Reverso (montre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reverso.

La Reverso est une montre emblématique de la marque horlogère helvétique Jaeger-LeCoultre créée en 1931.

Historique[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Le concept qui allait donner naissance à la Reverso voit le jour en 1931 dans un club de polo britannique de l’Inde coloniale. César de Trey, citoyen helvétique, distributeur de montres de luxe et ami intime de Jacques-David LeCoultre, est alors de passage dans le pays pour affaires[1]. À l’issue d’une partie de polo, l’un des joueurs – un officier de l’armée britannique – montre à de Trey son garde-temps à la glace brisée et le met au défi de mettre au point un modèle suffisamment robuste pour supporter les chocs occasionnés par la pratique du polo sans s’en trouver altéré[2].

César de Trey confie la conception du mouvement horloger à Jacques-David LeCoultre et celle du boîtier à l’ingénieur Alfred Chauvot, qui dépose le 4 mars 1931 un brevet pour une « montre susceptible de coulisser dans son support et pouvant se retourner sur elle-même[2].». Grâce à ce mécanisme, le porteur du garde-temps peut faire pivoter le boîtier à 180 degrés pour protéger son cadran[2]. L’idée révolutionnaire[3] est baptisée Reverso – du latin « je me retourne » – et manufacturée par Jaeger-LeCoultre[4]. Les premiers modèles sont expédiés en Inde pour y être testés par des joueurs de polo.

Très vite, la popularité du modèle dépasse les frontières du monde du sport[5]. Dès les années 1930, les clients peuvent choisir parmi des dizaines de modèles le cadran qui ornera leur Reverso. Si le noir, l’argent et le blanc sont plébiscités, d’autres teintes sont également prisées par quelques clients, comme le marron, le bleu et le rouge. Ces modèles colorés sont, à l’heure actuelle, des pièces de collection extrêmement recherchées car rarissimes[6]. Aujourd’hui, la montre est reconnue de tous comme un symbole du design Art Déco et un modèle emblématique de l’histoire horlogère[7]

De fait, avant de devenir le symbole par excellence de Jaeger-LeCoultre, la Reverso a aussi été commercialisée sous d'autres marques : Cartier, Hamilton, Favre-Leuba, ou Patek Philippe[8].

Développements[modifier | modifier le code]

Le succès commercial et mondain de la Reverso fut immédiat[9] : le maharaja de Karputala en commande 50 pièces aux dos gravés à son effigie d'un coup. Le basculement protecteur du boîtier n'étant plus vraiment justifié[10], le dos de la montre devient rapidement l'emplacement de toutes sortes de décorations artistiques : émail, gravure, etc. Pourtant, malgré des problèmes d'étanchéité[11] dus à sa conception, que le fabricant reconnaîtra plus tard, la Reverso est vantée comme « la montre idéale aux armées »[12]. Dès 1933, trois nouveaux calibres équipèrent les Reverso : les calibres 404 (modèle femme), 410 (avec petites secondes à 6 heures) et 411 (secondes centrales)[13]. En 1937, Jaeger et LeCoultre fusionnèrent. La nouvelle société racheta les locaux de Vacheron Constantin[14] à Genève, où elle s'installa.

Jusqu'à la guerre, onze calibres différents ont été conçus pour la Reverso[13]. Cependant, la Seconde Guerre mondiale réduisit considérablement le commerce du luxe et après 1945, le modèle connut une désaffection complète. La mode était aux montres rondes : Wenger détruisit finalement l'outillage industriel de fabrication des boîtiers. Les rares demandes étaient réalisées avec le stock restant. Jusqu'à la fin les années 1960, la Reverso n'était plus qu'un symbole dépassé d'une époque révolue et semblait promise à une disparition prochaine. L'époque avait besoin de symboles plus modernes. En horlogerie, elle l'avait trouvé dans une nouvelle star helvétique : la « Moon Watch », le chronographe Speedmaster Professional d'Omega que la NASA avait choisi pour équiper ses missions spatiales.

La renaissance[modifier | modifier le code]

Au début des années 1970, le destin de l'industrie horlogère suisse tout entière semblait scellé : l'invasion des montres japonaises et du quartz avait relégué les montres mécaniques au rang d'antiquités. Jaeger-LeCoultre n'était pas en meilleure posture que ses concurrents et la Reverso paraissait le moins prometteur de tous ses produits. En 1972 pourtant, Georgio Corvo, le distributeur de Jaeger-LeCoultre en Italie[15], commanda la totalité des Reverso en stock (200 pièces). Manfred Fritz rapporte que la manufacture du Sentier fut tellement étonnée qu'elle demanda trois fois confirmation de la commande[16]. En dépit du scepticisme de la manufacture, Corvo s'entêta à relancer le produit. La plus grande difficulté venait de la disparition de l'ancien fabricant du boîtier et de la perte de certains plans de construction. Plusieurs constructeurs furent pressentis, un seul releva le challenge. Il fallut cependant trois ans avant de pouvoir fournir les premiers acheteurs de la nouvelle Reverso[17]. En 1975, la Reverso devint un produit très prisé de la jet-set italienne[18]. Dès lors, la Reverso connut un succès qui alla en s'amplifiant.

Le temps des succès[modifier | modifier le code]

Après sa renaissance italienne, la Reverso connut un engouement international croissant. En 1991, Jaeger-LeCoultre lança sur le marché un modèle « spécial soixantième » de grande taille (+13 %) tout en conservant les proportions du modèle original. Cet événement marque le début d'une exploration systématique du concept : version automatique, exploitation horlogère de la face arrière du boîtier, complications diverses, nouveau design, etc. Depuis 2003, Jaeger-LeCoultre fait partie du groupe Richemont, mais le développement stratégique de l'entreprise continue à être fortement axé sur la Reverso.

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, fort du succès de son modèle phare, Jaeger-LeCoultre a entrepris de le décliner sous de très nombreuses variantes, certaines de très haute horlogerie. La plupart appartiennent à l'horlogerie de luxe[19]. Historiquement, la Reverso est une montre mécanique à remontage manuel, mais on trouve désormais des modèles à remontage automatique, ainsi que des versions à quartz (surtout dans les modèles féminins de très petite taille).

Jaeger-LeCoultre prétend au titre de manufacture[20], elle se doit d'équiper les différents modèles de Reverso de calibres de forme, élaborés et fabriqués par ses soins.

La gamme actuelle[modifier | modifier le code]

En 2008, la gamme Reverso se présente ainsi[21] :

Modèles Homme[modifier | modifier le code]

  • Classique : calibre 846 (93 pièces[22]), le seul modèle qui reprenne pratiquement les dimensions du modèle d'origine ;
  • Grande Taille : calibre 822 (134 pièces) ;
  • Duoface : calibre 854 (180 pièces) ;
  • Grande Automatique : calibre 970 (233 pièces) ;
  • Grande Date : calibre 875 (218 pièces) ;
  • Grande Sun Moon : calibre 873 (213 pièces) ;
  • Grande GMT : calibre 878 (276 pièces) ;
  • Squadra[23] Home Time : calibre 977 (234 pièces) ;
  • Squadra Chonograph GMT : calibre 754 (296 pièces) ;
  • Squadra World Chonograph : calibre 753 (366 pièces) ;
  • Grande Complication à triptyque[24] : calibre 175 (642 pièces)  ;
  • À éclipses : calibre 849 (123 pièces) ;

Modèles Femme[modifier | modifier le code]

  • Dame : calibre 822 ;
  • Duetto Duo : calibre 854 ;
  • Duetto classique : calibre 865 ;
  • Duetto : calibre 844 ;
  • Squadra Lady[25] ;
  • divers modèles joaillerie ;

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Anne-Sophie Mallard, « Jaeger-LeCoultre - 180 ans de créations horlogères »,‎ 2006-10-23
  2. a, b et c « La Reverso de Jaeger LeCoultre : 75 ans et toujours aussi jeune et belle »,‎ 2006-10-23
  3. JESSICA MICHAULT, « The Only Way to Put Time in Reverse »,‎ 2011-12-02
  4. Kristian Haagen, « Jaeger-LeCoultre - A European Favorite »,‎ 2011-02-10
  5. « Jaeger-LeCoultre Reverso »,‎ 2012-12-03
  6. « Résultats de la vente aux enchères Jaeger-LeCoultre organisée par Artcurial à Paris »,‎ 2011-12-01
  7. « History of the Jaeger-LeCoultre Reverso »,‎ 2012-2013
  8. Jaeger-Lecoultre a produit de nombreuses montres sous le nom de ces marques. Reverso. La Légende vivante, p. 96-97. Une « Reverso Patek Philippe » est d'ailleurs exposée au Musée Patek Philippe à Genève.
  9. Une Reverso or coûtait 500 francs suisses à l'époque.
  10. Les premiers verres sapphire apparaissent en 1932
  11. Aujourd'hui encore l'étanchéité de la plupart de modèles est limitée à 3 atm.
  12. Affiche publicitaire des années 1930 reproduite dans Le Livre de la Manufacture, JLC, édition 1998, p. 45
  13. a et b Franco Cologni, Jaeger-LeCoultre. La Grande Maison, p. 115
  14. Pendant plusieurs années, Jaeger-Lecoultre et Vacheron Constantin ont appartenu au même propriétaire, Georges Ketterer.
  15. Le marché italien a toujours été à l'avant-garde en matière de luxe. Une autre pièce mythique de l'horlogerie suisse, le calibre El Primero produit par la firme Zenith a également été sauvé dans des circonstances similaires
  16. Reverso. La Légende vivante, p. 40
  17. Il fallut cependant attendre 1985 pour disposer d'un nouveau boîtier vraiment plus fiable que l'ancien. Ce nouveau boîtier est intégralement produit par Jaeger-LeCoultre
  18. L'un des revendeurs milanais constitua un album de toutes les personnalités qui lui achetèrent une Reverso : Enzo Ferrari, Giovanni Agnelli, Gianni Versace, etc.
  19. Depuis 1996, Jaeger-LeCoultre a passé sous le contrôle du groupe Richemont, une holding suisse de l'industrie du luxe, qui possède également Vacheron Constantin, IWC, Cartier, Piaget, Beaume & Mercier, Panerai, etc.
  20. En horlogerie, le terme de manufacture est réservé à une entreprise qui centralise et contrôle le 100 % de la fabrication de ses montres dans ses ateliers. Aujourd'hui, personne ne prétend plus être une manufacture au sens strict du terme. Au sens commercial, en revanche, la qualification manufacture est très « porteuse ».
  21. Liste établie d'après le catalogue 2008 de la marque
  22. Le nombre de pièces par calibre (et non pour l'ensemble de la montre) est fourni sur le catalogue 2008 de la marque
  23. Design carré, comme son nom italien l'indique. Jusqu'en 2006, la Reverso a toujours été rectangulaire et l'apparition d'un modèle carré, qui plus est de taille respectable, a provoqué des réactions contrastées. Cependant, selon JLC, les premières esquisses du projet sont illustrées par une boîte carrée.
  24. Son prix catalogue en version platine 950 s'élève à 464 000 (sic) francs suisses.
  25. Annoncée début avril 2008

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]