Rembercourt-Sommaisne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rembercourt-Sommaisne
L’église Saint-Louvent
L’église Saint-Louvent
Blason de Rembercourt-Sommaisne
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meuse
Arrondissement Bar-le-Duc
Canton Vaubecourt
Intercommunalité Communauté de communes de Triaucourt Vaubecourt
Maire
Mandat
Olivier Poutrieux
2014-2020
Code postal 55250
Code commune 55423
Démographie
Population
municipale
328 hab. (2011)
Densité 15 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 54′ 40″ N 5° 10′ 44″ E / 48.9111, 5.178948° 54′ 40″ Nord 5° 10′ 44″ Est / 48.9111, 5.1789  
Altitude Min. 223 m – Max. 307 m
Superficie 22,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte administrative de la Meuse
City locator 14.svg
Rembercourt-Sommaisne

Géolocalisation sur la carte : Meuse

Voir sur la carte topographique de la Meuse
City locator 14.svg
Rembercourt-Sommaisne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rembercourt-Sommaisne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rembercourt-Sommaisne

Rembercourt-Sommaisne est une commune française située dans le département de la Meuse en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'Aisne prend sa source à Sommaisne. Sommaisne signifie littéralement source de l'Aisne.

La commune de Rembercourt-Sommaisne regroupe deux villages : Rembercourt-aux-Pots dans le sud de la commune et Sommaisne dans le nord.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 1973, les communes de Rembercourt-aux-Pots et Sommaisne fusionnent pour former la commune de Rembercourt-Sommaisne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'ancienne commune de Sommaisne bénéficie d'un maire délégué.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1938 1947 Valentin Bardin    
1947 1969 Marie-Joseph Bayard    
1970 décembre 2007 Roger Poupart    
décembre 2007 mars 2008 Hervé Bayard    
mars 2008 en cours
(au 16 avril 2014)
Olivier Poutrieux MoDem puis UDI Conseiller général du canton de Vaubecourt (depuis 2011)

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 328 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
986 932 926 964 952 861 829 813 815
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
785 790 740 669 645 651 641 601 521
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
524 554 536 415 425 420 434 401 383
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
372 362 369 354 349 313 323 321 325
2011 - - - - - - - -
328 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Louvent de Rembercourt-aux-Pots du (XVe siècle), dédicacée à Saint Louvent est classée monument historique depuis la première liste de 1840[3].

Rembercourt-Sommaisne dans la littérature[modifier | modifier le code]

Sommaisne est citée dans le poème d’Aragon, Le conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[4].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Décoration française[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rembercourt-aux-Pots

Les armes de Rembercourt-aux-Pots se blasonnent ainsi[5] : « D'azur, à la croix de Lorraine d'or, côtoyée de deux alérions d'argent »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas-Julien Jacob (instituteur), Rembercourt-aux-Pots, 1888, [lire en ligne]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  3. « Notice no PA00106605 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375
  5. Constant Lapaix, Armorial des villes, bourgs et villages de la Lorraine, du Barrois et des Trois-Évêchés, Nancy, 1868 [1]