René-Xavier Prinet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

René-Xavier Prinet, né le 31 décembre 1861 à Vitry-le-François et mort le 26 janvier 1946 à Bourbonne-les-Bains[1] est un artiste peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de notables francs-comtois (les notaires Prinet originaires de Luxeuil-les-Bains)[2], René-Xavier Prinet est le fils d'Henry Prinet (né en 1824)[3], procureur impérial à Vitry-le-François, et le frère de Gaston Prinet, diplomate. Nommé à Paris, Henry habite avec sa famille rue Bonaparte à deux pas de l'École des beaux-arts, à laquelle René-Xavier semblait destiné. Son père, peintre amateur (une Vierge à l'Enfant est visible dans l'église de Suaucourt, Haute-Saône), est disposé à ce que son fils acquière une formation artistique et il lui fait recevoir les conseils du peintre Timbal, décorateur fort employé dans les églises de Paris.

Par sa grand-mère maternelle, René-Xavier Prinet est apparenté aux peintres de la Cour Hubert Drouais(1699-1767) et François-Hubert Drouais (1727-1775).

Mais, c'est vers 1880 qu'on songe à lui donner une solide éducation de peintre et c'est à Jean-Léon Gérôme, également franc-comtois, que l'on confie René-Xavier. Il reste chez le maître jusqu'en 1885. Il se lie alors avec les peintres francs-comtois Georges Griveau, Louis-Auguste Giradot, Félix Desgranges et Jules-Alexis Muenier. Dans le même temps, il étudie à l'Académie Julian.

Son tableau Jésus Enfant est son premier tableau accepté au Salon des artistes français en 1885. Il expose à ce Salon jusqu'en 1889.

Il se lie à cette époque avec un groupe de jeunes peintres appelé la Bande Noire : Lucien Simon, André Dauchez, René Ménard et Charles Cottet.

La Sonate à Kreutzer

Professeur à l'École nationale des beaux-arts, il y crée et dirige le premier atelier de femmes[4].

En 1891, il reçoit une commande de l'État pour la décoration du Palais de la Légion d'honneur : Les Quatre Saisons. Ses esquisses sont acceptées. La même année, il expose à la galerie Durand-Ruel avec Albert Besnard, Jules-Alexis Muenier et Fantin-Latour.

Une de ses œuvres les plus connues, La Sonate à Kreutzer, est exposée en 1901 à l'exposition « L'Art français contemporain » à Stuttgart où elle est vendue au Prince Régent de Bavière.

L'année 1904 voit la création avec Lucien Simon et Antoine Bourdelle des ateliers de l'Académie de la Grande Chaumière.

En 1909, il illustre la Jeune Fille bien élevée de René Boylesve. En 1913, il est nommé Secrétaire de la Société nationale des beaux-arts. Il se rend aux États-Unis, en tant que membre du jury de la 17e exposition de l'Institut Carnegie à Pittsburgh. Ses tableaux Les Cavaliers et Intérieur de salle à manger sont présentés à cette occasion.

Prinet peint la réception d'Albert Besnard à l'Académie des beaux-arts en 1912.

Il expose en 1920 avec René Ménard, Lucien Simon, Edmond Aman-Jean et Albert Besnard au 1er Salon des artistes français de Bruxelles. La même année, il expose à nouveau à Pittsburgh à la 21e exposition. Il réalise l'illustration du Roman d'un Spahi de Pierre Loti.

Le sculpteur Philippe Besnard lui demande en 1922 d'être le parrain de sa fille Anne-Elisabeth.

Il est élu en 1943 à l'Académie des beaux-arts où il succède à Jules-Alexis Muenier.

Prinet meurt dans sa maison de Bourbonne-les-Bains le 26 janvier 1946. Il est inhumé au cimetière de cette ville.

Il a pour élève l'artiste peintre d'origine australienne Bessie Davidson (1879-1965), qui réalise la majeure partie de son œuvre en France.

Œuvre[4][modifier | modifier le code]

Prinet exerce un talent spirituel, tenant une place distinguée dans la société parisienne.

Il est remarqué pour ses intérieurs bourgeois et ses portraits (familles Saglio et Desgranges par exemple).

Sa région d'origine, la Franche-Comté, ainsi que la côte normande où est située sa résidence le « Double Six » à Cabourg, lui inspirent des paysages aux tons très doux.

Il exécute quelques tableaux d'histoire remarqués comme l'Adoration des Mages à la Basilique Saint-Ferjeux de Besançon.

Le peintre s'est également confronté à la décoration. Dans ce domaine, on lui doit Le Petit quadrille à la Bibliothèque de l'Opéra de Paris, une décoration au Musée national d'art moderne à Paris, et une autre au palais de la Légion d'honneur à Paris.

Il est l'auteur d'Initiation à la peinture, Lib. E.Flammarion, Paris 1935, et de Initiation au dessin.

Prinet est également illustrateur de livres[5], parmi lesquels :

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1885 : Salon des artistes français où il expose Jésus Enfant. Il expose à ce Salon jusqu'en 1889.
  • 1890 : Salon de la Société nationale des beaux-arts (jusqu'en 1922).
  • 1891 : il expose à la galerie Durand-Ruel
  • 1897 : exposition des peintres francs-comtois à Paris, galerie Durand-Ruel
  • 1900 : il expose à la Décennale de l'Exposition universelle de Paris.
  • 1901 :
la "Sonate à Kreutzer" est exposée à "l'Art français contemporain" de l'Union artistique Wurtembourgeoise de Stuttgart,
"La Convalescence" et "la Chambre blanche" demandées par l'Institut Carnegie de Pittsburgh
"la Partie de Tric-Trac" et "la Femme à la rose" exposées à l'Exposition internationale de Dresde
"Entre Amies " est exposée à la Biennale de Venise
  • 1902 : "la Partie de Tric-Trac" est exposée à Karlsruhe
  • 1906 : "Salon Gris" et "la Salle à manger" sont exposés à l'Exposition d'art français contemporain de Strasbourg
  • 1909 :
"Sur la Plage" exposé à l'Exposition de l'art français à Montréal
"Entre Amies" exposé à la Société royale de Bruxelles
  • 1911 :
exposition (et vente) du "Monastère de Saint François d'Assise" à l'Exposition internationale des beaux-arts à Rome
"les Amazones" et "le Passeur" exposés à la 15e exposition de l'Institut Carnegie à Pittsburgh et à la Buffalo Art Academy
  • 1912 : un ensemble des œuvres de Prinet est présenté à l'Exposition des artistes contemporains d'Anvers
  • 1913 : il expose à la 17e exposition de l'Institut Carnegie de Pittsburgh "les Cavaliers" et "Intérieur de Salle à manger"
  • 1914 : "l'Écrivain" à la la 18e exposition de Pittsburgh
  • 1920 :
exposition conjointe avec Ménard, Simon, Aman-Jean et Besnard au 1er Salon des artistes français de Bruxelles
"Musique de Chambre" exposé à la 21e exposition de Pittsburgh
  • "la Toilette" exposée aux Public Art Galleries à Brighton
  • 1926
exposition avec André Dauchez à la Galerie Georges Petit
"la Bibliothèque" exposée à la 24e exposition de Pittsburgh
  • 1929 :
"la Réprimande" exposée au pavillon français à la Biennale de Venise
exposition avec René Ménard à la galerie des Artistes Français à Bruxelles
  • 1937 : il expose au 1er Salon national indépendant fondé par André Dauchez
  • 1938 :
quatre toiles au Salon national indépendant
quatre toiles au Salon des Tuileries
  • 1940 :
une toile au Salon national indépendant
deux toiles au Salon des Tuileries
  • 1941 : quatre toiles au Salon des Tuileries (au palais de Tokyo)
  • 1942 : six toiles au Salon des Tuileries
  • 1944 : deux peintures au Salon des Tuileries
  • 1948 : rétrospective au Palais de Tokyo du "Groupe d'Amis" : Aman-Jean, Besnard, Denis, Ménard, Simon et Prinet (deux toiles)
  • 1986 : rétrospectives aux Musées de Belfort et Vesoul et à Paris au Musée Bourdelle

Collections publiques[4][modifier | modifier le code]

  • Musée d'Orsay : La Plage de Cabourg, La famille Saglio, Assise, L'Elève, Le Bain
  • La Piscine, Musée d'Art et d'Industrie à Roubaix
  • Bordeaux : L'Envolée
  • Caen : Le balcon
  • Douai : Bord de la Manche
  • Luxeuil-les-Bains
  • Vesoul : Le réfectoire
  • Gray : La leçon de danse
  • Helsinki : Au coin du feu

Honneurs et décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Où il possédait une maison de famille.
  2. L'essentiel des informations contenues dans cet article est tiré du Catalogue de l'Exposition organisée en 1986 par le musée Bourdelle à Paris
  3. page du site Roglo en accès libre : http://roglo.eu/roglo?lang=fr&m=NG&n=rene+xavier+prinet&t=PN
  4. a, b et c Dictionnaire Bénézit
  5. Dictionnaire biographique des Artistes Contemporains, 1910-1930, par Edouard-Joseph, Librairie Grund Paris, 1934
  6. « Dossier de l'ordre de la Légion d'honneur de René François Xavier Prinet », base Léonore, ministère français de la Culture