René Couanau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
René Couanau
Fonctions
Maire de Saint-Malo
25 mars 19894 avril 2014
Prédécesseur Marcel Planchet
Successeur Claude Renoult
Député de la 7e circonscription d'Ille-et-Vilaine
23 juin 198819 juin 2012
Élection 12 juin 1988
Réélection 28 mars 19931er juin 199716 juin 200217 juin 2007
Prédécesseur aucun (proportionnelle)
Successeur Gilles Lurton
Conseiller régional de Bretagne
17 mars 198625 mars 1989
Député d'Ille-et-Vilaine
(scrutin proportionnel par département)
2 avril 198614 mai 1988
Élection 16 mars 1986
Biographie
Date de naissance 10 juillet 1936 (78 ans)
Lieu de naissance Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)
Nationalité Française
Parti politique UDF, UMP, DVD
Profession Inspecteur général de l'administration de l'Éducation nationale

René Couanau, né le 10 juillet 1936 à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), est un homme politique français. Il fut député d'Ille-et-Vilaine de 1988 à 2012 et maire de Saint-Malo de 1989 à 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Énarque (promotion Turgot de 1968), il est inspecteur général de l'administration de l'éducation nationale.

Il est député de la 7e circonscription d'Ille-et-Vilaine de 1986 à 2012 sous l'étiquette UDF puis UMP et maire de Saint-Malo de 1989 à 2014.

Il vote contre l'engagement de la France dans la guerre du Golfe lors de la session extraordinaire du Parlement du 16 janvier 1991[1].

Il s'est abstenu lors du vote de la loi Hadopi en 2009.

En 2010, il vote au côté des socialistes, à l'Assemblée nationale, une proposition de loi visant à supprimer le bouclier fiscal[2].

Le 15 avril 2011, il annonce son départ de l'UMP et du groupe UMP de l'Assemblée pour rejoindre le banc des non inscrits. Il s'est dit de « plus en plus en porte-à-faux avec les décisions du gouvernement et les lois qu'on nous propose »[3].

Le 5 mars 2012, il annonce qu'il ne sera pas candidat lors des législatives de 2012. Il déclare aussi qu'il ne briguera pas sa succession lors des municipales de 2014[4], avant de se rétracter un an plus tard[5]. Mais il est battu au second tour des municipales le 30 mars 2014, la liste qu'il mène arrivant en 3e position derrière celle menée par Claude Renoult, son ancien adjoint, et la liste de gauche menée par Stéphane Perrin.

Décorations[modifier | modifier le code]

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]