Revue des études juives

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Revue des études juives (ou REJ) est un trimestriel français fondé à Paris en juillet 1880 par la Société des études juives. À l'origine elle était publiée sous la direction d'Isidore Loeb et, après sa mort (3 juin 1892), sous celle d'Israël Lévi. Ses créateurs voulaient y mettre en œuvre un équivalent (mais non un calque) français de la grande entreprise d’étude scientifique du passé juif et de défense du judaïsme face à ses détracteurs qui s’était développée en Allemagne, la Wissenschaft des Judentums.

La REJ est organisée en volumes, dont deux contiennent les archives de l'année. Chacun de ces volumes se compose de deux numéros. Comme la Jewish Quarterly Review, elle est consacrée à la recherche scientifique et à la publication de textes inédits concernant le judaïsme, entre autres des documents relatifs à l'histoire du peuple juif. Presque tous les numéros contiennent aussi une section bibliographique spéciale, consacrée à la recension de travaux actuels sur la culture juive. Les contributeurs sont de diverses nationalités et appartiennent à différentes universités ou instituts de recherche, comme le CNRS.

L'éditeur de la REJ publie également des ouvrages séparés dans la « Collection de la Revue des études juives[1] », avec des auteurs tels que Mireille Hadas-Lebel.

Histoire[modifier | modifier le code]

Parmi les premiers contributeurs, on peut mentionner : Wilhelm Bacher, Arsène et James Darmesteter, Joseph et Hartwig Derenbourg, Joseph Halévy, Israël Lévi, Isidore Loeb, Zadoc Kahn, Meyer Kayserling, David Kaufmann, Nathan Porges, Samuel Poznanski, Moïse Schwab, Isaac Broydé, Abraham Epstein et Maurice Liber. Le plus prolifique d'entre eux était Isidore Loeb lui-même, qui, outre ses recensions bibliographiques, a enrichi ce périodique d'un grand nombre de textes aux contenus variés. D'un grand intérêt est une série d'articles de Joseph Derenbourg sur les études bibliques ainsi qu'une série sur la littérature rabbinique, dont les gloses d'Abu Zakariya ibn Bal'am sur Isaïe (texte arabe avec traduction française). D'intérêt non moindre sont les « Recherches bibliques » de Joseph Halévy, une série sur l'archéologie biblique contenant également les textes assyriens de la correspondance entre les dirigeants orientaux et les rois égyptiens Aménophis III et Aménophis IV (Akhénaton). Parmi les articles d'Israël Lévi une mention spéciale doit être faite pour ceux qui portent sur les légendes juives trouvées dans la littérature talmudique, avec les références aux sources non juives. Enfin Moïse Schwab a publié un grand nombre d'inscriptions hébraïques et des documents relatifs à l'histoire des Juifs français.

Après Israël Lévi, la revue fut dirigée notamment par Maurice Liber, Julien Weill, Georges Vajda, Gérard Nahon, Charles Touati, Gilbert Dahan ou Simon Claude Mimouni. Elle est actuellement dirigée par Jean-Pierre Rothschild et José Costa.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]