus, l’enquête judiciaire peut causer plus de tort psychologique à l’enfant que l’agression elle-même » (1968). Il plaide pour l’abolition du signalement obligatoire des maltraitances (1995). Selon lui encore, « les enfants peuvent être aidés à reconnaître que les rencontres sexuelles entre un adulte et un enfant ne sont pas universellement considérées comme des actes répréhensibles » (1992). ». Ces références proviennent directement de traductions d'écrits de Richard Gardner par Hélène Palma.
  2. Léo Thiers-Vidal (docteur en sociologie), Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste, 2004.
  3. Jennifer Hoult, The Evidentiary Admissibility of Parental Alienation Syndrome: Science, Law, and Policy, Children’s Legal Rights Journal, 2006. « He claimed that sexual activities between adults and children were “part of the natural repertoire of human sexual activity,”[338] and that adult-child sex was a positive procreative practice because pedophilia sexually “[charges] up” the child, making the child “highly sexualized” and more likely to “crave” sexual experiences that will result in increased procreation[339]. », p. 19
  4. Stephanie J. Dallam, Dr. Richard Gardner : A Review of His Theories and Opinions on Atypical Sexuality, Pedophilia, and Treatment Issues, Treating Abuse Today, janvier-février 1998, 8(1)"
  5. Richard Gardner, Misperceptions versus facts about Richard A. Gardner, 1999, publié dans The American Journal of Family Therapy octobre 2002. « I believe that pedophilia is a bad thing for society. I do believe, however, that pedophilia, like all other forms of atypical sexuality is part of the human repertoire and that all humans are born with the potential to develop any of the forms of atypical sexuality (which are referred to as paraphilias by DSM-IV). My acknowledgment that a form of behavior is part of the human potential is not an endorsement of that behavior. Rape, murder, sexual sadism, and sexual harassment are all part of the human potential. This does not mean I sanction these abominations. »
  6. Guidelines for Child Custody Evaluation in Divorce Proceedings, American Psychological Association