Renata Borgatti

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Renata Borgatti

Description de cette image, également commentée ci-après

Photographie de Renata Borgatti

Naissance 2 mars 1894
Bologne, Émilie-Romagne, Italie
Décès 10 mars 1964 (à 70 ans)
Rome, Latium, Italie
Activité principale Pianiste
Style Musique symphonique, opéra

Répertoire

Claude Debussy

Renata Borgatti, née à Bologne le 2 mars 1894 et morte à Rome le 2 mars 1964, est une pianiste italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Renata Borgatti est la fille de Giuseppe Borgatti, ténor wagnérien. Elle étudie d'abord la danse classique, mais l'abandonne au profit du piano et se spécialise comme concertiste de l'œuvre de Claude Debussy.

Elle se déclare comme lesbienne et se fixe à Capri, à partir de 1918, où la vie de bohême est mieux acceptée. Elle a une courte liaison avec une des plus célèbres femmes du monde d'Italie, la baronne Mimi Franchetti. Elle fait la connaissance en 1919 de la peintresse Romaine Brooks qui fait son portrait. Après cette histoire sentimentale, Renata Borgatti décide de quitter Capri et de poursuivre sa carrière en Europe. On la voit souvent jouer dans les années 1920 avec la violoniste Olga Rudge, dont l'amant d'alors est Ezra Pound, à l'époque critique musical. Renata Borgatti a une liaison avec la princesse de Polignac, célèbre mécène, puis elle se stabilise avec la musicienne Clara Haskil. Elle abandonne peu à peu la scène pour l'enseignement musical.

Elle meurt d'une leucémie à Rome, pendant que ses élèves, selon son désir, jouent La Passion selon saint Matthieu de Jean-Sébastien Bach.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • C. A., Renata Borgatti, "Il mondo della musica", II 1964, pp. 65-sgg.
  • Tito Fiorani, Le dimore del mito, La Conchiglia, Capri 1996, pp. 219–221.
  • Compton Mackenzie, Donne pericolose [1928], Longanesi, Milano 1946 (e successive edizioni). La Borgatti appare in questo romanzo sotto il nome di "Cléo Gazay".
  • James Money, Capri. La storia e i suoi protagonisti, Rusconi, Milano 1993, p. 182, 217, 297.
  • Giovanna Olivieri, Ladies' Almanack. Artiste e scrittrici a Parigi e Londra negli anni Venti e Trenta, &stro, Firenze 1992, p. 37.
  • Roger Peyrefitte, L'esule di Capri, Longanesi, Milano 1959 (che chiama la Borgatti, che era ancora viva, Rina Beretti), pp. 325–236.
  • Lea Vergine (a cura di), Capri 1905/1940. Frammenti postumi, Feltrinelli, Milano 1983, p. 58.

Images[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]