Rendez-vous avec la chance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rendez-vous avec la chance est un film français réalisé par Emil-Edwin Reinert en 1949 et sorti à Zurich (sous-titré en allemand) en juin 1950, à l'occasion de la Semaine française du cinéma. Le film apparaîtra sur les écrans français dès le 23 août 1950, puis sera postsynchronisé en anglais et en russe et sous-titré en italien.

Synopsis du film[modifier | modifier le code]

La timide tentative d'un employé de banque, marié à un dragon domestique, pour secouer le carcan du travail et faire surgir l'aventure dans sa vie. Tentative sans lendemain, car l'argent fait toujours défaut et le gros lot reste hypothétique.

« (...) C'est l'histoire d'un employé de commerce[1], consciencieux, besogneux, dont le rêve est un lit à deux places, un grand lit conjugal qui représente pour lui le symbole de la vie heureuse.
Il trouve la femme, il possède le lit, mais pourtant il rate sa vie comme il a raté sa jeunesse et son mariage, en passant, par lâcheté, auprès du bonheur qui lui offrait une petite amoureuse et pure. (...) »

— "Le cinéma français marque un point avec Rendez-vous avec la chance", Jaqueline Michel, Le Parisien libéré, le 22 août 1950

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Critiques du film[modifier | modifier le code]

  • Lire une critique de Uni France Film Informations :

« "Rendez-vous avec la Chance" de Reinert est l'histoire émouvante, dans une grisaille sensible, des malheurs sentimentaux d'un comptable, Henri Guisol, qui a la chance de rencontrer Danièle Darrieux, et qui la laisse échapper pour toujours. Tous les épisodes de ce récit sont contés sur un rythme souriant, spirituel, très évocateur de la vie quotidienne du Français moyen. Le spectateur suit le film avec le sourire, mais on a quand même l'impression que, parfois, il s'essuie au coin de l'œil une toute petite larme. »

— Georges Huisman, France FILM Informations, 1950

  • Lire la critique du Figaro :

« "Rendez-vous avec la chance" Ce film a du charme; il touche le spectateur parce que nourri des milles riens de la vie quotidienne de l'homme de la rue. Rarement oeuvre cinématographique dépayse aussi peu : pas de rafales de mitraillette, pas de femme fatale, pas de cabarets de luxe. Seulement le bureau sombre, le patron irascible, les employés qui déjeunent sur un coin de table, le restaurant du samedi; les promenades sur la Marne; les économies de fin de mois.
Le personnage central a rendez-vous avec la chance - en l'occurrence une jeune dactylo qu'il protège, bien malgré lui et dans un rare moment d'audace, des foudres du patron. Hélas! trop tard! Notre employé s'est marié depuis peu avec une mégère. Il n'osera pas refaire sa vie. L'avanture ébauchée sombre dans le ridicule. On partait pour la Côte d'Azur : on s'arrête dans la banlieue et l'amoureux, qui a trop bu de mousseux, a bien mal au coeur en rentrant chez lui. Henri Guisol, jusqu'ici cantonné dans des rôles de composition de second plan, tient la vedette. Il est admirable en mari tyrannisé essuyant la vaisselle ou marchant sur les rondelles de feutre qui épargnent les parquets; en soupirant timide et borné, en employé déçu dans ses espoirs d'avancement. Brochard est un excellent "méchant patron" qui a des regards troubles vers la secrétaire. Danièle Delorme fait une très bonne composition.
Le film d'Emile Reinert est parfaitement soigné. De plus, le réalisateur est à chaque instant présent derrière chaque scène. Il sourit, il ironise, il appuie sur l'humour et quelquefois sur la cruauté des situations. Il a voulu être ni tout à fait noir ni tout à fait rose -- comme la vie. »

— Intérim, Le Figaro, le 31 août 1950

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rôle de Robert Bobin

Lien externe[modifier | modifier le code]