Religion en Érythrée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les principales religions en Érythrée sont le christianisme et l'islam, entre lesquelles se partage à parts égales la population du pays. La plupart des chrétiens érythréens font partie de l'Église érythréenne orthodoxe, une église monophysite en communion avec ses homologues éthiopienne (dont elle s'est séparée en 1993) et égyptienne (dont elle s'est séparée en 1952). Les musulmans se rattachent principalement au sunnisme et à l'école chaféite[1].

Depuis 2002, tous les groupes religieux sont interdits à l'exception de cinq groupes autorisés par l'État :

Selon le Rapport annuel 2006 sur la liberté de religion dans le monde[2], les membres des groupes non autorisés (évangéliques indépendants, pentecôtistes), témoins de Jéhovah…) et les membres du mouvement réformiste de l'église orthodoxe érythréenne sont harcelés et emprisonnés. Selon Amnesty International[3], des dizaines de membres de ces mouvements sont détenus pour avoir pratiqué leur religion. Ils peuvent être torturés ou forcés à se convertir.

En 2005, le patriarche de l'Église orthodoxe érythréenne Antoine Ier a été déposé pour avoir protesté contre l'arrestation de trois prêtres orthodoxes[3]; il a été remplacé par un patriarche nommé par le gouvernement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Christophe Victor, Les dessous des cartes, Arte éditions, p. 93 (ISBN 2847343040).
  2. Réalisé par le gouvernement des États-Unis, voir en ligne.
  3. a et b Rapport Amnesty International 2007.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]