Riébeckite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Riébeckite[1]
Catégorie IX : silicates[2]
Crocidiolite variété de riébeckite

Crocidiolite variété de riébeckite
Général
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule brute H2Fe5Na2O24Si8Na2(Fe++3Fe+++2)Si8O22(OH)2
Identification
Masse formulaire[3] 935,89 ± 0,02 uma
H 0,22 %, Fe 29,84 %, Na 4,91 %, O 41,03 %, Si 24,01 %,
Couleur Bleu foncé; bleu; noir; vert foncé
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique ; C 2/m
Système cristallin monoclinique
Réseau de Bravais Centré C
Macle Parallèle à {100} simple ou multiple
Clivage Parfait {110}
Cassure Irrégulière; conchoïdale
Habitus Prismatique; massif; fibreux; columnaire; grenu; lamellaire; agrégat; radié
Échelle de Mohs 6
Trait Vert brunâtre
Éclat Vitreux; soyeux; mat
Propriétés optiques
Indice de réfraction a=1.68-1.698, b=1.683-1.7, g=1.685-1.706
Biréfringence Biaxial (-);Δ = 0.0050-0.0080
Fluorescence ultraviolet Aucune
Transparence Translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité 3.28 à 3.44
Propriétés physiques
Magnétisme Aucun
Radioactivité Aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La riébeckite est une espèce minérale, du groupe des silicates sous groupe des inosilicates, appartenant à la famille des amphiboles sodiques, de formule Na2(Fe2+,Mg2+)3Fe3+2Si8O22OH2 avec des traces de Fe, Ti,Mg,Al,Mn[4]. Elle peut donner des cristaux atteignant jusqu'à 20 cm [5].

Historique de la description et appellations[modifier | modifier le code]

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Décrite par le minéralogiste A. Sauer en 1888, la riébeckite doit son nom à Emil Riebeck (1853-1885), ethnologue, minéralogiste et naturaliste allemand[4].

Topotype[modifier | modifier le code]

Le topotype vient de l'île de Socotra, dans l'océan Indien, au Sud du Yémen.

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Orthoriebeckite, espèce déclassée, décrite par le minéralogiste K. Wilkmann en 1937[6].
  • Osannite, espèce déclassée décrite initialement par C. Hlawatsch en 1906 et dédiée à Karl Alfred Osann (1859-1923), professeur de minéralogie à l'Université de Karlsruhe, de Muhlhausen, et de Freiberg.

Caractéristiques physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Critères de détermination[modifier | modifier le code]

La riébeckite peut se présenter sous forme de cristaux tabulaires prismatiques ou de masses fibreuses aciculaires. La couleur des cristaux peut varier du bleu ou du vert foncé au noir lorsqu'ils ne sont pas altérés. Ils peuvent être translucides ou opaques et leur éclat est vitreux, parfois soyeux, parfois mat. Ils présentent un plan de clivage parfait selon le plan {110}, mais leur cassure est irrégulière et conchoïdale. Leur dureté est légèrement supérieure à la moyenne, soit 6 sur l'échelle de Mohs, et leur densité mesurée est peu élevée : de 3,28 à 3,4 [5]. Ce minéral laisse un trait vert brunâtre.

Cristallochimie[modifier | modifier le code]

Elle forme une série isomorphe avec la magnesioriébeckite. Elle fait partie du groupe des amphiboles et particulièrement de sous groupe des amphiboles sodiques.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Les paramètres de la maille conventionnelle sont : a = 9,769 Å, b = 18,048 Å, c = 5,335 Å, Z = 2 ; beta = 103,6 ° ; V = 914,24 Å3.

La densité calculée de 3,40.

Les tétraèdres silice-oxygène sont disposés en rubans doubles.

Variétés[modifier | modifier le code]

Gîtes et gisements[modifier | modifier le code]

Gîtologie et minéraux associés[modifier | modifier le code]

La riébeckite forme des cristaux bleu marine caractéristiques allongés, voire fibreux, dans les formations hautement sodiques de granites, de syénite (magmatique), et dans les schistes ferreux (métamorphique).

Minéraux associés :

Gisements producteurs de specimens remarquables[modifier | modifier le code]

  • Afrique du Sud
Province du Cap
  • Algérie
Massif volcanique d’Atakor, Hoggar, Province de Tamanghasset[7]
  • Canada
Carrière Poudrette, Mont Saint-Hilaire, Montérégie, Québec
  • France
Le Queyron, Saint-Véran, Hautes-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur
Forêt de Lindinosa, Évisa, Haute-Corse
Cristaux centimétriques de riébeckite noire près d'Évisa, Corse
  • Yémen
Île de Socotra

Exploitation des gisements[modifier | modifier le code]

Utilisations[modifier | modifier le code]

  • L'ailsite est une roche granitique riche en riébeckite provenant de l'île de Ailsa Craig en Écosse. Elle est utilisée comme matière première pour la fabrication de pierre de curling. La même roche, extraite de la carrière Moyles Quarry, a également été utilisée comme parement pour le viaduc de Canton, Massachusetts.
  • Les variétés asbestiformes utilisées dans l'industrie comme isolant thermique sont hautement toxiques, peuvent provoquer le cancer du poumon ou le mésothéliome (cancer de la plèvre).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) American Mineralogist, Volume 63, pp. 1023-1052 (1978)
  2. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. a et b Fiche de la riébeckite sur le site du projet EUROMIN
  5. a et b (en) The Handbook of Mineralogy John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh, and Monte C. Nichols, and published by Mineral Data Publishing Volume II, 1995 reprinted 2003}
  6. Neues Jarb. Mineral. Geol. Belage B4, A, 72, 300 1937
  7. M. Girod, Bull. Soc. Franç. Minéral. Crist. , 1963, LXXXVI, pp. 121-125.