René Waldeck-Rousseau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Waldeck.
René Waldeck-Rousseau
Fonctions
Maire de Nantes
18721873
Prédécesseur Arsène Leloup
Successeur René de Cornulier
18701871
Prédécesseur Antoine Dufour
Successeur Arsène Leloup
Député de la Loire-Inférieure
23 avril 184826 mai 1849
Prédécesseur Antoine Dufour
Successeur Arsène Leloup
Biographie
Date de naissance 27 septembre 1809
Lieu de naissance Avranches (Manche)
Date de décès 17 février 1882
Lieu de décès Nantes (Loire-Atlantique)
Nationalité Française

René Waldeck-Rousseau

René Waldeck-Rousseau, né le 27 septembre 1809 à Avranches et mort le 17 février 1882 à Nantes, est un avocat et un homme politique français, député de Loire-Inférieure (1848-49), deux fois[1] maire de Nantes entre 1870 et 1873.

Il est le père de Pierre Waldeck-Rousseau, président du Conseil à l'époque de l'affaire Dreyfus.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avocat de formation, il arrive à Nantes en 1833. De 1840 à 1843, il donne des cours de droit commercial et de comptabilité dans les classes préparatoires du lycée de Nantes.

Il est élu député républicain de Loire-Inférieure à l'assemblée constituante d'avril 1848 à mai 1849.

Pendant le Second Empire, il est dans l'opposition au régime.

Il est élu conseiller municipal en 1865 sur une liste d'opposition au régime (Union libérale) qui emporte les élections (municipalité Dufour) ; en août 1870, il est réélu, cette fois sur une liste républicaine opposée à Antoine Dufour ; il devient maire de Nantes, avec Ange Guépin pour premier adjoint, et le 4 septembre, annonce officiellement à Nantes la proclamation de la République. Il emporte de nouveau les élections municipales d'avril 1871, est confirmé comme maire le 12 mai, mais démissionne en juillet.

Il est de nouveau maire de décembre 1872 à juin 1873, date à laquelle il se retire pour raisons de santé, laissant la fonction de maire à Julien-Charles Lechat, premier adjoint (non considéré comme maire pour cette période). En mars 1874, le gouvernement nomme une mairie prise hors du conseil municipal, dirigée par René de Cornulier[2].

Il fait partie de la Société des Droits de l'Homme.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le Livre doré de l’hôtel-de-ville de Nantes, Imprimerie Salières, Nantes, 1890, page 1 (mairie Cornulier)
  • Claude Kahn et Jean Landais, Nantes et les Nantais sous le Second Empire, Ouest Éditions, 1992, [ISBN 2-908261-92-8]. Fiche biographique page 291.Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jean Guiffan, Joël Barreau et Jean-Louis Liters dir., Le Lycée Clemenceau. 200 ans d'histoire, Éditions Coiffard, Nantes, 2008. [ISBN 978-2-910366-85-8] : Fiche biographique, page 463.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Trois fois selon la liste de la mairie de Nantes. Chronologie à préciser.
  2. Livre doré, 1890.