Relations entre les États-Unis et Israël

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre
les États-Unis et Israël
Drapeau des États-Unis
Drapeau d’Israël
États-Unis et Israël
     États-Unis      Israël
Frontière
Pas de frontières terrestres

Les relations entre les États-Unis et Israël sont un facteur important dans la politique étrangère du gouvernement des États-Unis au Moyen-Orient depuis 1948. Les États-Unis maintiennent avec Israël une relation de proximité et de soutien via une aide financière annuelle et des accords militaires. Avant la même création d’Israël, la communauté juive aux États-Unis s'active a rassembler des fonds et des renseignements pour créer le pays. Le soutien a Israël est marqué par de puissants groupes de pressions, composé à la fois de Juifs et de non-Juifs, dont le but est d'influencer la politique étrangère américaine au profit de l’État hébreu.

Histoire des relations américano-israéliennes[modifier | modifier le code]

Pré-Israël[modifier | modifier le code]

Avant la même création d’Israël, la communauté juive sioniste aux États-Unis s'active a rassembler des fonds et des renseignements pour créer le pays [1].

En 1917, le président américain Woodrow Wilson souscrit à la Déclaration Balfour, qui exprimait le soutien de la Grande-Bretagne à la création d’un foyer national pour le peuple juif en Palestine [2] [3], mais ne fait quasiment rien fait pour la réalisation de ce projet .

L’implication américaine la plus significative à cette période – une commission d’enquête envoyée dans la région en 1919 par la Conférence de Paris sous la direction des Américains Henry Churchill King et Charles Crane [4] abouti à la conclusion que la population locale s’opposerait à une occupation sioniste durable, allant jusqu’à donner un avis défavorable à la création d’un État juif indépendant.

Post-Israël[modifier | modifier le code]

Administration Truman (1945-1961)[modifier | modifier le code]

Truman reconnait Israël le jour même de sa création [5] [6], aussi bien pour des raisons électorales [7] que personnelles [8] malgré une opposition d'une partie du Département d’État [9] [10]. Des notes de son journal intime révèlent qu'il trouve les juifs cruels [11]. L'AIPAC, premier lobby pro-israélien naît en 1951, trois ans après la naissance d'Israël. Il est a l'origine appelé Comité Sioniste Américain pour les Affaires Publiques [12]. Contrairement à ce qui prévaut en France, où le lobbyisme est associé à une théorie du complot, le lobbyisme est aux États-Unis institutionnalisé [13] .

Administration Kennedy (1961-1963)[modifier | modifier le code]

En 1960, Kennedy, alors candidat a la présidentielle américaine prononce un discours devant la convention américaine sioniste [14]. Porté au pouvoir, les renseignements américains apprennent a l'administration Kennedy que Israël est, avec le soutien de la France, en train de mettre en place un projet nucléaire à Dimona dans le désert du Néguev [15]. L'administration Kennedy y est opposé et cherche a rassurer Israël sur sa sécurité pour l’empêcher de développer un arsenal nucléaire, en vain [16] [17]. Kennedy met en place des accords militaires et étend les embargos sur les armes que les administrations Eisenhower et Truman ont mis en place. David Ben Gourion, le premier ministre Israélien, assure aux États-Unis que Israël ne cherche pas a doter de l'arme nucléaire . En 1961, des accords sont mis en place pour assurer des inspections américaines [18]. En visite aux États-Unis, Shimon Peres promet au président Kennedy que «Israël n'introduira pas d'armes nucléaires dans la région » [19]. Les suspicions sur le programme nucléaire israélien au sein de l'administration Kennedy deviennent avec le temps de plus en plus intense, et les États-Unis exigent des inspections annuelles [20].

Administration Johnson (1963-1969)[modifier | modifier le code]

Suite a l’assassinat de Kennedy, l'administration Johnson reste opposée au programme nucléaire Israélien [21]. Le président Johnson augmente l'aide a Israël [22].

En 1967 éclate la guerre des 6 jours, Israël attaque l’Égypte, et la Jordanie. La Marine et l'Armée de l'air de Israël ouvrent le feu sur le USS Liberty, un navire de la NSA sous drapeau américain. L'administration Johnson pense d'abord que c'est l'Union Soviétique. Israël affirme que c'est un accident regrettable, présente ses excuses et dédommage les victimes, l'affaire est par la suite officiellement close[23]. Une version contestée par de nombreux historiens et militaires qui affirment que Israël a ouvert le feu de façon délibérée[24] [25] [26] [27].

En 1968, l'administration Johnson apprend que Israël dispose désormais d'ogives nucléaire [28].

Administration Nixon (1969-1974)[modifier | modifier le code]

L'administration Nixon envisage de faire pression sur Israël pour qu'ils signent le traité de non prolifération nucléaire, et acceptent des visites internationales pour démanteler leur programme nucléaire. Les diplomates américains, inquiets pensent que les armes nucléaires pourraient encore plus compliquer le processus de paix avec les pays arabes[29].

En 1969, le Président Nixon passe un accord non écrit avec Golda Meir . Les États-Unis acceptent que Israël ne signe pas le traité de non prolifération nucléaire et ne réagiront pas aussi longtemps que Israël ne révèlera pas publiquement ses armes nucléaires au monde entier. Cet accord, resté secret jusqu'en 1991, sera suivi par tous les futurs dirigeants américains et israéliens[30],[31],[32].

En 1973, éclate la guerre du Kippour. Le gouvernement Israélien est informé d'une attaque imminente par le roi Hussein de Jordanie [33][34] et par le propre gendre du président Nasser [35] [36]. Henry Kissinger, le secrétaire d’État américain, qui souhaite affaiblir Israël pour que les Israéliens soient plus près a négocier, prévient que si Israël attaque en premier de façon préventive, alors aucune aide ne viendrait des États-Unis [37]. Kissinger explique que bien que juif lui même, il n'allait pas en temps que chef de la diplomatie américaine trahir les propres intérêts des États-Unis [38]. Les organisations juives sionistes du monde entier lui reprocheront d’être un traitre ou un juif antisémite. Dans des enregistrements audios dévoilés par la suite, Henry Kissinger lâche devant le président Richard Nixon "batards de juifs"[39] et "Y'a-t-il un seul peuple dans le monde qui soit aussi égoïste que les juifs ? Aucun"[40][41].

Administration Ford (1974-1977)[modifier | modifier le code]

Administration Carter (1977-1981)[modifier | modifier le code]

Administration Reagan (1981-1989)[modifier | modifier le code]

Administration H.W. Bush (1989-1993)[modifier | modifier le code]

Administration Clinton (1993-2001)[modifier | modifier le code]

Administration Bush (2001-2009)[modifier | modifier le code]

Administration Obama (2009-)[modifier | modifier le code]

Depuis la fin de la guerre froide[modifier | modifier le code]

Coopération militaire[modifier | modifier le code]

Le président américain Barack Obama avec le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou en mars 2013.

La coopération entre Israël et les États-Unis est très proche dans beaucoup de domaines d'activité militaire. Les États-Unis supervisent la recherche-développement en armes d'Israël, contribuant au financement d'importants projets de défense israélien comme le char d'assaut Merkava et le chasseur IAI Lavi. Israël participe activement au développement de l'avion de combat F-35 Lightning. Les États-Unis lui proposent de participer au programme F-22 Raptor, demande qu'Israël refuse en raison du coût élevé du projet.

Israël et États-Unis coopèrent dans plusieurs projets de développement de technologies militaire: on peut citer le missile anti-missile Arrow et le système laser Nautilus. Les deux armées mènent conjointement des exercices pour tester leur bonne inter-opérabilité. En contrepartie, la Sixième flotte américaine stationne à Haifa et Israël assure la logistique et la maintenance pour les forces américaines déployées dans la région. Les deux pays mettent également en commun leur services de renseignements.

Les différends[modifier | modifier le code]

Parmi les différends entre les deux pays, on peut citer la ventes d'armes et d'équipement militaire israélien à la République populaire de Chine, l'administration américaine les voyant comme une menace potentielle pour les forces américaines déployées en Asie[42]. Par ailleurs, en 2005, sous la pression de Washington D.C, Israël a été contraint de geler un important contrat avec le Venezuela dans lequel les Israéliens s’engageaient à mettre à niveau 22 F-16 Fighting Falcon de la force aérienne vénézuélienne.

Relations économiques[modifier | modifier le code]

Les deux pays ont signé un accord de libre-échange en avril 1985[43]. En 2010, le volume des échanges commerciaux s'élevait à 32,3 milliards de dollars, les exportations israéliennes vers les États-Unis totalisant 21 milliards de dollars et les exportations américaines vers Israël totalisant 11,3 milliards de dollars[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.haaretz.com/news/diplomacy-defense/.premium-1.589194
  2. The Uncertain Friendship - The U.S and Israel from Roosevelt to Kennedy - Herbert Druks
  3. http://www.haaretz.com/culture/books/.premium-1.548974
  4. «WORTH  LIVING AND WORTH GIVING  » CHARLES R. CRANE ET LE PROGRESSISME WILSONIEN :LA PHILANTHROPIE COMME MOYEN DE RÉFORME
  5. http://www.nytimes.com/learning/general/onthisday/big/0514.html/
  6. http://www.archives.gov/global-pages/larger-image.html?i=/education/lessons/us-israel/images/recognition-press-release-l.jpg
  7. http://jcpa.org/article/president-truman%E2%80%99s-decision-to-recognize-israel/
  8. http://jcpa.org/article/president-truman%E2%80%99s-decision-to-recognize-israel/
  9. http://www.archives.gov/education/lessons/us-israel/
  10. http://jcpa.org/article/president-truman%E2%80%99s-decision-to-recognize-israel/
  11. http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/middleeast/israel/1435930/Truman-diary-reveals-scorn-for-cruel-Jews.html
  12. Bard, Mitchell Geoffrey; Schwartz, Moshe (2005). 1001 Facts Everyone Should Know About Israel. Lanham, Maryland: Rowman & Littlefield. p. 148. ISBN 0-7425-4357-9. Retrieved March 22, 2012. 
  13. http://www.lefigaro.fr/international/2009/05/18/01003-20090518ARTFIG00334-l-aipac-le-lobby-pro-israelien-des-etats-unis-.php
  14. http://www.presidency.ucsb.edu/ws/?pid=74217
  15. http://www.lefigaro.fr/international/2008/05/07/01003-20080507ARTFIG00013-comment-la-france-a-aide-israel-a-avoir-la-bombe.php
  16. http://books.google.fr/books?id=5uIY9Az0ERAC&pg=PT130&lpg=PT130&dq=administration+kennedy+et+israel&source=bl&ots=Yn7cX9FiwD&sig=4iqkkCoqoi59UtRB2hT396t_eRA&hl=fr&sa=X&ei=dP65U7X4F4Oj8gGlp4FI&ved=0CHcQ6AEwDQ#v=onepage&q=administration%20kennedy%20et%20israel&f=false
  17. http://www.lefigaro.fr/international/2008/05/07/01003-20080507ARTFIG00013-comment-la-france-a-aide-israel-a-avoir-la-bombe.php
  18. http://www.franceculture.fr/emission-isra%C3%ABl-2005-09-27.html
  19. http://www.lefigaro.fr/international/2008/05/07/01003-20080507ARTFIG00013-comment-la-france-a-aide-israel-a-avoir-la-bombe.php
  20. Shimon Peres et l'histoire secrète d'Israël, Michael Bar-Zohar
  21. http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/27/quand-bibi-netanyahou-vote-mitt-romney_1766768_3232.html
  22. http://www.jewishpress.com/indepth/front-page/lbj-and-israel/2008/08/27/
  23. http://thelibertyincident.com/docs/israeli/IDF-history-report-en.pdf
  24. http://whatreallyhappened.com/WRHARTICLES/ussliberty.html
  25. http://www.chicagotribune.com/news/nationworld/chi-liberty_tuesoct02,0,66005.story
  26. http://www.monde-diplomatique.fr/2001/11/HAGER/15859
  27. http://www.economicpolicyjournal.com/2013/01/the-uss-liberty-israel-president.html
  28. http://www.theguardian.com/world/2014/jan/15/truth-israels-secret-nuclear-arsenal
  29. http://www.haaretz.com/news/nixon-administration-pressured-israel-on-nuclear-program-papers-reveal-1.278808
  30. http://www.theguardian.com/world/2014/jan/15/truth-israels-secret-nuclear-arsenal
  31. http://www.foreignaffairs.com/articles/66569/avner-cohen-and-marvin-miller/bringing-israels-bomb-out-of-the-basement
  32. The Worst-Kept Secret: Israel's Bargain with the Bomb
  33. http://www.lexpress.fr/informations/israel-jordanie-la-levee-du-secret_598988.html
  34. http://www.mondialisation.ca/que-sest-il-reellement-passe-lors-de-la-guerre-de-kippour/5389082
  35. http://www.jolpress.com/guerre-kippour-espion-israel-gendre-nasser-marius-schattner-frederique-schillo-article-821730.html
  36. http://www.franceculture.fr/oeuvre-la-guerre-du-kippour-n-aura-pas-lieu-comment-israel-s-est-fait-surprendre-de-frederique-schil
  37. http://www.slate.fr/story/72465/guerre-kippour-israel-syrie-2013
  38. https://www.youtube.com/watch?v=RoNuoEN-qHo
  39. http://www.israelnationalnews.com/News/News.aspx/149898
  40. https://myaccount.nytimes.com/auth/login?URI=www-nc.nytimes.com/aponline/2011/11/17/us/politics/AP-US-Kissinger.html&REFUSE_COOKIE_ERROR=SHOW_ERROR
  41. http://mondoweiss.net/2011/11/kissinger-is-there-a-more-self-serving-group-of-people-than-the-jewish-community.html
  42. (en) US acts over Israeli arms sales to China, The Guardian, 13 juin 2005
  43. (en) Agreement on the Establishment of a Free Trade Area between the Government of Israel and the Government of the United States of America, Israel Ministry of Foreign Affairs
  44. (en) The U.S. - Israel Free Trade Agreement, The Embassy of Israel to the United States

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]