Responsabilité du fait des animaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Droit de la responsabilité
Flag of France.svg
Fondamentaux
Responsabilité civile
Responsabilité contractuelle
Responsabilité délictuelle
Responsabilité pénale
Responsabilité administrative
Régimes spéciaux

L’article 1385 du Code civil dispose que « Le propriétaire d'un animal, ou celui qui s'en sert, pendant qu'il est à son usage, est responsable du dommage que l'animal a causé, soit que l'animal fût sous sa garde, soit qu'il fût égaré ou échappé. » : il faut que l’animal ait causé un dommage (l’existence d’un dommage est une condition de la responsabilité).

Les conditions d’application[modifier | modifier le code]

La personne responsable[modifier | modifier le code]

La jurisprudence pose un principe fort simple : c’est le propriétaire de l’animal qui est responsable des agissements de celui-ci. Si l’animal se sauve et s’égare, le propriétaire est-il encore responsable des dommages que l’animal a causé ? La jurisprudence a clairement répondu oui, on reste pleinement responsable des dégâts que l’animal a causé.

On peut perdre la qualité de responsable si on transfère l’usage de l’animal, c'est-à-dire qu’on a confié cet animal a quelqu’un qui était en mesure d’en assumer la garde (pour apprécier cela, il n’y a pas de principe fixe cela relève du pouvoir souverain des juges du fond).

Si le dommage est causé par une pluralité d'animaux, tous les gardiens sont responsables. Cette responsabilité tombe si l'un d'eux prouve l'innocence du sien[1].

Les animaux[modifier | modifier le code]

L’animal pour le droit est une chose douée de vie, et ce principe regroupe très largement tout le règne animal (on peut être responsable aussi bien des abeilles que des chiens). Ce principe ne désigne pas nécessairement un animal domestique, on peut s’approprier un animal sauvage et il a parfois des mouvements de mode avec les NAC (nouveaux animaux de compagnie). Les animaux visés par le texte ne sont pas forcément dangereux, tous les animaux peuvent engager la responsabilité de leur propriétaire.

La question s’est posée si les animaux déambulant sur notre terrain pouvait engager notre responsabilité : est-ce que ces animaux dont on n’est pas propriétaire peuvent engager notre responsabilité ? La réponse de principe est négative, on n’est pas responsable de ces animaux, le gibier n’est pas une chose appropriée. Dans certaines hypothèses néanmoins, quelques propriétaires ont pu être poursuivis pour avoir laissé pulluler sur leurs terrains un nombre très important d’animaux.

Les possibilités d’exonération[modifier | modifier le code]

C’est une responsabilité sans faute, de plein droit. Les conditions d’exonération du gardien sont donc les mêmes que pour les choses, avec les mêmes ambiguïtés sur l’exonération partielle en raison de la faute de la victime ou d’un tiers, sauf que la jurisprudence est moins fournie sur la responsabilité des animaux (Cass 2003 : la présomption de responsabilité cède devant le fait d’un tiers ou de la victime présentant les caractères d’irresistibilité et imprévisibilité).

Assurance responsabilité civile pour chiens[modifier | modifier le code]

Alors que votre animal est généralement couvert par votre assurance responsabilité civile, il existe certaines races de chiens qui ne sont pas couvertes par cette garantie. Il s'agit des chiens d'attaque ou de défense: les chiens de berger, les chiens de bouvier, les pinscher, schnauzer et les molossoides[2]. En Allemagne, la souscription d'une assurance responsabilité civile est devenue obligatoire dans 5 Länder peu importe la race de chien : Berlin, Hambourg, la Basse-Saxe, Saxe-Anhalt et en Thuringe[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]