Renaud d'Herbauges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Renaud[1], Rainaldus, ou Ragenold, originaire d'Aquitaine (genere Aquitanicus), était comte d'Herbauges. Il semble cependant être membre de la famille des Rorgonides du Maine, ainsi que le laisse supposer le prénom d'Hervé, porté par un de ses fils[2].

Le comté d'Herbauges était constitué de trois pagi situés au sud de la Loire : « Arballicus » (Herbauges), « Metallicus » (Les Mauges), « Teofalicus » (Tiffauges) et détachés du comté de Poitiers[3]. Sa nomination est antérieure à juillet 835 date à laquelle il apparaît dans un combat contre les Normands à Noirmoutier.

Après la mort du comte Ricuin (841), il est nommé par Charles II le Chauve comte de Nantes Namneticae urbis comes au détriment de Lambert II qui avait pourtant combattu pour Charles à la bataille de Fontenoy-en-Puisaye et qui se serait considéré comme l'« héritier légitime » de son père l'ancien comte Lambert Ier de Nantes. Déçu dans ses ambitions, Lambert II qui selon la Chronique de Nantes avait été élevé (nutritus) chez les Bretons, rompt avec Charles le Chauve et se tourne vers Nominoë alors en révolte quasi ouverte contre le pouvoir franc[4].

Mettant à profit une maladie du chef breton, Renaud tente d'envahir son territoire à la jonction de l'évêché d'Alet et du comté de Nantes sur le voie romaine d'Angers à Carhaix. Une armée de Bretons commandée par le prince Erispoë avec le secours d'un contingent de Lambert II est battue à la bataille de Messac[5] (sur la Vilaine).

Peu après, Renaud est battu et tué par les Bretons et leur allié le chef viking Hasting (?) à la bataille de Blain le IX kalendas junii (24 mai) 843 selon la Chronique d'Aquitaine ce qui correspond aux 30 jours avant la prise de Nantes par les Normands et le meurtre de l'évêque Gohard (ou Gunhardus), le jour de la Saint Jean-Baptiste évoqué par les Annales de Saint-Serge d'Angers reprises dans la Chronique de Nantes.

Postérité[modifier | modifier le code]

Son commandement au sud de la Loire est alors confié à l'ainé de ses fils Hervé pendant que Lambert II occupe la ville de Nantes après le départ des Normands.

La Chronique de Saint-Maixent indique ensuite pour l'année 844 que Bernard le comte de Poitiers et Hervé sont tués par Lambert [6]. Les études récentes lui attribuent un autre fils, Ragenold, qui fut comte d'Herbauges, puis du Maine et marquis de Neustrie[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Renaud sur le site Medieval Lands
  2. a et b Christian Settipani, « Les origines des comtes de Nevers », dans Onomastique et Parenté dans l'Occident médiéval, Oxford, Linacre College, Unit for Prosopographical Research, coll. « Prosopographica et Genealogica »,‎ 2000, 310 p. (ISBN 1-900934-01-9), p. 85-112
  3. Noël-Yves Tonnerre Naissance de la Bretagne Presses de l'Université d'Angers (1994) (ISBN 2-90307558-1) p. 84
  4. Noël-Yves Tonnerre op.cit p. 83.
  5. Michel Dillange, Les comtes de Poitou, ducs d'Aquitaine : 778-1204, Mougon, Geste éd., coll. « Histoire »,‎ 1995, ill., couv. ill. en coul. ; 24 cm, 303 p. (ISBN 2-910919-09-9, ISSN 1269-9454, notice BnF no FRBNF35804152), p. 55
  6. Chronique de Saint-Maixent « L'année suivante Bernard, comte de Poitiers, et Hervé, fils de Rainaud, combattirent le comte Lambert et furent tués »