Rethonvillers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rethonvillers
Saint-Médard.
Saint-Médard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Montdidier
Canton Roye
Intercommunalité Communauté de Communes du Grand Roye
Maire
Mandat
Philippe Lefèvre
2014-2020
Code postal 80700
Code commune 80669
Démographie
Population
municipale
348 hab. (2011)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 44′ 03″ N 2° 52′ 00″ E / 49.7342, 2.866749° 44′ 03″ Nord 2° 52′ 00″ Est / 49.7342, 2.8667  
Altitude Min. 73 m – Max. 95 m
Superficie 7,12 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rethonvillers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rethonvillers

Rethonvillers est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le village est à 51 km au sud-ouest d'Amiens, sur la route départementale 930.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les couches argileuses de limon des plateaux constituent un sol de formation tertiaire, parfois mélangé aux silex. La couche de terre végétale est épaisse de 45 cm en moyenne. Au-dessous se trouve la craie[1].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

L'eau des puits, d'assez bonne qualité, se trouve à 25 mètres de profondeur, dans une craie jaunâtre. Le territoire ne comporte aucun cours d'eau[1].

Relief[modifier | modifier le code]

Un petit vallon, « La vallée des mouches », entaille le vaste plateau que forme le territoire[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Étalon Herly Herly Rose des vents
Gruny et Crémery N Billancourt
O    Rethonvillers    E
S
Champien Marché-Allouarde Marché-Allouarde

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La découverte d'une statuette en bronze, un Apollon figurant un César et représentant un enfant à l'apothéose, atteste de la présence romaine[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Rethonvillers eut des seigneurs à son nom.

Le duc Jean de Tilloy, vers 1100, possédait un château qui fut plusieurs fois détruit.

Jean, sire de Nesle, se dit homme lige du Roi, en 1230, pour la mairie de Sept-Fours[1].

Temps modernes[1][modifier | modifier le code]

En 1636, les Espagnols pillent le village. Les cloches de l'église sont brisées et emportées.

En 1757, le village a déjà une école des filles. La maîtresse est rémunérée par la fabrique de l'église.

Pendant la guerre de 1870, un jeune du village fut blessé près de Metz, d'autres furent prisonniers en Prusse.

En 1790, le village était chef-lieu de canton.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Retunviller est nommé en 1200. Puis, Retunviller, Retunville, et Rethouviller en 1701. Noms tirés probablement de celui du premier propriétaire des lieux[1].

Le hameau de Sept-Fours tire son nom du four banal qui aurait eu sept entrées[1].

Tilloy est une forme admise de tilleul, l'arbre qui pousse dans la contrée.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 1789   Hédouin   Prieur-curé[1]
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 André Mercusot    
mars 2008[2] en cours
(au 6 mai 2014)
Philippe Lefevre   Réélu pour le mandat 2014-2020 [3]

Le 1er janvier 2014, la commune de Rethonvillers s'est retirée de la communauté de communes du Grand Roye pour adhérer à la Communauté de communes du Pays Neslois[4], [5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 348 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
485 445 413 507 529 470 507 535 490
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
475 461 427 414 418 411 405 411 404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
383 351 340 313 342 341 322 316 364
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
366 335 286 303 335 300 325 327 343
2011 - - - - - - - -
348 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7].)
Histogramme de l'évolution démographique


En 1899, le village compte deux hameaux Tilloy et Sept-Fours respectivement de 19 et 50 habitants[1].

Économie[modifier | modifier le code]

En 1892 a cessé la fabrication de la « liqueur des Boyards », production locale[1].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Médard est une superbe église du XVIIIe siècle.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jean Maupin (...-1742), chirurgien, décède à Rethonvillers, à plus de 100 ans[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Notice géographique et historique, 1899, M. Dirouard, instituteur, Archives départementales de la Somme, Amiens
  2. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ 27 janvier 2009 (consulté le 8 mars 2009)
  3. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ 6 mai 2014 (consulté le 9 juin 2014)
  4. Claudine Delaire, « Une sortie du Grand Roye pour janvier 2014? », Le Courrier picard,‎ 15 janvier 2013 (lire en ligne).
  5. « Arrêté préfectoral du 28 octobre 2013 portant retrait de la commune de Rethonvillers de la communauté de communes du Grand Roye et adhésion à la communauté de communes du Pays Neslois, et portant modifications statutaires de la Communauté de communes du Pays Neslois » [PDF], Préfecture de région de Picardie (consulté le 3 août 2014).
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :