Religion en Éthiopie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

On pratique plusieurs religions en Éthiopie. Selon le recensement de 2007, les chrétiens représenteraient 62,8 % de la population, répartis entre orthodoxes monophysites (43,5 %), protestants (18,6 %) et catholiques (0,7 %)[1]. 33,9 % des Éthiopiens seraient musulmans et 3,2 % pratiqueraient une autre religion ou aucune. L'orthodoxie serait dominante en milieu urbain (59,1 %).

En termes de répartition géographique, l'Éthiopie peut grossièrement être divisée en deux avec d'une part les hauts plateaux (Addis-Abeba, Amhara et Tigré) dont les habitants sont majoritairement orthodoxes et les terres de l'est (Harar, Afar et Somali) où les habitants sont principalement musulmans sunnites. La région Oromia est partagée, avec 53 % de chrétiens et 43 % de musulmans. La région des nations, nationalités et peuples du Sud est la seule où les protestants sont les plus nombreux [réf. nécessaire].

Christianisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Christianisme en Éthiopie.

L'Éthiopie est le deuxième plus ancien État chrétien dans le monde, après l'Arménie[réf. nécessaire] . Saint Frumence de Tyr fut, d'après la tradition, celui qui aurait introduit le christianisme dans le pays en convertissant le roi Ezana d'Aksoum au cours du IVe siècle.

L'Église orthodoxe éthiopienne, qui fait partie des Églises des trois conciles, est la principale confession chrétienne d'Éthiopie et prétend regrouper 50 % de la population éthiopienne. Jusqu'en 1959, elle faisait partie de l'Église copte orthodoxe. Elle est la seule Église orthodoxe précoloniale de l'Afrique subsaharienne.

Selon le recensement national officiel de 2007, 62,8 % de la population éthiopienne serait chrétienne[1] dont 43,5 % pour l'Église éthiopienne orthodoxe, 18,6 pour les Églises protestantes (telles que l'Église éthiopienne orthodoxe Tehadeso, le P'ent'ay et l'Église éthiopienne évangélique Mekane Yesus) et l'Église catholique éthiopienne qui regroupe environ 0,7 % de la population. Selon les données du département d'État américain 50 % du pays serait chrétien, dont 40 à 45 % pour l'Église éthiopienne orthodoxe, et environ 10 % pour les Églises évangéliques et pentecotistes[2].

Islam[modifier | modifier le code]

Une mosquée à Harar
Article détaillé : Islam en Éthiopie.

Selon les statistiques du département d'État américain, les musulmans constitueraient approximativement 45 % de la population éthiopienne[2]. D'après le recensement national officiel de 2007, leur part ne dépasserait pas 33,9 %[1]. La plupart des musulmans éthiopiens sont sunnites et la majorité appartiennent à des ordres soufis[2].

L'islam est arrivé en Éthiopie en 650. Des religieux musulmans affirment qu'Addis-Abeba, la capitale du pays, abrite environ un million de musulmans[3]. L'islam est surtout présent dans les régions Somali et Afar ainsi que dans certaines parties du sud de la région Oromia.

Judaïsme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Falashas.
Enfant juif éthiopien attendant de faire l'aliyah.
Zones où les falashas (beta Israel) vivaient avant leur émigration vers Israël.

Les Beta Israel (ou Falashas) ont presque totalement immigré en Israël où ils sont devenus les juifs éthiopiens. Il existe deux hypothèses principales sur leur origine. Ils seraient des descendants soit du noyau juif présent en Éthiopie avant la christianisation, soit de fondamentalistes chrétiens qui auraient rejeté une partie de la Bible.

Les premier textes mentionnant clairement les Beta Israel datent du XIVe siècle. Ils deviennent connus en Occident au XIXe siècle et leur «judaïté» est reconnue par le gouvernement israélien en 1975. Les opérations Moïse et Salomon ont transporté, en 1984 et 1991, la grande majorité des juifs éthiopiens en Israël où ils sont aujourd'hui environ 105 000. Une petite communauté existe encore en Éthiopie, principalement composée de Falash Mura, c'est-à-dire de Beta Israel convertis au christianisme et qui, de ce fait, ne sont pas reconnus par Israël même s'ils sont revenus au judaïsme.

Animisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Religions tribales africaines.

Environ 2,6 % des Éthiopiens ont des croyances animistes[1].

Religion et politique[modifier | modifier le code]

La constitution éthiopienne garantit la liberté religieuse, bien que dans certaines localités elle ne soit pas toujours respectée. Il n'y a pas de religion d'État et il est interdit de créer un parti politique fondé sur la religion. Les groupes religieux doivent être déclarés et enregistrés auprès des autorités gouvernementales.

Il existe des tensions entre l'Église orthodoxe éthiopienne et les protestants, ainsi qu'avec les musulmans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) [PDF]Central Statistical Agency of Ethiopia, « Summary and Statistical Report of the 2007 Population and Housing Census »,‎ décembre 2008 (consulté en 21.7.2009), p. 17.
  2. a, b et c (en) Rapport 2008 sur la liberté religieuse dans le monde
  3. (en) Rapport 2005 sur la liberté religieuse dans le monde

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]