Relexification et resyntactification

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La relexification et la resyntactification sont deux modèles explicatifs distincts du changement linguistique accéléré qui, partant d'un état donné d'une langue, amène la formation de variétés linguistiques nouvelles :

  • la relexification renouvelle le lexique, en conservant intacte la syntaxe d’origine ;
  • la resyntactification renouvelle la syntaxe, laissant le lexique inchangé.

Le type de changement dépend du contexte social dans lequel s'élabore la nouvelle variété. Le remodelage de la syntaxe d’une variété linguistique est liée à l’élaboration d’une koinè véhiculaire universellement accessible à une population nouvellement constituée d’origines linguistiques diverses. Le processus d’élaboration d’une variété relexifiée, par contre, n’exige aucun changement de langue de la part des locuteurs mais résulte, au contraire, de pratiques sociales fermées caractéristiques de l’édification d’une identité collective séparée.

On qualifie les produits de la resyntactification de créoles quand ceux-ci sont deviennent une langue maternelle pour certains locuteurs, et de pidgins quand ce n'est pas le cas. Dans le cas de la relexification, on parle de jouals quand le nouveau lexique a été élaboré sur le modèle d’une autre langue, étrangère à la communauté, et d’argots quand il résulte d'une transformation interne à la langue considérée.

Toute langue étant essentiellement du vocabulaire coulé dans une syntaxe, relexification et resyntactification, de par leur modus operandi, sont mutuellement exclusifs. Il découle de leur incompatibilité qu’un créole ou un pidgin n’est pas un joual ou un argot et qu’un joual ne peut pas être un créole. Cependant, les véritables cas de relexification ont été peu documentés, de sorte que le phénomène reste mal exploré. La récupération récente de cette notion par la créologie peut aboutir à reclasser certains créoles comme non créoles sans que les créologues ne s'en aperçoivent réellement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • DeGraff, Michel (2002). « Relexification : A reevaluation. » Linguistic Anthropology 44:4.321-414.[1]
  • DeGraff, Michel (2005). « Morphology and word order in `creolization' and beyond. » The Oxford Handbook of Comparative Syntax, ed. Guglielmo Cinque & Richard Kayne, 293-372. Oxford University Press.[2] or [3]
  • Gumperz, John J. & Wilson, R. (1971), « Convergence and creolization: A case from the Indo-Aryan/Dravidian border », In: Pidginization and creolization of languages, ed. Dell Hymes, 151-68. Cambridge: Cambridge University Press.
  • Kouwenberg, Sylvia (2000). « Compte rendu : Creole Genesis and the Acquisition of Grammar. The Case of Haitian Creole, Claire Lefebvre, 1998 (Cambridge University Press). » Revue québécoise de linguistique 28:2.129-136. [4]
  • Le Vaillant, Yvon (1989), « Le jargot des argotologues. » Le Nouvel Observateur, 26 octobre-1er novembre 1989, p. 142.[5]
  • Muysken, Pieter C. (1981). Halfway between Quechua and Spanish : the case for relexification. Historicity and variation in Creole studies, ed. Arnold Highfield & Albert Valdman, 52-78. Ann Arbor : Karoma.
  • Singler, John Victor (1988). « The homogeneity of the substrate as a factor in pidgin/creole genesis. » Language 64:1.27-51.
  • Singler, John Victor (1996). « Theories of creole genesis, sociohistorical considerations, and the evaluation of evidence : The case of Haitian Creole and the Relexification Hypothesis. » Journal of Pidgin and Creole Languages 11.185-230.
  • Wittmann, Henri (1987). « Relexification phylogénétique et structure de C” en créole haïtien et en fon. » Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée 6:2.127-35.[6]
  • Wittmann, Henri (1994). « Relexification et créologenèse. » Actes du Congrès international des linguistes 15:4.335-38. Québec : Presses de l'Université Laval.[7]
  • Wittmann, Henri et Fournier, Robert (1996). « Contraintes sur la relexification : les limites imposées dans un cadre théorique minimaliste. » Revue québécoise de linguistique théorique et appliquée 13,245-80. [8]

Voir aussi[modifier | modifier le code]