René Pottier (cyclisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis René Pottier (cycliste))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le cycliste. Pour l'explorateur et auteur, voir René Pottier (auteur). Pour les homonymes, voir Pottier.
René Pottier
Image illustrative de l'article René Pottier (cyclisme)
Informations
Nom Pottier
Prénom René
Date de naissance 5 juin 1879
Date de décès 25 janvier 1907 (à 27 ans)
Pays Drapeau de la France France
Équipe amateur
1903 Individuel
Équipe professionnelle
1904
1905
1906
Pro individuel
Peugeot - Wolber
Peugeot
Principales victoires
1 grand tour

Tour de France 1906
5 étapes dans les grands tours

Tour de France (5 étapes)

René Édouard Pottier (5 juin 1879 à Moret-sur-Loing - 25 janvier 1907 à Levallois-Perret) est un cycliste français. Il a remporté le Tour de France 1906 et est considéré comme le premier « roi de la montagne » du Tour de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Pottier naît le 5 juin 1879 au 3 rue Montrichard à Moret-sur-Loing en Seine-et-Marne. René Pottier remporte l’édition amateurs du Bordeaux-Paris 1903 puis passe professionnel. Deuxième de Paris-Roubaix et de Bordeaux-Paris en 1905, il dispute en juillet la troisième édition du Tour de France. Il se distingue lors de la deuxième étape en passant le premier au col du Ballon d'Alsace, ce qui lui vaut d'être considéré comme le premier « roi de la montagne » du Tour de France. Rattrapé ensuite par Hippolyte Aucouturier, il arrive à Besançon avec dix minutes de retard. Grâce à sa troisième place lors de la première étape, il prend la première place du classement général, alors établi aux points[1]. Il souffre cependant d'un tendon depuis une chute lors de la première étape et abandonne durant la troisième[2].

En 1906, il se classe troisième de Paris-Roubaix. Au Tour de France, après une première étape remporté par Émile Georget, il gagne quatre étapes consécutives. Il est d'abord premier à Nancy, puis signe un « grandiose exploit » au ballon d'Alsace et s'impose à Dijon avec 48 minutes d'avance. Il gagne ensuite à Grenoble et à Nice, après être passé en tête à Laffrey et au col Bayard, et remporte la dernière étape à Paris. Il sort vainqueur de ce Tour de France qu'il domine. Peugeot, qui l'emploie, écrase la course en occupant les quatre premières places et en remportant onze des treize étapes. Pottier remporte peu après le Bol d'or, épreuve sur piste de 24 heures[3].

Le 25 janvier 1907, René Pottier est retrouvé pendu au service de course de Peugeot. Il ne laisse pas d'explication. Son frère André expliquera ce suicide par un chagrin d'amour. Quelques semaines après, Henri Desgrange, patron du Tour, fait élever une stèle en sa mémoire au sommet du ballon d'Alsace[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

René Pottier et Georges Passerieu, tour d'honneur à l'arrivée du Tour de France 1906
  • 1904
    • Paris-Provins-Paris

Résultats sur le Tour de France[modifier | modifier le code]

  • 1905 : abandon (3e étape)
  • 1906 : Vainqueur du classement général et de cinq étapes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Tour de France 1905 - 2e étape », sur http://memoire-du-cyclisme.net/ (consulté le 23 janvier 2011)
  2. Chany 2004, p. 85-90
  3. Chany 2004, p. 98-103
  4. Chany 2004, p. 103-104

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Chany, La fabuleuse histoire du Tour de France : livre officiel du centenaire, Minerva,‎ 2004, 959 p. (ISBN 2830707664)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :