Requerimiento

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Requerimiento (injonction ou sommation) est un texte rédigé en 1512 par le juriste espagnol Juan Lopez de Palacios Rubios. C'est une tentative de réponse légaliste aux problèmes posés par la rencontre des conquistadors avec les cultures indiennes d'Amérique. Ceux-ci sont censés lire le Requerimiento aux indigènes lors d'une première rencontre. Le texte, qui entend légitimer la conquête, commence par exposer une chaîne qui part de la création du Monde par Dieu[1], passe par Saint-Pierre et les papes, pour aboutir aux Espagnols, auxquels le pape aurait fait don de l'Amérique (allusion au traité de Tordesillas en 1494, par lequel le pape Alexandre VI partage le Nouveau Monde entre l'Espagne et le Portugal). Les Indiens étant maintenant informés de la situation, ils sont sommés de se soumettre, sous peine d'être réduits en esclavage.

Impraticable dans les faits (s'il n'y a pas d'interprète, par exemple), le texte donne lieu à beaucoup de critiques, dès sa première tentative d'application en 1514 (par Pedrarias Dávila à Panama), dans la Suma de Geografía du Bachelier Fernández de Enciso (1519), soit quelques années à peine après la rédaction du texte. Il rapporte dans une anecdote qu'après lui avoir lu le Requerimiento, un cacique du Cenú lui répond que le pape devait être fou et le roi d'Espagne ivre pour céder ce qui ne leur appartenait pas.

Montaigne en parle dans ses Essais en ces termes : « En costoyant la mer en quête de leurs mines, aucuns espagnols prirent terre en une contrée fertile et plaisante, fort habitée, et firent à ce peuple leur remontrance acoutumée : Qu'ils étaient gens paisibles, venans de lointains voyages, envoyez de la part du Roy de Castille, le plus grand prince de la terre habitable, auquel le Pape, représentant Dieu en terre, avait donné la principauté de toutes les Indes ; que, s'ils voulaient luy estre tributaires, ils seraient très bénignement traictez; leur demandait des vivres pour leur nourriture et de l'or pour les besoins de quelque medecine ; leur remontroient au demeurant la créance d'un seul Dieu et la vérité de notre religion, laquelle ils leur conseilloient d'accepter, y adjoutans quelques menaces »[2].

Bartolomé de las Casas dit du Requerimiento : « C'est se moquer de la vérité et de la justice, et c'est une grande insulte à notre foi chrétienne, à la piété et à la charité de Jésus-Christ, et cela n'a aucune valeur juridique »[réf. nécessaire].

Références[modifier | modifier le code]

  1. "(...) hace cinco mil y hasta más años que el mundo fue creado (...)"
  2. Montaigne, Essais , Livre III, Chap. VI : Des coches

Liens[modifier | modifier le code]

(es) Le texte du Requerimiento