Relations entre la Géorgie et la Russie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre la Géorgie et la Russie
Drapeau de la Géorgie
Drapeau de la Russie
Géorgie (pays) et Russie
     Géorgie      Russie
Frontière
Frontière entre la Russie et la Géorgie
Rencontres sportives
Football Rencontres

Les relations entre la Russie et la Géorgie sont des relations internationales entre deux pays d'Europe et d'Asie. Une frontière délimitant les pays se trouve dans la région du Caucase.

Historique[modifier | modifier le code]

Carte de la reconnaissance des territoires post-soviétiques par la Russie début 2014 : Transnistrie, République de Crimée, Abkhazie, Ossétie du Sud et Haut-Karabagh.
  •      Russie
  •      anciennes Républiques socialistes soviétiques
  •      territoires post-soviétiques ayant déclaré leur indépendance et reconnus par la Russie
  •      territoires post-soviétiques ayant déclaré leur indépendance et reconnus seulement par des territoires devenus indépendants eux-mêmes reconnus par la Russie

Suite à l'indépendance de la Géorgie en 1991, l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, deux régions autonomes géorgiennes se trouvant sur la frontière ont elles aussi proclamé les leurs, soutenues par la Russie, qui les a ultérieurement reconnues. De ce fait les relations entre ses deux pays ont toujours été tendues et plusieurs guerres ont eu lieu entre d'un côté les forces russes, abkhazes et ossètes, et de l'autre côté les forces géorgiennes lors de la Première Guerre d'Ossétie du Sud et de la Deuxième Guerre d'Ossétie du Sud.

Avec l'élection de Mikhail Saakachvili, président de Géorgie pro-occidental, à plusieurs moments la Russie et la Géorgie en sont venues aux armes, principalement en Ossétie du Sud, région séparatiste pro-russe[1].

Suite à une période sans aucune forme de dialogue entre les deux pays, la Russie a proposé de reprendre les relations internationales avec la Géorgie le 2 mars 2012[2]. Cependant, les Géorgiens ont refusé de rétablir des relations bilatérales tant que Moscou reconnaitra l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud[3].

Des bases militaires russes sont installées dans les régions séparatistes géorgiennes d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie qui font partie, avec la Crimée et la Transnistrie, du glacis géostratégique russe permettant à Moscou de contrôler y compris militairement sa zone d'influence exclusive ; ces entités se reconnaissent d'ailleurs aussi entre elles[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]