Religion en Côte d'Ivoire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La religion en Côte d'Ivoire, est caractérisée par une très grande diversité des pratiques. Les confessions religieuses les plus suivies par les populations vivant en Côte d’Ivoire sont l'islam (38 %) connu et pratiqué dans l'extrême nord du pays depuis environ sept siècles, le christianisme et en particulier le catholicisme (22 %) arrivé sur le littoral ivoirien au XVIIe siècle par les missionnaires chrétiens ainsi que le protestantisme (5,5 %). Plusieurs habitants du pays restent attachés aux religions traditionnelles (17 %), qui, au demeurant, maintiennent une influence assez forte sur toutes les autres croyances. En marge de ces grands courants, 17 % des habitants du pays pratiquent d'autres religions[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le phénomène religieux qui s'est diversifié et parfois modernisé en Côte d'Ivoire a reposé sur une vision traditionnelle du monde largement partagée au départ, avant que celle-ci ne soit modifiée, par la suite, par des influences extérieures. Le monde, dans l'espace national traditionnel, correspond de prime abord à une catégorie linguistique : dunia en malinké, kouro en , Bli en bété, man ou mein en baoulé, gbamladodo en dida. Selon la mythologie lobi, quatre éléments entrent dans la formation du monde : le feu qui se manifeste dans le chaud autant que le sec est l'énergie céleste qui correspond également à la saison sèche. Le feu engendre l'air qui est le second élément. L'air correspond à la saison humide car, selon cette vision, c'est l'air qui se manifeste sous la forme de pluie engendrant ainsi l'eau, le troisième élément. Enfin, de l'eau émane la terre, le quatrième élément. La terre a produit, par ordre chronologique, le végétal, l'animal et l'homme[2].

Ce monde ainsi composé, s'inscrit dans un double domaine : l'un, niveau céleste et invisible qui constitue la demeure du Dieu créateur entouré, selon les sénoufos, de créateurs secondaires ; et l'autre, visible, le village des humains voisins de la brousse abritant minéraux, végétaux et animaux. Cet univers est rythmé par le jour qui crée la visibilité au moyen du soleil et la nuit qui assombrit et rend tout invisible sauf pour les devins, guérisseurs et sorciers dotés des pouvoirs de clairvoyance laissés par Dieu avant de s'éloigner[2].

L'islam en Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Le Christianisme en Côte d'ivoire[modifier | modifier le code]

Les religions traditionnelles en Côte d'Ivoire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Jacques Leclerc, L'aménagement linguistique dans le monde, [Côte d'Ivoire lire en ligne (page consultée le 26 avril 2008)]
  2. a et b (Memel-Fotê, 1998, p. 21-22)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]