Renaison

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renaison (homonymie).
Renaison
La mairie
La mairie
Blason de Renaison
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Saint-Haôn-le-Châtel
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Roanne Agglomération
Maire
Mandat
Jacques Thirouin
2014-2020
Code postal 42370
Code commune 42182
Démographie
Gentilé Renaisonnais
Population
municipale
2 877 hab. (2011)
Densité 125 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 03′ 10″ N 3° 55′ 32″ E / 46.0527777778, 3.92555555556 ()46° 03′ 10″ Nord 3° 55′ 32″ Est / 46.0527777778, 3.92555555556 ()  
Altitude Min. 327 m – Max. 820 m
Superficie 23,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Renaison

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Renaison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Renaison

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Renaison

Renaison est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue du rond point à proximité de la poste

Renaison se situe au nord-ouest du département de la Loire, à 10 kilomètres à l'ouest de Roanne sur le canton de Saint-Haon-le-Châtel. La commune s'étend sur les premiers contreforts des monts de la Madeleine, au sein de la côte roannaise. Elle possède deux barrages, le barrage du Chartrain (ou barrage de la Tache) et le barrage du Rouchain. Ils sont la réserve en eau potable de tout le bassin roannais. La région est de plus propice à la viticulture.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La région semble habitée depuis les temps les plus anciens. Des silex bien taillés ont été retrouvés à la Panetière, une pierre levée à Peuil. Des vestiges datant de l'époque romaine ont été retrouvés, ce sont des substructions qui ont été découvertes au lieu-dit La Croix-Dieu. Enfin, l'origine de la paroisse remonte à la période chrétienne.

Avant 1294, des difficultés règnent entre les co-seigneurs du pays, les comtes du Forez et le prieur d'Ambierle. Ces difficultés sont réglées par une convention datant de cette même année. Elle règle en particulier les droits de justice. À cette même période, il semblerait que les Croisées rentrant de Palestine ramènent des noms pour les lieux-dits de Renaison (Judée, Montlivet). Des murailles pour la protection du château et du bourg sont construites au début du XIVe siècle. Au XVe siècle, le grand argentier du roi Charles VII, Jacques Cœur, possède la partie orientale de Renaison.La ville fut pillée par les calvinistes en 1576, en 1591 et en 1592-1593. Une épidémie de peste a lieu pendant les années 1629-1630. Les passages de soldats qui « vivaient de vols et de rapines » suscitèrent une émeute en 1691.

Lors de la Révolution française, la co-seigneurie prend fin. Saint-Haon-le-Châtel devient chef-lieu de canton à la place de Renaison ce qui entraîne des difficultés financières et administratives. Au début du XIXe siècle, le calme revient. Cela permet à Renaison d'être prospère tout au long du siècle grâce au vignoble, aux moulins sur la rivière, aux commerces, à l'artisanat et à la bourgeoisie. Vers la fin du siècle, une épidémie de phylloxéra détruit la quasi-totalité du vignoble.

En 1888, la ville de Roanne fait construire le Barrage de la Tache, beau barrage poids. Il sera terminé en 1891. L'église de Renaison, l'église Saint Pierre est construite en 1896. Pendant le XXe siècle, le vignoble se reconstruit et l'industrie du biscuit se développe. Renaison devient la commune principale de la côte roannaise. On construit la mairie et le clocher de l'église en 1909. Cette même année naît le Tacot, chemin de fer allant de Roanne à Ambierle, et desservant toute la côte roannaise.

La Première Guerre mondiale fait 69 tués et 17 disparus sur les 423 Renaisonnais mobilisés. La deuxième fait elle 15 tués et 3 disparus sur les 190 Renaisonnais mobilisés. Les soldats allemands incendient plusieurs immeubles le 10 août 1944 en guise de représailles car la Résistance est bien installée à Renaison. 28 jeunes Renaisonnais sont déportés. Pour ces faits, la commune reçoit la croix de guerre 1939-1945 avec l'étoile de bronze.

En 1969, la ville est jumelée avec Gruyères (Suisse). Un deuxième barrage est construit entre 1970 et 1975, c'est le barrage du Rouchain, un barrage-poids. En 1976, une école maternelle est construite, suivie de peu par un collège en 1978. Il sera agrandi en 1983 et 2006. Un deuxième jumelage est signé en 1992 avec Pagouda (Togo). Le 14 février 1994, l'ensemble du vignoble de la côte roannaise obtient l'appellation d'origine contrôlée (AOC). En 1998, la mairie est agrandie et les travaux de réaménagement urbain commencent. En 2003, Renaison entre dans la communauté de communes de l'Ouest roannais.

Depuis le 1er janvier 2013, la communauté de communes de l'Ouest roannais dont faisait partie la commune s'est intégrée à la communauté d'agglomération Grand Roanne Agglomération.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1884 1886 François Roudillon    
1886 1891 Pierre Rajot    
1891 1904 Ludovic Sardaine    
1904 1919 Gilbert Barathon    
1919 1929 Stéphane Bertaud    
1929 1935 Joannès Forge    
1935 1944 Stéphane Bertaud    
1944 1961 Victor Bonne    
1961 1965 Antoine Bouchery    
1965 1971 Joannès Duivon    
1971 1989 Robert Barathon   Conseiller général de 1985 à 1998
1989 1995 Henri Bertaud    
1995 2008 Jean-Claude Saby    
2008   Jacques Thirouin    
2014   Jacques Thirouin    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 877 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 700 1 750 1 528 1 909 1 974 1 977 1 913 1 913 1 818
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 866 1 843 1 988 1 997 2 142 2 202 2 329 2 825 2 435
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 432 2 342 2 093 1 801 1 803 1 889 1 885 1 881 1 895
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 713 1 780 1 918 2 251 2 563 2 653 2 798 2 834 2 818
2011 - - - - - - - -
2 877 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Fête patronale : Elle est organisée chaque année, autour du dernier week-end du mois de juin, en coordination avec la Fête de la Musique

Fête commerciale : Elle se tient autour du premier week-end de décembre.

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise « Délices du Palais » détruite par un incendie le 30 juillet 2007, est reconstruite sur la zone de Grange Vignat et inaugurée le 6 février 2009 par Hervé Novelli, secrétaire d'État chargé du commerce, de l'artisanat, des PME, du tourisme et des services. L'entreprise d'agroalimentaire emploie 120 salariés.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église St-Pierre
Construite en 1896, son clocher est construit en 1909. C'est une église néo-romane avec une nef à contreforts, un transept, une abside à quatre absidioles ainsi qu'un haut clocher en façade. De plus, un orgue est présent dans l'église. Il a été cédé en 1981 par la chapelle de l'œuvre de St Nicolas (Paris) à l'association St Roch de Renaison. Il a été classé monument historique le 12 novembre 1991.
  • La chapelle Saint-Roch
Construite en 1869 par l'architecte M. CHATARD, elle fut remise au culte de la paroisse à la fin de sa construction en 1872.
  • Le château de Beaucresson
C'est une propriété privée. Il se trouve au lieu-dit portant son nom sur la route de Saint-Germain Lespinasse et remonte au XVe siècle. Il possède une situation particulière car il se trouve à cheval sur les communes de Renaison et de Saint-Haon le Vieux. Ancien château fortifié entouré de larges fossés dont chacun des angles étaient marqué d'une tour. Une seule d'entre elle est encore debout aujourd'hui.
  • Le château de la Bernarde
C'est un domaine privé. Il est ouvert au public lors de la journée du patrimoine tous les deux ans ainsi que pour certaines occasions. Sa construction date de 1720-1750. Il est partiellement classé en tant que monument historique depuis le 16 mai 1979.
  • Le château de Taron
Il date du XVIIe siècle. C'est un château avec cour, jardins dessinés, pont-levis et terrasse. Il est aujourd'hui un Institut Médico Educatif
Un barrage poids arqué maçonné construit de 1888 à 1891, est un bel ouvrage d'art en pierre de taille. Mis en eau en 1892, il semblerait que ce barrage soit l'un des plus anciens barrages poids arqués maçonnés de France, avec ceux, légèrement antérieurs, du Gouffre d'Enfer et du Pas-du-Riot, sur le Furan, au sud du même département de la Loire.
Barrage-poids édifié en 1976. Il est séparé du barrage du Chartrain par une crête rocheuse.
  • Le Collège De La Côte Roannaise
Les élèves provenant principalement des villages voisins. (Renaison, Saint-Romain-La-Motte, Saint-Haon-Le-Vieux, Saint-Haon-Le-Châtel, Les Noës, Saint-Germain-Lespinasse, Saint-André-D'Apchon, Saint-Alban-les-eaux...)

Voies et lieux-dits[modifier | modifier le code]

143 odonymes recensés à Renaison
au 4 mai 2014
Allée Avenue Bld Carrefour Chemin Cité Clos Impasse Montée Place Pont Route Rue Square Autres Total
6 [N 1] 0 0 0 5 [N 2] 0 0 7 [N 3] 2 [N 4] 5 [N 5] 0 4 [N 6] 24 [N 7] 1 [N 8] 89 [N 9] 143
Notes « N »
  1. Allée de la Chapelle, Allée des Alloués, Allée des Chênes, Allée des Étoiles de Midi, Allée des Halles et Allée des Roberts.
  2. Chemin de la Bernarde, Chemin de la Biscuite, Chemin de la Grange Vignat, Chemin des Bérands et Chemin du Puy.
  3. Impasse Chantemerle, Impasse des Cèdres, Impasse des Halles, Impasse du Grand Cuvage, Impasse du Marly, Impasse Fremon et Impasse Grange de l'Eau.
  4. Montée des Acacias et Montée Saint Roch.
  5. Place du 11-Novembre, Place Commune, Place Crionnet, Place de la Barrière et Place du Marché.
  6. Route de la Croix du Sud, Route de Pouilly-les-Nonains, Route de Roanne et Route de Saint-Romain.
  7. Dont Rue du 10-Août-1944.
  8. Square du 8-Mai.
  9. Autres voies non identifiées en relation avec des écarts, lieux-dits, hameaux, zones industrielles, lotissements, résidences, quartiers, etc.
Sources : rue-ville.info & annuaire-mairie.fr & OpenStreetMap

Espaces verts et fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Renaison bénéficie du label « ville fleurie » avec « une fleur » attribuée par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[3].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier d’or aux trois jumelles de sable, au second aussi d’or aux trois fasces ondées de sinople, au chef de gueules ; sur le tout de gueules au dauphin d’or.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  3. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]