Religion au Népal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Népal était jusqu'en 2006, le seul pays dont la religion officielle était l'hindouisme sans que les non-hindous ne fassent l'objet de discrimination.

En mai 2006 le Parlement népalais inscrit dans la constitution provisoire le Népal état laïque pour ne plus être seulement un pays hindou, établissant un droit égal pour chacun à pratiquer sa religion.

Il s'en est suivi une croissance des autres religions, en particulier du christianisme (principalement évangélique et pentecôtiste), beaucoup de crypto-chrétiens pratiquant dès lors leur religion à découvert. Cela entraina en retour un raidissement hindou, justifié principalement par l’agressivité perçue des pratiques de conversion de certaines communautés protestantes. Le 23 mai 2009 une bombe explose ainsi dans la cathédrale catholique de l’Assomption à Katmandou, posée par la Nepal Defence Army (NDA), un groupe nationaliste prônant le retour à la monarchie et à la religion hindoue.

Les fortes tensions religieuses se sont entre autres traduites en août 2011 par un projet de loi "anti-conversion" réprimant le fait de prêcher une autre religion que l’hindouisme, de distribuer des documents religieux non hindous ou encore d'abattre un bovin[1].

Les religions pratiquées au Népal[modifier | modifier le code]

Les pourcentages ci-dessous correspondent à ceux du recensement de 2011[2].

Hindouisme[modifier | modifier le code]

L'hindouisme est la religion majoritairement pratiquée. Elle concerne 81 % de la population.

La population du pays, à la religiosité très grande, est divisée en différentes traditions (que l'on appelle 'sectes') qui vivent en harmonie les unes avec les autres. On voit surtout l'existence de Śākta, Śaiva, Vaishñava etc.

La presence de l'Himalaya permit le développement de l'hindouisme au Népal, la montagne attirant les ascètes et hommes religieux influents. Les bouddhistes et les hindous se rencontrent partout et vivent en bonne entente.

Une grande importance est donnée aux dieux dans tout le pays. La religion pratiquée au Népal honore de très nombreux dieux. La religion est omniprésente dans les rues ou dans les campagnes du Népal.

Bouddhisme[modifier | modifier le code]

Le bouddhisme est la deuxième religion en importance. Elle est pratiquée par 9 % de la population. Cette religion est surtout présente dans les régions montagneuses du pays et dans la vallée de Katmandou. Le Bouddha serait en effet né au royaume de Kapilavastu, village dont la localisation traditionnelle serait Lumbinî au Népal. Mais les Indiens préfèrent à dire qu'il est né en Inde. La preuve authentique existe à Lumbinî où se trouve la plus vieille inscription clairement écrite "Ici; le Bouddha est né; celui de Śakyamuni"

Note : Ces deux religions, hindouisme et bouddhisme se rencontrent en de nombreux points, et l'on trouve même des temples partagés par les deux confessions.

Islam[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Islam au Népal.

L'islam est présent et concerne 4,4 % de la population.

Kiranti[modifier | modifier le code]

L'ethnie des Kiranti suit une confession distincte. Cette pratique concerne 3,1 % de la population.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Le christianisme est très minoritaire (1,4 %) dans la société népalaise où il est toléré depuis peu (levée des restrictions en 1991). La forte croissance du nombre de chrétiens au cours des années 2000-2010 n'a pour l'instant pas fait l'objet de mesures fiables. Certaines sources parlent de 2 millions de chrétiens (soit 6,9 % de la population), mais ces chiffres sont contestés au sein des milieux chrétiens eux-mêmes[3],[4]. Cette croissance très rapide est une source de tensions religieuses importantes.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Vicariat apostolique du Népal

Références 
  1. EDA, 22/08/2011, Chrétiens, musulmans, bouddhistes et baha’is se mobilisent contre un projet de loi anti-conversion
  2. Bureau of Statistics: Population and Housing Census 2011, Faits saillants majeurs (p. 4)
  3. EDA, 07/01/2011, Le pays aurait franchi le cap des deux millions de chrétiens
  4. EDA, 26/07/2011, Pour la première fois, les chrétiens seront véritablement comptabilisés dans le recensement de la population