Relations entre la Corée du Nord et l'Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre la Corée du Nord et l'Iran
Drapeau de la Corée du Nord
Drapeau de l'Iran
Corée du Nord et Iran
     Corée du Nord      Iran

Les relations entre la Corée du Nord et l'Iran sont des relations s'exerçant entre un pays d'Asie de l'Est, la République populaire démocratique de Corée, et un pays du Moyen-Orient, la République islamique d'Iran. Elles sont décrites comme étant positives par les agences officielles des deux pays. La Corée du Nord et l'Iran sont les deux derniers membres de ce que l'on appelle l'« Axe du Mal », pays présentés par l'Administration Bush comme souhaitant se procurer des armes de destruction massive et soutenant le terrorisme.

L'Iran dispose d'une ambassade à Pyongyang et la Corée du Nord dispose d'une ambassade à Téhéran.

Histoire des relations irano-nord-coréennes[modifier | modifier le code]

Coopération militaire et nucléaire[modifier | modifier le code]

Portée des missiles balistiques iraniens (bleus) si l'Iran venait à acquérir des missiles nord-coréens.

Depuis les années 1980, la Corée du Nord est l'un des importants fournisseurs d'armes du gouvernement iranien. Les ventes d'armes nord-coréennes et de blindés (T-54/55) à l'Iran ont littéralement explosé durant la guerre Iran-Irak. Elles ont débouché par ailleurs sur une coopération nucléaire entre les deux pays, impliquant également la Syrie[1].

Durant la guerre du Golfe en 1990-1991, la Corée du Nord a fourni à l'Iran de nombreuses quantités de canons anti-aériens, des canons automoteurs Koksan, de missiles Scud, d'armes automatiques, de mines navales et de missiles sol-air entre autres.

Dans les années 2000, 19 missiles balistiques nord-coréens BM25 Musudan, d'une portée de 2 500 à 3 000 km, auraient été vendus à l'Iran, en échange de pétrole[2].

En décembre 2009, une cargaison d'armes nord-coréennes contenant des lance-roquettes et des missiles sol-air est interceptée en Thaïlande. L'armée nord-coréenne entraînerait par ailleurs des agents iraniens avec des techniques de pointe[3].

Le 12 décembre 2012, l'Iran a félicité la Corée du Nord pour le lancement de sa fusée Kwangmyŏngsŏng 3 numéro 2[4]. Selon la Corée du Sud, des experts iraniens auraient contribué à conception de la fusée[5], déclaration démentie par Téhéran[6].

En mars 2013, la Corée du Nord, l'Iran et la Syrie ont bloqué un traite de l'ONU concernant le commerce international des armes[7],[8].

Domaine culturel et scientifique[modifier | modifier le code]

En janvier 2007, un plan d'échange culturel et scientifique a été signé entre les gouvernements de la RPDC et de l'Iran[9].

Échanges commerciaux[modifier | modifier le code]

La signature d'un accord de coopération bilatéral, le 8 août 2007, doit renforcer les échanges économiques entre les deux pays, notamment dans les domaines de la construction et des industries technologiques[10].

Le 8 août 2007, le ministre iranien du pétrole Kazem Vaziri Hamaneh et le ministre nord-coréen du commerce extérieur Rim Kyong-man sont convenus d'un accord pour développer la coopération bilatérale dans le secteur énergétique, à la suite du resserrement des liens politiques entre leurs deux pays. Selon le ministre iranien du pétrole : « Puisque nos deux nations sont en première ligne dans le combat contre l'impérialisme et que maintenant les relations politiques sont au plus haut niveau, la Corée du Nord recevra du pétrole de l'Iran et elle approvisionnera l'Iran du surplus de son propre pétrole raffiné[11] ».

En novembre 2012, les deux États prévoient de promouvoir davantage leur coopération économique[12]. Des négociations sont ainsi en cours quant à l'exportation de pétrole iranien vers la Corée du Nord[13].

Liste des ambassadeurs nord-coréens en Iran[modifier | modifier le code]

L'ambassade iranienne à Pyongyang, Corée du Nord, 2011.
  • Kim Jong Nam (7 novembre 2000-8 janvier 2004[14])
  • Kim Chang Ryong (depuis le 8 janvier 2004[15])

Liste des ambassadeurs iraniens en Corée du Nord[modifier | modifier le code]

  • Mohammed Ganjidoost (?-23 février 2001[16])
  • Jalaleddin Namini Mianji (depuis le 23 février 2001[9])

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Arsenal Of The Axis, Time Magazine, 7 juillet 2003
  2. (en) Iran Fortifies Its Arsenal With the Aid of North Korea, The New York Times, 29 novembre 2010
  3. (en) Iran North Korea: DPRK Is Ally of US Enemies in Middle East Nuclear, Missile, Arms & Engineering Sales, AP, 18 février 2013
  4. (fr) Corée du Nord: les félicitations de l'Iran, Le Figaro, 12 décembre 2012
  5. (fr) Corée du Nord : la fusée réparée par des experts iraniens ?, TF1, 10 décembre 2012
  6. (fr) Fusée nord-coréenne: Téhéran dément la présence d'experts iraniens, Le Nouvel Observateur, 11 décembre 2012
  7. (en) Iran, North Korea, Syria block UN arms trade treaty, Free Malaysia Today, 29 mars 2013
  8. (en) U.N. Treaty to Control Arms Sales Hits Snag, The New York Times, 28 mars 2013
  9. a et b (en) DPRK-Iranian Cultural and Scientific Exchange Plan Signed, Korean Central News Agency, 19 janvier 2007
  10. (fr) « North Korea, Iran to sign economic pact », dépêche de l'Islamic Republic News Agency (IRNA), 8 août 2007
  11. (en) "Iran, North Korea eye energy cooperation", dépêche de l'AFP, sur le site TerraNet, 9 août 2007
  12. (fr) L'Iran et la Corée du Nord déterminés à renforcer les échanges commerciaux, IRIB, 18 novembre 2012
  13. (en) North Korea not ready for war while getting oil supplies from Iran, eTurboNews, 20 avril 2013
  14. (en) DPRK ambassador to Iran appointed, Korean Central News Agency, 7 novembre 2000
  15. (en) DPRK Ambassador to Iran Appointed, Korean Central News Agency, 8 janvier 2004
  16. (en) Paek Nam Sun meets Iranian ambassador, Korean Central News Agency, 23 février 2001

Liens externes[modifier | modifier le code]