Religion en Norvège

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article traite des religions en Norvège. Selon un sondage Eurobarometer datant de 2005, 32 % des citoyens norvégiens ont répondu qu'ils « croient que Dieu existe », tandis que 47 % disent qu'ils « croient en l'existence d'un esprit ou force de vie » et 17 % « ne croient pas en un esprit, dieu ou force de vie »[1]. Selon un autre sondage, de Gallup, 36 % des Norvégiens sont religieux. C'est la proportion la plus faible des pays occidentaux[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement et jusqu'à la fin de l'Âge des Vikings, la majorité des habitants de la Norvège actuelle vénéraient les dieux anciens du paganisme nordique, comme dans les autres pays scandinaves. À la fin du XIe siècle, la Norvège est christianisée, le paganisme et ses rites sont alors interdits. Les lois contre le paganisme sont abolies au début du XXe siècle. On voit aujourd'hui beaucoup de traces du paganisme norrois en Norvège, particulièrement dans les toponymes, les noms des jours de la semaine, et dans la langue parlée en général.

Une partie de la minorité saami continue à pratiquer sa religion jusqu'à leur christianisation au XVIIIe siècle par les missionnaires dano-norvégiens.

Il existe aujourd'hui plusieurs mouvements néopaïens en Norvège, le Åsatrufellesskapet Bifrost fondé en 1996 (Asatru " Bifrost "), et Foreningen Forn Sed en 1999. Ils ont été officialisés reconnue par le gouvernement norvégien en tant que sociétés religieuses, ce qui leur permet de conduire légalement des cérémonies civiles (comme des mariages). Forn Sed est un membre du Congrès mondial des religions ethniques depuis 2005, ils comptent près de 400 fidèles.

Christianisme[modifier | modifier le code]

La plupart des villages en Norvège ont une église comme ici à Askøy.

Environ 77 % des Norvégiens sont membres de l’Église d’État luthérienne, dans laquelle ils sont recensés à leur naissance[3]. Jusqu'en mai 2012, l’Église de Norvège (Den norske kirke), aussi appelée Église luthérienne évangélique de Norvège, était reconnue comme telle par la constitution du pays. Son gouverneur est le roi régnant, qui a donc l’obligation d’être de confession luthérienne. Les lois régissant le fonctionnement et le budget de l’Église de Norvège étaient votés par le Parlement et exécutés par le ministère des Églises. Le 21 mai 2012, les parlementaires norvégiens abolissent cette disposition constitutionnelle faisant de l’Église évangélique luthérienne l’Église d’État : L’État n’est plus confessionnel et la notion de « religion publique » disparait, à l'instar de l'impôt ecclésiastique même si l’État conserve la tâche de soutenir l’Église en tant que communauté de croyants. L’Église norvégienne est substituée à l'État pour la nomination des évêques et doyens tandis qu'il n'est plus nécessaire pour les membres du gouvernement d'appartenir à cette Église[4].

Les autres confessions chrétiennes, Église évangélique luthérienne libre de Norvège, Église catholique, congrégations pentecôtistes et méthodistes, adventistes, mormones, Témoins de Jéhovah regroupent environ 4,5 % de la population.

Autres religions[modifier | modifier le code]

En raison d'une immigration récente, l’islam représente 1,5 % de la population norvégienne. Le judaïsme et les autres religions représentent moins de 1 % de la population. Les immigrants indiens ont introduit l'hindouisme en Norvège mais ne comptent que pour 0,5 % de la population du pays. Il y a onze organisations bouddhistes regroupées dans l'organisation-mère Buddhistforbundet ; 0,42 % de la population est bouddhiste. Environ 1,5 % des Norvégiens adhèrent à l'Association humaniste norvégienne. Les personnes se déclarant sans confession comptent pour un peu plus de 5 % de la population[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)[PDF] Eurobarometer on Social Values, Science and Technology 2005, page 11
  2. (no) Klassekampen : Nordmenn minst religiøse
  3. Church of Norway, 2011 Statistisk Norway 19.5.2012
  4. En Norvège, le luthéranisme n’est plus religion d’État, Apic/La Croix, 21/05/2012, article en ligne
  5. (no)(en) Membership figures reached 400 000 ; Statistisk sentralbyrå : 1er janvier 2007