René Lecavalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lecavalier.

René Lecavalier (, Montréal[1] - [1]) est un animateur québécois de sport télévisé, un journaliste et un animateur de radio. Au Québec, son nom est irrémédiablement associé à la Soirée du hockey, à Radio-Canada, émission télévisée principalement axée sur les activités du club de hockey Les Canadiens de Montréal.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1937, à l'âge de 19 ans, René Lecavalier commence à travailler pour Radio-Canada, en tant que correspondant de guerre en Afrique du Nord[1]. En 1941, il y entre au Service des « annonceurs ». De 1942 et 1944, il est correspondant de guerre en Afrique du Nord au service des Nations-Unies[2]. De 1945 à 1951, il est l’hôte de nombreuses émissions culturelles[1], dont « Les concerts symphoniques » et « Les chefs-d'oeuvre de la musique »[2]. Il participe, à la même époque, à plusieurs radio-romans[2]. Après quelques années d'animation à la radio, il devient annonceur de nouvelles. Coanimateur du « P'tit train du matin » avec Miville Couture, de 1944 à 1949, il se dirige ensuite vers la chronique sportive[2].

En 1952, il commente la première partie de hockey diffusée, à la fois, à la radio et à la télévision de Radio-Canada et devient l'animateur attitré de la Soirée du hockey, poste qu'il quitte en 1985. Il fait aussi l'animation de séries importantes de hockey, telles en 1972, ce qui fut appelé la Série du siècle, l'affrontement entre les meilleurs joueurs de hockey canadiens et soviétiques et, en février 1987, les Rendez-vous 87 à Québec, une série de deux matches opposant la LNH et l'URSS, qui fut sa dernière prestation comme descripteur d'un match de hockey.

Il faut noter que la plupart des termes français utilisés au Hockey sur glace proviennent de Lecavalier, qui a francisé le vocabulaire sportif (anglophone) du temps. La qualité de son français, ainsi que le choix de ses expressions, entre autres Et c'est le but !, marquent l'animation du sport à la télévision.

Toujours pour le compte de la télévision de Radio-Canada, il amorce sa carrière de commentateur aux Olympiques lors des Jeux de Rome en 1960 et fait partie de l’équipe de diffusion de Radio-Canada en 1964 (Innsbruck), 1968 (Tokyo), 1976 (Montréal), 1980 (Lake Placid) et 1984 en plus d’être l’un des principaux commentateurs lors de nombreux Jeux du Commonwealth et Jeux panaméricains[1]. Pendant les Jeux olympiques d'été de 1976, tenus à Montréal, il est le chef d'antenne à la télévision de Radio-Canada.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Il a, en outre, reçu un doctorat honoris causa de l'Université de Montréal et de l'Université Laval.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]