René Exbrayat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Exbrayat.
René Exbrayat
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nom René Exbrayat
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 30 octobre 1947 (67 ans)
Lieu Arles (Bouches-du-Rhône)
Taille 1,68 m (5 6)
Période pro. 1972 - 1979
Poste attaquant puis entraîneur
Parcours amateur
Saisons Club
1965-1972 Drapeau : France AC Arles 165 (39)
1972-1973 Drapeau : France AS Aix 026 0(4)
1973-1984 Drapeau : France AC Arles 217 (26)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1979-1984 Drapeau : France AC Arles
1984-1986 Drapeau : France Stade beaucairois
1988-1991 Drapeau : France Olympique Avignon
1991-1993 Drapeau : France SC Bastia
1993-1994 Drapeau : France Nîmes Olympique
1994-1996 Drapeau : France FC Martigues
1996-1997 Drapeau : France Le Havre AC
1997-1999 Drapeau : Tunisie Club africain
1999-2000 Drapeau : Suisse Servette de Genève
2000-2002 Drapeau : Tunisie Club africain
2002-2004 Drapeau : Émirats arabes unis Al Nasr Dubaï
2004-2006 Drapeau : Qatar Al-Khor SC

René Exbrayat est un footballeur puis entraîneur français, né le 30 octobre 1947 à Arles. Jouant au poste d'attaquant, il fait l'essentiel de sa carrière à l'AC Arles durant les années 1970.

Devenu entraîneur, il prend en main l'AC Arles puis notamment l'Olympique Avignon, le SC Bastia, le FC Martigues et Le Havre AC. Il effectue ensuite le reste de sa carrière à l'étranger et dirige principalement le Club africain et Al Nasr Dubaï.

Biographie[modifier | modifier le code]

René Exbrayat débute le football à la Jeunesse Sportive Arlésienne où il évolue des catégories pupille à cadet[1]. En junior, il rejoint l'AC Arles et évolue alors avec l'équipe première en division d'honneur au poste attaquant. Avec ses coéquipiers, il atteint le championnat de France amateur en 1965[1]. En 1970, le club arlésien rejoint la division 2 open grâce à sa cinquième place en championnat[2]. Il est alors sélectionné en équipe de France amateur et dispute les jeux méditerranéens en octobre[3]. L'équipe de France est cependant éliminé de la compétition dès les phases de poule[4]. En club, il dispute cinquante-trois rencontres et marque dix buts en deux saisons[5].

En 1972, René Exbrayat rejoint l'AS Aix qui évolue dans le groupe Sud de division 3. Après une septième place en championnat[6], il retourne à l'AC Arles l'année suivante et dispute trente rencontres pour quatre buts marqués en championnat[5]. L'AC Arles est cependant relégué en fin de saison et descend en division 3 après quatre ans en division 2. Le club parvient à remonter deux ans plus tard en terminant deuxième du groupe Sud derrière la réserve de l'Olympique de Marseille[7]. Trois ans plus tard, le club est de nouveau relégué en division 3 et René Exbrayat succède alors à Alain Dessons[8] au poste d'entraîneur tout en continuant à rester joueur[1]. Sous ses ordres, le club dispute deux saisons en troisième division avant de descendre en division 4 en 1981 mais remonte aussitôt en remportant le groupe H avec la meilleure attaque et la meilleure défense[9]. Treizième du groupe Sud de division 3, le club arlésien redescend en division 4 en fin de saison 1984 et René Exbrayat quitte alors son poste.

Il rejoint alors le Stade beaucairois[10] qui évolue en division d'honneur régionale du Languedoc-Roussillon après sa relégation de division d'honneur l’année précédente[11]. Il reste deux saisons dans ce club avant de rejoindre, en 1986, le Stade rennais comme adjoint de Pierre Mosca[12]. Son expérience rennaise prend fin au bout d'un an suite à la relégation du club en division 2.

Après une saison sans club, René Exbrayat s'engage avec l'Olympique Avignonnais en division 3 en 1988[10]. La première saison est terminée à la huitième place puis, la saison suivante, le club monte en division 2 après avoir terminé deuxième du groupe Sud derrière la réserve de l'OGC Nice[13]. Huitième du championnat pour son retour à ce niveau, René Exbrayat et ses joueurs atteignent la même année les quart de finale de la Coupe de France où ils sont éliminés par le futur vainqueur, Montpellier HSC, sur le score d'un à zéro. La saison suivante, le club termine septième mais se retrouve rétrogradé en division 3 par la DNCG suite à des problèmes financiers.

Il rejoint en 1991 le SC Bastia qui évolue en division 2. Le club termine quatrième de son groupe à neuf point du Istres SF et René Exbrayat est élu entraineur de l’année de division 2 par le magazine France Football[14],[15]. En Coupe de France, les Bastiais éliminent le Toulouse FC, l'AS Nancy-Lorraine et l'OGC Nice. La demi-finale face à l'Olympique de Marseille n'a cependant pas lieu suite au Drame de Furiani qui cause la mort de 18 personnes et en blessant 2 357 autres. La saison suivante disputée sans stade fixe voit les Bastiais terminer à la septième place du championnat. René Exbrayat quitte alors le club expliquant son départ par le manque de structures d'entraînement[14].

Il est alors engagé par le Nîmes Olympique qui vient de redescendre en division 2 et termine avec le club en quatrième position en fin de saison. Il fait alors jouer la clause libératoire de son contrat et signe au FC Martigues en division 1[16]. Onzième du championnat 1994-1995, René Exbrayat voit partir à l'intersaison suivante Ali Benarbia, Didier Tholot et Patrick Collot[17]. Avec une équipe amoindrie, il ne parvient pas à sortir le club de la fin du classement et, en mars 1996, il est licencié et remplacé par Patrick Parizon[18],[19]. Un mois plus tard, il s'engage avec Le Havre AC pour la saison 1996-1997 en signant un contrat de trois ans[20]. Le club havrais termine à la quatorzième place du championnat de division 1 et, en fin de saison, il quitte le club et rejoint le Club africain en Tunisie.

Avec son nouvel entraîneur, le Club africain termine vice-champion derrière l'Espérance sportive de Tunis et remporte la coupe nationale sur l'Olympique de Béja lors de la séance de tirs aux buts. En novembre 1999, il s'engage au Servette de Genève mais en fin de saison son contrat n'est pas renouvelé[21],[22]. Il est rappelé en 2000 au Club africain. Le club termine à deux reprises troisième du championnat et remporte la coupe de Tunisie en 2000[23]. Il quitte le club en mai 2002[24] puis en juillet, s'engage avec le club d'Al Nasr Dubaï aux Émirats arabes unis avec pour adjoint, Joël Beaujouan et comme responsable des jeunes du club, Gilbert Zoonekynd[25]. Il ne parvient pas à remporter un trophée avec le club et en janvier 2004[10], il est démis de ses fonctions suite à une série de mauvais résultats[26]. En contact avec le Raja Casablanca en mars[27], il rejoint en octobre Al-Khor SC au Qatar. René Exbrayat remporte avec le club la Coupe Crown Prince de Qatar en mai 2005[28]. Il quitte le club en juillet 2006, son poste est repris par un autre entraîneur français Jean-Paul Rabier. Il met alors un terme à sa carrière d'entraîneur.

Palmarès[modifier | modifier le code]

René Exbrayat dispute plus de cinq cent matchs sous les couleurs de l'AC Arles[1],[12] dont cent-soixante matchs pour vingt-cinq buts marqués en division 2[5],[29]. Comme entraîneur du club, il gagne le groupe H de division 4 en 1982.

Il remporte avec le Club africain deux coupes de Tunisie en 1998 et 2000 et termine vice-champion de Tunisie en 1998 également. Avec Al-Khor SC, il gagne la Coupe Crown Prince de Qatar en 2005.

Il compte quatre sélections en équipe de France amateur et dispute les jeux méditerranéens et en 1991, René Exbrayat est élu entraineur de l’année de division 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Jean-Pierre Lupi, « Maurice Jauffret, Michel Nasser, René Exbrayat et Alain Dessons ont leur terrain à la Plaine des sports! », sur acarles.fr,‎ 24 octobre 2011 (consulté le 24 juillet 2012)
  2. « Football - Résultats de CFA Sud Saison 1970 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  3. (es) « 2-1: Tunez remonto y vencio a Francia », Mundo Deportivo, no 14 943,‎ 8 octobre 1971, p. 17 (lire en ligne)
  4. (en) Dinant Abbink, Misha Miladinovich et Karel Stokkermans, « Mediterranean Games 1971 (Izmir, Turkey) », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 16 juillet 2009 (consulté le 24 juillet 2012)
  5. a, b et c « Football : René Exbrayat », sur footballdatabase.eu (consulté le 24 juillet 2012)
  6. « Football - Résultats de Division 3 Saison 1973 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  7. « Football - Résultats de Division 3 Saison 1976 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  8. (en) Erik Garin, « France - Trainers of First and Second Division Clubs », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 12 juillet 2007 (consulté le 24 juillet 2012)
  9. « Football - Résultats de Division 4 H Saison 1982 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  10. a, b et c Ludovic Billac, Philippe Le Brech et Denis Troch, DT Foot Le guide du football 2005-2006, Saint-Germain en Laye, DT Sport International,‎ 2005, 736 p. (ISBN 2-9515650-6-2), p. 706
  11. « Football - Résultats de DH Languedoc-Roussillon Saison 1984 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  12. a et b Philippe Blancménil, « Avignon tente un grand pont », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ 11 avril 1990 (consulté le 25 juillet 2012)
  13. « Football - Résultats de Division 3 Saison 1989 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  14. a et b « 1992 : Exbrayat explique son départ - corse football! », sur corsefootball.fr (consulté le 24 juillet 2012)
  15. (en) Erik Garin et José Luis Pierrend, « France - Footballer of the Year », sur rsssf.com, RSSSF (consulté le 28 juillet 2012)
  16. collectif, Onze Mondial - Le véritable guide du championnat 94-95 : Division 1, vol. Hors série n°18, Paris, Société d'édition de presse de football,‎ août 1994, 118 p. (ISSN 0995-6921), p. 23
  17. Laurent Flandre, « Au FC Martigues, on essaye de «faire avec» », sur humanite.fr, L'Humanité,‎ 26 juillet 1995 (consulté le 27 juillet 2012)
  18. « Historique / La gloire et le déclin », sur fcmartigues.fr (consulté le 27 juillet 2012)
  19. (en) Erik Garin, « France - Trainers of First and Second Division Clubs », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 12 juillet 2007 (consulté le 27 juillet 2012)
  20. « Kozniku et Exbrayat au Havre », sur liberation.fr, Libération,‎ 30 avril 1996 (consulté le 27 juillet 2012)
  21. « 1999-2002 – Victoire en Coupe et Coupe d’Europe », sur super-servette.ch (consulté le 30 juillet 2012)
  22. Isidore Raposo, « Canal + partage le pouvoir Genève », sur leparisien.fr, Le Parisien,‎ 2 mai 2000 (consulté le 30 juillet 2012)
  23. A. Bellakhdar, « Quel apport des entraîneurs étrangers en Tunisie? - 46 titres réussis contre 54 pour homologues tunisiens », sur letemps.com.tn, Le Temps,‎ 14 mars 2007 (consulté le 30 juillet 2012)
  24. (en) « Manager Moves May.2002 », sur globalsoccertransfers.com,‎ 31 mai 2002 (consulté le 30 juillet 2012)
  25. (en) « Exbrayat begins work at Al Nasr », sur gulfnews.com,‎ 17 juillet 2002 (consulté le 30 juillet 2012)
  26. (en) Ali Sayed, « Exbrayat lost the confidence of Al Nasr supporters, management », sur gulfnews.com,‎ 10 février 2004 (consulté le 30 juillet 2012)
  27. « Raja : sur la piste portugaise », sur aujourdhui.ma,‎ 10 mars 2004 (consulté le 30 juillet 2012)
  28. (en) Mohammed Qayed et Mohamed Chbaro, « Qatar 2004/05 », sur rsssf.com, RSSSF,‎ 7 février 2007 (consulté le 30 juillet 2012)
  29. « René Exbrayat complete profile on Playerhistory », sur soccerdatabase.eu (consulté le 21 août 2012)