René Maltête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René Maltête

Naissance 8 mai 1930
Lamballe, Côtes-d'Armor, Drapeau de la France France
Décès 28 novembre 2000 (à 70 ans)
La Ferté-Villeneuil, Eure-et-Loir
Nationalité Française
Activités Photographe, écrivain, poète

René Maltête (8 mai 1930, Lamballe, Côtes-d'Armor - 28 novembre 2000, La Ferté-Villeneuil, Eure-et-Loir) est un photographe français dont la particularité était de fixer sur sa pellicule des images insolites et humoristiques. Il a aussi publié des recueils de poèmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Version condensée[modifier | modifier le code]

René Maltête commence à prendre des photos dès l’âge de 16 ans.

1951 : Il « monte » à Paris pour être assistant-réalisateur et se retrouve, en 1952, assistant-metteur-en-scène-stagiaire de Jacques Tati et de Claude Barma. Les temps sont durs, il doit pratiquer plusieurs petits métiers pour subsister.

En 1958, il intègre la célèbre agence Rapho.

En 1960, il réussit à faire publier son livre Paris des rues et des chansons, muni de textes de Jacques Prévert, Boris Vian, Georges Brassens, Charles Trenet, Pierre Mac Orlan. D’autres livres suivront.

Photographe vagabond, poète, humoriste, écologiste avant l'heure, René Maltête avait le talent de piéger avec son objectif des situations insolites de notre vie quotidienne. Drôles, poétiques, tendres, les photos de René Maltête ont été publiées dans la presse du monde entier, Stern, Life, Epoca, Camera, Asahi Camera, Punch, et de nombreuses expositions et cartes postales ont contribué à populariser son œuvre.

René Maltête est mort le 28 novembre 2000. Il est inhumé à La Ferté-Villeneuil, Eure-et-Loir.

Œuvres photographiques[modifier | modifier le code]

Ses photos[1] sont basées sur l'incongru avec un décalage inattendu, le trait d'humour est constamment présent, mais bien plus qu'une simple image, on y trouve une réflexion philosophique.

On peut, par exemple sur une des créations, voir en premier plan un panneau indiquant des travaux et en deuxième plan, un homme endormi sur un tas de sable. Ou bien, sur une autre photographie, un joueur d'échec face à un grand miroir, donnant l'impression qu'il joue avec sa propre image comme adversaire (plaisir solitaire)[2].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Ouvrages poétiques[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. rene.maltete.com
  2. René Maltête, Des yeux plein les poches, éd. Glénat