Ribot (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ribot
Image illustrative de l'article Ribot (cheval)
Ribot en 1956

Père Tenerani
Mère Romanella
Père de mère El Greco
Sexe M
Naissance 1952
Pays de naissance Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Mort 1972
Pays d'entraînement Drapeau de l'Italie Italie
Éleveur Federico Tesio
Propriétaire Lydia Tesio & Mario della Rocchetta
Entraîneur Ugo Penco
Cavalier Enrico Camici
Record rating timeform : 142
Nombre de courses 16
Nombre de victoires 16
Gains en courses $ 294 414

Ribot (1952-1972) était un cheval de course pur-sang anglais appartenant à l'élevage de Federico Tesio (1867-1954). Il fut l’un des plus grands champions de l’histoire des courses hippiques.

Né en Angleterre mais élevé en Italie dans le meilleur élevage du pays, issu du crack Tenerani et Romanella, par El Greco, ce poulain bai fut nommé, comme souvent dans l'élevage Tesio, en référence à un artiste (le peintre français Augustin Théodule Ribot). Il était le descendant d'une dynastie prestigieuse : Bellini, Cavaliere d'Arpino, Havresac II..., autrement dit la crème de l’élevage Tesio, lequel mourut avant de voir son plus beau joyau se couvrir de gloire en Europe.

Carrière de courses[modifier | modifier le code]

Beaucoup des plus grands champions de l’histoire connurent au moins une fois la défaite, tels Man O'War, Nijinsky, Sea Bird ou Brigadier Gerard. Ribot, lui, demeura invaincu tout au long de sa carrière. Durant trois saisons, il remporta non seulement toutes les grandes courses italiennes, mais étendit sa suprématie aussi bien en Angleterre, où il s’imposa dans les King George VI and Queen Elizabeth Diamond Stakes, ainsi qu’en France, où il signa son plus bel exploit en remportant par deux fois (en 1955 et 1956) le Prix de l'Arc de Triomphe, ce qui fait de lui l’un des cinq double vainqueurs de la plus prestigieuse course du monde, avec Ksar, Corrida, Tantième et Alleged. Le rating de 142 que lui attribua Timeform est le quatrième plus élevé de l'histoire.

Il débuta sa carrière à deux ans en Italie, et ne se produisit que sur l'hippodrome de San Siro à Milan. Trois courses, autant de succès, et une première campagne qui s'achève victorieusement, d'une tête, dans le Gran Criterium, la plus grande course italienne pour deux ans, à l'image d'un autre phénomène élevé par Federico Tesio, Nearco.

Ses trois victoires à deux ans, si elles furent nettes, n'avaient pas été acquises avec des écarts flatteurs. La donne change en 1955, puisque Ribot enchaîne quatre victoires très impressionnantes, malgré une absence contrainte pour de petits ennuis de santé, devançant par exemple le régulier Derain (futur vainqueur du St Leger italien) par dix longueurs dans le Premio Besana. C'est donc avec une réputation d'ogre que le poulain se présente au départ du Prix de l'Arc de Triomphe, sa première sortie à l'étranger. Et il justifie toutes les attentes en l'emportant brillamment, par trois longueurs, devant la crème des poulains européens. C'est auréolé de ce triomphe qu'il revient terminer sa saison en Italie deux semaines plus tard, où il ridiculise l'opposition dans le Grand Prix du Jockey-Club, laissant le double tenant du titre Norman à quinze longueurs.

Maintenu à l'entraînement à quatre ans, Ribot confirme qu'il est bien le meilleur cheval de la décennie. Après quatre balades italiennes, où il s'impose à chaque fois comme à la parade, notamment dans le Grand Prix de Milan, par huit longueurs, il se rend en Angleterre pour disputer les King George, où il s'impose sans émotions, par cinq longueurs. Le doublé dans l'Arc ne sera donc qu'une formalité, accomplie après ses adieux à l'Italie dans le Premio del Piazzale. À Longchamp, il fait enregistrer un des plus grands écarts de la course, gagnant de six longueurs. Invincible et invaincu, il se retire sur cette apothéose.

Au haras[modifier | modifier le code]

À l’issue de sa carrière de courses et après un an de monte en Angleterre, Ribot fut envoyé aux États-Unis à l'issue d'une syndication record de 1,35 millions de dollars. À l’origine, Ribot devait rester seulement 5 ans aux haras américain de Darby Dan, avant de revenir en Europe. Mais il montra un caractère extrêmement difficile, très dominateur et presque dangereux, si bien qu’aucune compagnie d’assurance n’accepta de couvrir le risque d’un voyage transatlantique. Ribot resta donc aux États-Unis jusqu’à sa mort, et fut enterré en 1972 au cimetière équin de Darby Dan.

Comme étalon, Ribot connut là encore une grande réussite. En Europe, il donna ainsi deux lauréats du Prix de l'Arc de Triomphe, Molvedo et Prince Royal, ou Ragusa (Irish Derby, St Leger, King George, Eclipse Stakes). Outre-Atlantique, ses fils Tom Rolfe (Preakness Stakes) et Arts and Letters (Belmont Stakes) se distinguèrent dans la triple couronne américaine, mais il faut citer aussi le surdoué mais malchanceux Graustark.

Très influent sur le stud, on le retrouve également dans les pedigrees de reproducteurs importants tels Alleged, His Majesty ou Danehill, et de nombreux champions, tant en Europe (Miesque, Sakhee…) qu’aux États-Unis (les classiques Funny Cide, Pleasant Colony ou Barbaro). Ribot fut sacré à trois reprises tête de liste des étalons en Angleterre et en Irlande (1963, 67, 68).

Honneurs et récompenses[modifier | modifier le code]

Signe de son immense popularité en Italie, le 18 mars 2003, la Poste de Saint-Marin a émis une série de 4 timbres en hommage aux plus grands chevaux italiens. Elle consacre Molvedo (timbre de 11 cent d'euros), Tornese (timbre de 15 cent d'euros), Ribot (timbre de 26 cent d'euros) et Varenne, ce dernier bénéficiant du timbre le plus cher, à 155 cent d'euros.

La Gazzetta dello Sport le classa 4e sur sa liste des plus grands champions italiens du XXe siècle.

Origines[modifier | modifier le code]

Joyau de l'élevage Tesio, Ribot est un fils du champion Tenerani, qui non seulement fut le meilleur poulain de sa génération en Italie (Derby Italien, Grand Prix de Milan, St Leger italien), mais s'imposa aussi en Angleterre, où il ravit la Goodwood Cup et les Queen Elizabeth Stakes (l'ancêtre des King George).

Origines de Ribot
Père
Tenerani
Bellini Cavaliere d'Arpino Havresac II
Chuette
Bella Mina Bachelors Double
Santa Minna
Tofanella Apelle Sardanapale
Angelina
Try Try Again Cyglad
Perseverance
Mère
Romanella
El Greco Pharos Phalaris
Scapa Flow
Gay Camp Gay Crusader
Parasol
Barbara Burrini Papyrus Tracery
Miss Matty
Bucolic Buchan
Volcanic