Envie et gratitude (psychanalyse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Remerciement)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Envie (homonymie).

L'envie est un concept psychanalytique proposée par Melanie Klein qu'elle associe à la gratitude.

Définition[modifier | modifier le code]

Envie[modifier | modifier le code]

Melanie Klein définit l'envie comme « le sentiment « hargneux » que l'autre possède et jouit de quelque chose désirable – la pulsion envieuse consistant à l'enlever ou à le corrompre. » D'une certaine manière l'envie de Melanie Klein se rattache à l'envie du pénis théorisée par Sigmund Freud, mais comme le souligne Hanna Segal ce dernier avait négligé chez l'homme « l'envie de puissance d'un autre homme ou des propriétés et conditions féminines » ou chez les femmes « l'envie envers une autre femme[1]. »

C'est en même temps un concept théorique plus global et qui décrit un état plus archaïque que celui de l'envie du pénis. Notons qu'on différencie aussi l'envie de la jalousie par le fait que cette dernière se déroule dans un scénario inconscient à trois (triangulation œdipienne) alors que l'envie de Klein repose sur un scénario à l'objet primaire exclusivement, dans une relation duelle. Dans une lettre de 1952, M. Klein écrivait : « Vous traduisez « jalousait », tandis qu'en anglais c'est envie. L'envie et la jalousie ne sont pas synonymes et je serais très contente que vous parveniez à faire sentir la différence en utilisant "enviait" au lieu de « jalousait »[2]. » Elle distingue aussi ce qu'elle appelle envie primaire de « l'envie » au sens habituel qu'elle lui donne. L'envie primaire est liée à l'identification projective et à un processus désintégratif au sein du moi. C'est aussi dans ce texte qu'elle introduit un concept important, celui de confusion comme processus actif et défensif appartenant plutôt à la position schizo-paranoïde, le concept sera développé par Herbert Rosenfeld.

L'envie, selon les kleiniens, est une des manifestations de la pulsion de mort (au sens kleinien du terme, c'est-à-dire dans une dualité originaire) dans la mesure où ce qui est envié, c'est précisément ce qui est « bon » chez l'autre et que l'enjeu n'est pas simplement de se l'approprier mais de le détruire, notamment parce qu'il stigmatise la dépendance (néoténie) et l'incapacité du nourrisson à satisfaire lui-même ses besoins. Elle est prédominante dans la position schizo-paranoïde. Klein oscille dans ses texte entre deux positions, d'une part l'envie serait « primaire et innée » (1924) [3]et, d'autre part, elle résulterait d'une frustration infantile (1932)[4]. Pour le kleinisme, ce débat entre vie interne, influence du monde extérieur et inné n'a jamais été si prégnant que pour cette notion d'envie; si bien, que des analystes sont convaincus que l'envie ne s'analyse pas puisqu'elle serait innée (fatale...) alors que d'autres, renforcés par les théories de Donald Winnicott pensent qu'elle est due à une mauvaise expérience accessible à l'analyse.

Gratitude[modifier | modifier le code]

La gratitude est aussi un concept de Melanie Klein en lien avec celui de l'envie. La gratitude s'oppose à l'envie en tant que besoin et exprime au contraire un sentiment de satisfaction envers l'objet, ce qui permet à l'enfant de percevoir le « bien », c’est-à-dire de distinguer ce qui est bon pour lui. « Mais le bébé est aussi capable d'éprouver de la gratitude pour les bonnes choses et les plaisirs reçus[5]. » La gratitude représente à l'inverse l'entrée dans la position dépressive. Elle résulte de l'expérience d'une relation « suffisamment bonne » et d'un renoncement aux défenses maniaques, à l'idéalisation et à la destructivité propre au vécu de la position schizo-paranoïde. L'objet n'est plus tout puissant dans sa destructivité et sa bonté, le clivage d'objet fait place à l'ambivalence et la capacité de réparation prend le dessus. Cette gratitude ressentie envers l'objet primaire construit les capacités de l'enfant à aimer et à créer des relations amoureuses. Si l'envie (sous entendu du bon sein) est trop intense, la sensation de gratitude totale est impossible, ce qui est selon les psychanalystes Kleiniens, normal, nécessaire et moteur dans la construction de l'enfant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hanna Segal: Introduction à l'œuvre de Melanie Klein., p. 35, Ed.: Presses Universitaires de France, coll. Bibliothèque de psychanalyse, {ISBN|2130535240}
  2. Lettre de 1952 aux traducteurs français les Boulanger cité in: Phyllis Grosskurth: Melanie Klein, p. 505, PUF- Quadrige, 1990, ISBN 2130523641
  3. Esquisse d'une histoire du développement de la libido basée sur la psychanalyse des troubles mentaux écrit en 1924 pour la Revue française de psychanalyse
  4. Melanie Klein: La psychanalyse des enfants, PUF, 2009, Collection : Quadrige Grands textes, (ISBN 2130575978)
  5. Phyllis Grosskurth: Melanie Klein, p. 537, PUF- Quadrige, 1990, ISBN 2130523641

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Melanie Klein : Envie et gratitude et autres essais, Ed.: Gallimard, coll.: Tel, 1978, {ISBN|2070297802}.
  • Hanna Segal: Introduction à l'œuvre de Melanie Klein., Paris : Presses Universitaires de France - PUF, 2011 (ISBN 213058571X)
  • Julien Green : Si j'étais vous (roman, 1947, Ed.: LGF - Livre de Poche, 1995, ISBN 2253138347) qui sert d'exemple à Melanie Klein dans son livre sur l'envie.