Resen (Macédoine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Resen.
Resen
Ресен
Blason de Resen
Héraldique
Drapeau de Resen
Drapeau
Le centre-ville
Le centre-ville
Administration
Pays Drapeau de la Macédoine Macédoine
Région Pélagonie
Municipalité Resen
Maire Mihail Volknanovski
Démographie
Population 16 825 hab. (2002)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 41° 05′ 17″ N 21° 00′ 44″ E / 41.088, 21.012241° 05′ 17″ Nord 21° 00′ 44″ Est / 41.088, 21.0122  
Altitude 865 m
Superficie 55 077 ha = 550,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Resen

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte administrative de Macédoine
City locator 14.svg
Resen

Géolocalisation sur la carte : Macédoine

Voir la carte topographique de Macédoine
City locator 14.svg
Resen
Liens
Site web www.resen.gov.mk

Resen (en macédonien : Ресен) est une municipalité et une ville du sud-ouest de la République de Macédoine. Elle comptait 16 825 habitants en 2002 et fait 550,77 km2. La ville comptait 8 748 habitants, le reste de la population étant réparti dans les villages alentour. La municipalité est située sur la rive nord du lac Prespa et est à ce titre un centre touristique important. Resen est également connue pour son château, exemple architectural unique en Macédoine.

Géographie[modifier | modifier le code]

La municipalité de Resen est située dans la vallée du lac Prespa. Sa superficie de 550,77 km2 est divisée entre 562 km2 de terres et 177 km2 d'eau, qui appartiennent au lac[1]. Le territoire de Resen est entouré par les municipalités macédoniennes d'Ohrid, de Demir Hisar et de Bitola, et est limité au sud par la Grèce et l'Albanie, les deux pays avec lesquels elle partage le lac Prespa. Resen est incluse dans la région statistique de Pélagonie.

La municipalité comprend la ville de Resen ainsi que 44 villages, dont 39 sont habités à l'année[1]. Ces villages sont Arvati, Asamati, Bolno, Braytchino, Volkoderi, Gorna Bela Tsrkva, Gorno Doupeni, Gorno Krouchiyé, Grntchari, Dolna Bela Tsrkva, Dolno Doupeni, Dolno Perovo, Drmeni, Evla, Ezerani, Zlatari, Izbichta, Ilino, Yankovets, Kozyak, Konysko, Krani, Kriveni, Kourbinovo, Lavtsi, Leva Reka, Leskoets, Lyouboyno, Nakolets, Otechevo, Petrino, Podmotchani, Pokrevnik, Prelyoubyé, Pretor, Raytcha, Slivnitsa, Sopotsko, Stenyé, Stipona, Tsarev Dvor, Chtrbovo et Chourlentsi.

La municipalité possède aussi l'île de Golem Grad, située dans le lac Prespa. Golem Grad est la seule île lacustre de la République de Macédoine. Le climat, semi-continental, est légèrement modifié par la présence du lac et par le passage de vents d'ouest méditerranéens. Les années sont généralement sèches et ensoleillées[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château sur une carte postale ancienne

Le nom de la ville est Resen (Ресен) en macédonien, en bulgare et en serbo-croate. En turc, la ville est appelée Resne, en grec, Resna (Ρέσνα) et en albanais, Resnjë ou Resnja.

Resen pourrait être le site de l'ancienne cité illyrienne de Damastion[3]. Plus tard, le territoire est traversé par la Via Egnatia, construite par les Romains à travers la péninsule balkanique.

Au Moyen Âge, la région du lac Prespa fait partie de l'Empire bulgare sous le règne de Samuel Ier. Après la Bataille de la Passe de Kleidion, des soldats bulgares qui avaient eu un œil crevé par les ennemis byzantins s'installent sur les rives du lac. Leur village est appelé Asamati par les Byzantins, nom qui signifie le village des gens à un œil. La région de Resen reste alors byzantine jusqu'à l'invasion ottomane au XIVe siècle.

Resen devient serbe en 1913 et suit ensuite le destin de la Yougoslavie avant l'indépendance de la République de Macédoine en 1991.

Démographie[modifier | modifier le code]

Lors du recensement de 2002, la municipalité comptait[4] :

Administration[modifier | modifier le code]

La municipalité est administrée par un conseil élu au suffrage universel tous les quatre ans. Ce conseil adopte les plans d'urbanisme, accorde les permis de construire, il planifie le développement économique local, protège l'environnement, prend des initiatives culturelles et supervise l'enseignement primaire. Le conseil compte 15 membres[5]. Le pouvoir exécutif est détenu par le maire, lui aussi élu au suffrage universel. Depuis 2009, le maire de Resen est Mihail Volkanovski, né en 1959[6].

Suite aux élections locales de 2009, le Conseil de Resen était composé de la manière suivante[5] :

Parti Sièges
Parti démocratique pour l'Unité nationale macédonienne (VMRO-DPMNE) 6
Union sociale-démocrate de Macédoine (SDSM) 6
Union démocratique pour l'intégration (DUI) 2
Parti libéral-démocrate 1
Parti turc (TDP) 1

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La municipalité est notamment connue pour les rives du lac Prespa et pour l'île de Golem Grad, surnommée « l'Ile aux Serpents ». Restée très sauvage, cette île est peuplée par de nombreux serpents et renferme plusieurs ruines antiques et médiévales.

Le Saraï, château inspiré du corps principal de Chenonceau, est une grande curiosité de la région. Il a été construit au début du XXe siècle par Ahmed Nyazi Bey, un des leaders des Jeunes Turcs. Il abrite notamment une colonie de potiers, membre de l'Académie internationale de Céramique de l'Unesco.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (mk) Site de la municipalité - Géographie
  2. (mk) Site de la municipalité - Climat
  3. Barrington atlas of the Greek and Roman world: map-by-map directory, Tome 1, by Richard J. A. Talbert, page 758, near Resen ?
  4. (mk)(en) Recensement de 2002
  5. a et b (mk)Site de la municipalité - Membres du conseil
  6. (mk) Site de la municipalité - Maire