Remy Bonjasky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Remy Bonjasky
Image illustrative de l'article Remy Bonjasky
Fiche d’identité
Nom complet Remy Bonjaski
Surnom Flying gentleman
Nationalité Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Date de naissance (38 ans)
Lieu de naissance Paramaribo (Suriname)
Style Muay Thaï
Taille 1,94 m (6 4)
Catégorie Poids lourds
Palmarès
  Professionnel
Combats 72
Victoires 56
Victoires par KO 40
Défaites 14
Titres professionnels Vainqueur du K-1 World Grand Prix 2003, 2004, 2008.
- Champion du monde professionnel WPKA des super-lourds 1999
Dernière mise à jour : 07 février 2014

Remy Bonjasky est un combattant néerlandais de K-1 né le 10 janvier 1976 au Suriname. Il mesure 1,94 mètre et pèse 107 kg. Il a débuté sa carrière professionnelle le 24 octobre 1999. Bonjasky a plusieurs surnoms : Flying gentleman, Black panther et Flying panther. Il remporte à trois reprises la K-1 Grand Prix. Son style de combat est le muay thaï. Il est célèbre pour son excellente défense, ses coups de pied volants et ses attaques en coups de genou.

Biographie[modifier | modifier le code]

Remy Bonjasky est né au Suriname (parfois appelé Guyane néerlandaise avant l'indépendance) et a déménagé aux Pays-Bas lorsqu’il avait 5 ans. Il a joué intensément au football au cours de son adolescence, mais après une fracture de la jambe, il choisit d'arrêter la compétition. À l'âge de 18 ans, un ami le conduit dans une salle de muaythaï (au célèbre Mejiro Gym d’Amsterdam). Il décide alors de se former et finalement devient un grand passionné de boxes pieds-poings.

Il dispute son premier combat à l'âge de 19 ans contre un pratiquant néerlandais de MMA nommé Valentijn Overeem qu’il gagne par TKO. À partir de ce moment-là, il quitte son emploi d’opérateur de réseau et axe sa vie sur un entraînement sportif à plein temps. Malgré la perte de son premier combat de kick-boxing japonais (K-1-rules) dont la décision est contestable, il dispute son deuxième combat contre le grand combattant de K-1, Ray Sefo. Malgré ce challenge complètement fou et énormément risqué, il remporte le combat par TKO.

Carrière[modifier | modifier le code]

Le 6 décembre 2003 au K-1 World Grand Prix 2003, en quart de finale à Tokyo, au Japon, il rencontre l’Australien Peter "The Chief" Graham et remporte le combat par TKO au premier round. En demi-finale, il bât le Français Cyril Abidi victime de ses attaques en coups de genou volants. Il gagnera la finale, contre le Japonais Musashi par décision unanime.

En 2004, il s’adjuge de nombreuses victoires d’abord face à Tsuyoshi Nakasako, puis face à François Botha et Aziz Khattou enfin contre l’ex-champion de sumo Chad "Akebono" Rowan. Le 4 décembre 2004 au K-1 World Grand Prix 2004, avec trois victoires sur décision contre Ernesto Hoost, François Botha et Musashi, il s’empare d’un second sacre.

Le 19 novembre 2005 lors du K-1 World Grand Prix 2005 de finale à Tokyo, dans sa tentative pour conserver sa couronne, une troisième année consécutive, il est arrêté en demi-finale par Semmy Schilt par hors-combat sur un coup de genou.

Après un changement d’entraîneur, il revient en finale du K-1 World Grand Prix 2006. En quart de finale contre l'Allemand Stefan Leko, Bonjasky est touché à l'aine par deux fois lors du premier round et ainsi le match est reculé de 30 minutes pour lui permettre de se remettre. Lors de la reprise du combat Bonjasky s’impose par une décision unanime. Toutefois, en raison d'une blessure persistante à l'aine, il n’est pas en mesure de poursuivre le tournoi et est remplacé par Peter Aerts.

Remy-Bonjasky - Source : www.postproduktie.nl

À la fin du mois de juillet 2007, Bonjasky contribue à l'arrestation, par la police néerlandaise, de deux délinquants britanniques. Les deux hommes ont tiré des fléchettes avec l’aide d’une arme lors du passage du fourgon de la police. Bonjasky est également victime de leur tir, touché par une fléchette. Après une poursuite en taxi de la fourgonnette des délinquants, il les rattrape et les conduit au poste de police. Suite à l'arrestation, Bonjasky reçoit une médaille du mérite pour cet acte de bravoure.

Le 29 septembre 2007, Bonjasky dispute une revanche face à Stefan Leko lors des 16e de finale du K-1 World GP 2007 à Séoul. Il remporte le match après un arrêt de l’arbitre lors du premier round dont la décision est controversée. Cette victoire le qualifie pour les finales du K-1 World Grand Prix 2007 à Yokohama au Japon. En quart de finale, il gagne par décision aux points. En demi-finale, il perd contre la légende néerlandaise, Peter Aerts.

Bonjasky remporte le tournoi satellite du K-1 Grand Prix 2008 à Amsterdam face à Melvin Manhoef, puis le tournoi satellite du K-1 Grand Prix 2008 à Tapei contre Volk Atajev et enfin par décision (à la majorité des juges) contre Paul Slowinski en 16e de finale du K-1 World GP 2007 à Séoul.
Lors des phases finales du K-1 Grand Prix 2008 à Yokohama, en quart de finale il rencontre Jérome Lebanner, et remporte le match sur abandon au 3e round pour blessure au bras (une fragilité du Français datant de la demi-finale de 2002 face à Ernesto Hoost). Il remporte ensuite son 3e titre de K-1 face au Marocain Badr Hari par disqualification lors du second round. Alors que l’opposition promet une grande finale, Hari délivre sans raisons valables des frappes (incontrôlées) lors de la chute au sol de Bonjaski. L’arbitre est obligé de retenir les élans incontrôlés de Hari. Après un carton jaune de la part de l’arbitre et une longue décision des officiels, Hari est finalement disqualifié par arrêt médical de Remy Bonjaski pour incapacité à poursuivre le match.

Son style de boxe[modifier | modifier le code]

Remy Bonjaski est un kick-boxeur au style très classique dans sa façon de boxer et également dans sa façon d’entrer sur scène. Mais, il a quelque chose de plus que ses adversaires, une facilité à gérer l’opposition comme personne et une grande aisance en technique de frappe en jambe particulièrement pour un poids lourd.
Du côté de ses qualités physiques, il fait preuve d’une facilité déconcertante en termes de vitesse d’action (explosivité notamment) et de puissance de frappe. Son talent est tel qu’il donne l’impression de ne pas forcer.
Du côté de ses qualités techniques, c’est un modèle du genre, utilisant des coups de pied et de genou aux trois niveaux et particulièrement en ligne haute pour les techniques « volantes ». Il se rapproche des écoles de boxes pieds-poings hollandaises qui ont formé de grands combattants mais également des artistes du ring tels que Yvan Hippolite, Marc Holland, Perry Ubeda et Ernesto Hoost. Tous quatre capables d’exploits techniques par leurs coups de pied flamboyants.
Il a rencontré, avec brio, les meilleurs combattants de son époque cela dans la catégorie des super-lourds. Sa réussite il la doit, outre à ses qualités physiques et à sa clairvoyance, mais surtout à son sens de l’adaptation et de l’exploitation du jeu adverse.

Palmarès[modifier | modifier le code]

(Au 06/12/2008)

  • Vainqueur du K-1 World GP II de Las Vegas 2003
  • Champion du monde professionnel WPKA des super-lourds 1999
Liste des combats de Remy Bonjasky

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]