Rhumsiki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rhumsiki
Administration
Pays Drapeau du Cameroun Cameroun
Région Extrême-Nord
Département Mayo-Tsanaga
Démographie
Population 11 880 hab. (2001)
Géographie
Coordonnées 10° 29′ 26″ N 13° 34′ 26″ E / 10.490681, 13.57392610° 29′ 26″ Nord 13° 34′ 26″ Est / 10.490681, 13.573926  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte administrative du Cameroun
City locator 14.svg
Rhumsiki

Géolocalisation sur la carte : Cameroun

Voir la carte topographique du Cameroun
City locator 14.svg
Rhumsiki
Mont Rhumsiki

Rhumsiki, parfois nommé Rumsiki ou Roumsiki, est un village de la Région de l'Extrême-Nord du Cameroun. Il est situé dans la chaîne des Monts Mandara à 55 km de Mokolo, le chef-lieu du département et à 3 km de la frontière avec le Nigeria[1].

Le village est représentatif de l'habitat du nord Cameroun. Les habitants, appartenant au groupe ethnique Kapsiki vivent dans des petites maisons bâties en pierres locales, surmontées d'un toit en chaume[2] ; les habitations sont réparties autour du village et dans la vallée avoisinante. Rhumsiki est l’un des endroits les plus touristiques du nord Cameroun[3].

La principale attraction est celle des paysages avoisinants. Ils sont décrits comme « remarquables »[4], « frappants »[5], « à couper le souffle »[2],[6] ou encore comme « un paysage presque lunaire »[3]. L'écrivain et explorateur André Gide a écrit que les paysages de Rhumsiki sont « parmi les plus beaux paysages du monde »[7]. L'effet spectaculaire est créé par des surrections volcaniques (des restes de volcans dormants), des affleurements de basalte et les monts Mandara. Le plus grand (et le plus photographié…) de ces rochers est le pic Kapsiki, culminant à 1 224 m[3].

Kapsiki, zone abritant le village de Rhumsiki

Rhumsiki s'est adapté au flot de touristes. Les enfants du village s'offrent comme guides touristiques, montrant aux visiteurs des attractions préprogrammées. Parmi celles-ci, les artisans, forgerons, potiers, fileurs, tisserands et danseurs traditionnels ainsi qu'un féticheur, devin utilisant pour ses prédictions un crabe qui manipule des pièces de bois[3],[2]. Rhumsiki est désormais un passage incontournable de nombreux itinéraires touristiques, ce que les guides de voyage dénoncent. Le Guide Rough[8] décrit Rhumsiki comme « envahi » et « entaché par le tourisme organisé » ; le guide Lonely Planet l’appelle « piège à touristes »[5].

La visite guidée standard du village amène le Rough Guide à douter de son authenticité  :

The appeal of the visit is largely to get a taste of the 'real' Cameroon, and the built-in flaw is that the more people come, the more distorted and unreal life in the village becomes

— Rough Guide[2]

« Le prétexte de la visite est d'obtenir un avant-goût du 'vrai' Cameroun, et le problème est que plus les gens viennent, plus la vie du village est modifiée et s’éloigne de la réalité du vrai Cameroun »

Rhumsiki, le devin au crabe

Le rocher de Rhumsiki est clairement phallique et, traditionnellement, les femmes stériles venaient faire des sacrifices à ses pieds ; de nos jours, un hôtel se propose comme destination privilégiée des lunes de miel.

Références[modifier | modifier le code]

  1. West, p. 219-220
  2. a, b, c et d Hudgens, p. 1130
  3. a, b, c et d West, p. 219
  4. Gwanfogbe, p. 9
  5. a et b Fitzpatrick, p. 264
  6. West
  7. Cité par West, p. 219
  8. Hudgens, p. 1118

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Mary Fitzpatrick, Cameroon, Lonely Planet Publications Pty Ltd., coll. « Lonely Planet West Africa »,‎ 2002, 5e éd.
  • (en) Mathew Gwanfogbe, Ambrose Meligui, Jean Moukam et Jeanette Nguoghia, Geography of Cameroon, Hong Kong, Macmillan Education Ltd.,‎ 1983
  • (en) Jim Hudgens et Richard Trillo, West Africa: The Rough Guide, Londres, coll. « Rough Guides Ltd. »,‎ 1999, 3e éd.
  • (en) Ben West, Cameroon: The Bradt Travel Guide, Connecticut - The Globe Pequot Press Inc., Guilford,‎ 2004
  • René Gardi, Kirdi, Alfred Scherz Verlag,‎ 1955