René Gruau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gruau.
Signature de René Gruau

René Gruau, né Renato Zavagli-Ricciardelle delle Caminate[1] le 4 février 1909 à Rimini en Italie et mort le 31 mars 2004 à Rome en Italie, est un dessinateur, affichiste et peintre franco-italien connu dans le monde entier[réf. nécessaire] pour ses illustrations de mode et ses publicités restées dans la légende.

« Une robe réussie est celle qui a la netteté et l’aplomb d’un Gruau. »

— Christian Lacroix[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Renato Zavagli est né d'un père aristocrate italien[3], le comte Zavagli-Ricciardelle delle Caminate, et de mère française de l'aristocratie parisienne, Marie Gruau de la Chesnaie, dont il gardera plus tard le nom de jeune fille. Le couple se sépare alors que Renato Zavagli est encore jeune enfant ; il vit alors avec sa mère à Milan[1].

Alors âgé de quinze ans en 1924 et abandonnant son idée de devenir architecte, René Gruau — il utilise le nom de sa mère et francise son prénom —, s'installe à Paris et publie son premier dessin de dessinateur de mode sur les conseils d'une rédactrice de mode italienne. Ses dessins paraissent à la suite en Italie, particulièrement pour le magazine de mode Lidel, mais aussi en Allemagne et Angleterre. À l’époque, les magazines utilisent plutôt des illustrations que des photographies. Dès 1930, il réalise une première illustration pour Balmain[3].

De 1935 à 1939, sa réputation grandit, il est publié dans Femina, Marianne, Marie Claire, Silhouettes, L'Officiel, le magazine du Figaro et d'autres aux États-unis et en Angleterre.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il vit à Lyon puis à Cannes. Alors installé à Cannes, 1946 marque réellement le début du succès, et sa première collaboration avec International Textiles[4] pour lequel il dessinera toutes les couvertures jusqu’en 1984.

1947 marque le début de sa longue collaboration avec Dior avec lequel il participe à lancer le New Look d'après-guerre[1]. L'année suivante, il part aux États-Unis et travaille pour Harper's Bazaar et occasionnellement pour Vogue[n 1], puis devient l'artiste exclusif de Flair.

À partir de 1956, il se consacre au Lido (il dessinera pour cet établissement jusqu'en 1994), Moulin Rouge à partir de 1961, Le Casino de Paris, Jacques Fath, l'entreprise Boussac propriétaire de Christian Dior, Eminence, Blizzand (imperméables) ; au cours de sa carrière, ce sont 167 marques de luxe utilisent ses illustrations[3]. Il collabore également à de nombreux magazines pour les hommes comme Adam, Club ou Sir[7]. Il dessine également pour le théâtre, des décors et des costumes. Ces années-là marquent la suprématie de la photographie au détriment de l'illustration dans la presse ; René Gruau va alors se spécialiser dans la publicité de mode en plus du théâtre, pour revenir de temps en temps vers le dessin de mode.

De 1950 à sa disparition en 2004 à Rome[8], celui qui sera surnommé « le dernier survivant des grands illustrateurs de mode[5] » alors que l'illustration a perdu dans les magazines sa prédominance face à la photographie, travaille pour les plus grands noms de la Couture, Balmain, Balenciaga, Givenchy, Rochas tout en continuant les dessins de Mode pour Elle, Vogue, Madame Figaro, et L'officiel de la Couture[9].

Dès 1977, mais surtout à partir de 1986, de nombreuses expositions de ses illustrations[n 2] ont lieu en France ou à l'étranger, retraçant une carrière d'illustrations définies par Stéphane Rolland comme « une grâce infinie, image d'un parisianisme mondain, détaché et insolent[11]. »

Dior[modifier | modifier le code]

L'histoire de René Gruau est intimement liée à la marque Dior et son Couturier[n 3] : tous deux sont de jeunes illustrateurs d'une vingtaine d'années lorsqu'ils se rencontrent en 1930 au Figaro[12],[2].

En 1947 son ami Christian Dior, lui commande le dessin publicitaire du premier parfum, Miss Dior[n 4], ainsi que de la fameuse veste « Bar » symbole du New Look[12]. Il fait la campagne pour le second parfum, Diorama, la lingerie et les bas… Dans les années 1950, alors qu'il est demandé par tous les couturiers, Gruau dessine l'affiche de lancement de Diorissimo[13], puis pour le rouge à lèvre Rouge Baiser[14]. Pourtant, la photographie remplace peu à peu l'illustration dans les publicités. Mais Dior reste fidèle. En 1968, c'est la campagne pour Eau sauvage qu'il signe, des dessins transformés en publicité télévisée[15]. D'autres œuvres resteront emblématiques : la ligne de maquillage Diormatic en 1971, le parfum Diorella daté de l'année suivante avec l'image d'une femme moderne en pantalon…

Il restera fidèle 40 ans aux Parfums Christian Dior jusqu'aux années 1980 où il signera la campagne de publicité du parfum pour homme Jules[7]. René Gruau a, selon John Galliano, « capturé le style et l'esprit Dior[16] », tout en mouvements, avec la représentation d'une Parisienne chic[17], et à l'aide de ses trois couleurs fétiches : le rouge, le noir et le blanc.

Début 2011, Galliano présente une collection haute couture — sa dernière — en hommage au style fluide[n 5], aux effets ombrés contrastés et couleurs en clair-obscur[3],[18], au trait noir et épais qui cerne la silhouette[19] de l'illustrateur[20],[21],[22].

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Dessins[modifier | modifier le code]

  • 1947 - Chapeau de Paulette, couverture de Silhouette , dessin; mine de plomb ; Sbd
  • 1950 ca - Christian Dior , grande robe longue à volants, Dessin mine de plomb, Sbd
  • 1953 - Ensemble noir étude pour la couverture de L'Officiel de mars 1953 ; mine de plomb ; Sbg, légendé et numéroté 5 en bas à droite

Illustrations[modifier | modifier le code]

Dans un grand nombre de magazines dont:

  • Femina : (pages de mode et couvertures) de 1935 à 1939 et de 1945 à 1948, puis en 1952
  • L'Officiel : (pages de mode et couvertures) en 1940 et de 1946 à 1953 en 1958, 1960, 1964, 1968, et 1989
  • Adam : (couvertures et quelques articles) de 1948 à 1957
  • Vogue : (couvertures et pages de mode) de 1945 à 1948
  • Album du Figaro : (pages de mode) de 1945 à 1948
  • Plaisir de France : (pages de mode) en 1949, 1951 et 1953
  • Silhouettes : (pages de mode et couvertures) en 1941, 1942, 1944, 1945, 1948 et 1949
  • Madame Figaro : (pages de mode et couvertures) de 1986 à 1988
  • Marie-Claire : de 1940 à 1943
  • Chapeau mode :
  • Elle : en 1983

Parmi les magazines étrangers:

  • International Textiles (en), plus tard nommé The Ambassador : (pages de mode et couvertures) entre 1948 et 1986
  • Sir : entre 1969 et 1980
  • Lidel : ( pages de mode et couvertures) de 1928 à 1932 et en 1935
  • Fortuna : (pages de mode et couvertures) en 1947 et 1948
  • Flair : (pages de mode et couvertures) en 1950
  • Club : (couvertures) entre 1949 et 1965
  • Magazine de la firme Bemberg (couvertures) en 1955, entre 1959 et 1962, en 1964, 1966, 1979, 1980 et 1986
  • Harper's Bazaar, USA (pages de mode) en 1950
  • Die Dame aux environs de 1930
  • 15 août 1930 - Couverture de Lidel
  • août 1932 - Couverture de Lidel
  • 1936 - Chapeau Caroline Reboux, Publicité
  • avril 1938 - Alix, Fémina, Les Drapés
  • avril 1938 - Jean Patou, Fémina
  • avril 1938 - Madeleine Vionnet, dans Fémina
  • juin 1937 - Coco Chanel Fémina exposition
  • juin 1937 - Un nouveau drapé d'Alix ; Fémina exposition
  • 1941 - 1942 - Manteaux d'après-midi dans Silhouette
  • octobre 1943 - dans L'Officiel, publicité pour Perrin « La marque du gant et des spécialités couture »
  • 1946 - Été pour Vogue, publicité pour Dormeuil[réf. nécessaire]
  • décembre 1946 - Bruyère dans L'Officiel
  • 1947 - Automne-hiver ; Christian Dior, robe du soir Ispahan
  • décembre 1947 - Marcel Rochas dans L'Officiel, publicité
  • 1949 - 2e trimestre, Jeanne Lafaurie dans Silhouettes, publicité
  • octobre 1949 - Jacques Fath dans L'Officiel, publicité
  • 1950 - Publicité
  • 1951 - Couverture de Club
  • mars 1953 - pour Pierre Balmain, publicité dans L'Officiel
  • mars 1953 - Pour Givenchy, couverture de L'Officiel : Ensemble noir
  • juin 1953 - Adam, couverture
  • sans date - 6 Couvertures de Club

Affiches[modifier | modifier le code]

  • 1948 - Rouge Baiser ; femme avec un bandeau sur les yeux ;
  • 1950 - Rouge Baiser ; 3 nouveaux modèles ; Femme avec un chapeau rond, femme avec une colombe devant le visage, femme avec une importante chevelure
  • 1950 - Le Bas Scandale ;
  • 1953 - Stemm ; Dim ; H:160cm X L:240cm
  • 1953 - Ballet de Paris ; Roland Petit ; Dim ; H:40cm X L:60cm
  • 1953 - Concours de dessins de mode ; Dim ; H:120 cm X L: 80cm
  • 1953 - Pactol lave tout; Dim ; H:165cm X L:123cm
  • 1955 - Fête de Printemps, fête des chapeaux ; Dim ; H: 60cm X L:40cm
  • 1955 - French Cancan ; affiche du film de Jean Renoir ; Dim ; H:160 X L:120cm et format géant
  • 1956 - C'est Magnifique ; première affiche pour le Lido ; Dim ; 40cm X 60cm et 100cm X 150cm et un horizontal pour format géant
  • 1957 - Prestige ; pour le Lido ; Dim ; 40cm X 60cm et 120cm X 150cm
  • 1957 - Ortalion ; Parapluies et imperméables ;
  • 1957 - Ortalion ; Bas, deux modèles ;
  • 1959 - Avec Plaisir ; pour le Lido ;
  • 26 octobre 1988 - Affiche pour la soirée des couturiers et créateurs de mode au profit des associations Le Cercle des Médecins et Arcat Sida

Exposition[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes de contenu[modifier | modifier le code]

  1. Après Guerre, René Gruau travaillera pour Vogue, principalement l'édition américaine ; il ne collaborera que ponctuellement pour l'édition française[5] ; par la suite, la prédominance sera sur l'édition française. Dans tous les cas, son activité dans la publicité ainsi que sa proximité avec Dior fait qu'il ne pourra collaborer pleinement avec Vogue[6].
  2. La plus grande collection privée d'illustration de René Gruau appartient à l'hôtel Negresco[10].
  3. « […] on le [René Gruau] crédite d'avoir été le premier styliste pour homme (il dessina pour Christian Dior une collection qui ne vit pas le jour)[7] »
  4. Miss Dior : Une femme blonde simplement habillée d'un gant et tenant une fleur ; un cygne blanc avec un nœud noir et perles blanches sera un autre dessin daté de 1949, accompagné également du dessin d'une main de femme sur un félin, pour le même parfum.
  5. La fluidité est un sujet récurrent chez Gruau qui précise : « l´élégance est un fluide, donc par nature difficile à définir, mais elle est faite de vouloir et de savoir, de grâce, de raffinement, de perfection, de distinction ».

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Documentaire L'Élégance du dessin : René Gruau par Adolfo Conti, diffusé sur Arte le 3 mars 2013.
  2. a et b Pauline Simons, « René Gruau, le trait virtuose » Madame Figaro, 29 janvier 2011
  3. a, b, c, d et e « Immortel René Gruau », Air France Madame, Condé Nast, no 148,‎ juin 2012, p. 64 (ISSN 0980-7519, lire en ligne)
  4. (en) « Artists : René Gruau » Fashion Illustration Gallery, 2011 [image]
  5. a et b William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson,‎ 2010, 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), « Sur les traces de Lautrec », p. 20
  6. William Parker (préf. David Hockney), Dessins de mode : Vogue, Paris, Thames & Hudson,‎ 2010, 240 p. (ISBN 978-2-87811-359-4), « 1947 - 1983 », p. 165
  7. a, b et c Jacques Brunel, « Et Gruau créa l'homme… », L'Express Styles, no 3194,‎ 19 septembre 2012, p. 30 (ISSN 0014-5270)
  8. « L'affichiste René Gruau est décédé » Le Nouvel Observateur, 10 avril 2004
  9. « René Gruau : L'illustrateur mode préféré de Dior aux enchères à Londres » La dépêche, 18 avril 2011
  10. Benedicte Menu, « Jeanne Augier, la Dame du Negresco », sur lefigaro.fr,‎ 20 juillet 2012 (consulté en 28 décembre 2012) : « […] une affiche de René Gruau (l'hôtel en possède la plus grande collection privée) »
  11. David Downton (préf. Stéphane Rolland), Les Maîtres de l'illustration de mode, Paris, Eyrolles,‎ septembre 2011 (ISBN 978-2-212-12705-8), p. 19
  12. a et b Jessica Azoulay, « “René Gruau est entré chez Dior” », sur parismatch.com, HFM,‎ 9 février 2012 (consulté en 8 décembre 2012)
  13. [image] « Diorissimo », sur gruaucollection.com (consulté en 8 décembre 2012)
  14. Clair Mabrut, « 80 ans de baisers », sur lefigaro.fr, Madame Figaro,‎ 16 octobre 2007 (consulté en 8 décembre 2012)
  15. [vidéo] « Christian Dior : Eau sauvage : eau de toilette pour homme : dessins de René Gruau », sur ina.fr, INA,‎ 1975 (consulté en 8 décembre 2012)
  16. (en) Drusilla Beyfus, « Rene Gruau: a new look at the influential Dior illustrator », sur telegraph.co.uk,‎ 23 octobre 2010 (consulté en 8 décembre 2012) : « Gruau 'captured Dior's style and spirit »
  17. (en) Veronica Horwell, « René Gruau - Capturing the look of Parisian chic », sur guardian.co.uk,‎ 15 avril 2004 (consulté en 8 décembre 2012)
  18. Martine Picouët, « Passage n°5 : une robe de rêve à voir à Toronto », Style, sur lemonde.fr, M,‎ 16 novembre 2012 (consulté en 8 décembre 2012)
  19. Virginie Mouzat, « Dior - Haute couture Printemps-été 2011 », sur lefigaro.fr, Madame Figaro (consulté en 7 décembre 2012)
  20. Géraldine Dormoy, « Gruau, peintre de la séduction », Styles, sur lexpress.fr, L'Express,‎ 31 janvier 2011 (consulté en 8 décembre 2012)
  21. [image] Amber Jane, « Style Cycles: Rene Gruau and Christian Dior », sur theatreoffashion.co.uk,‎ 3 février 2011 (consulté en 8 décembre 2012) : « John Galliano reproduced Rene Gruau’s illustrations »
  22. [image] « Christian Dior Couture Spring 2011 vrs René Gruau »,‎ 26 janvier 2011 (consulté en 8 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]