Relations entre l'Azerbaïdjan et l'Iran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre l'Azerbaïdjan et l'Iran
Drapeau de l'Azerbaïdjan
Drapeau de l'Iran
Azerbaïdjan et Iran
     Azerbaïdjan      Iran

Les relations entre l'Azerbaïdjan et l'Iran sont établies en 1918, lorsque l'Iran reconnaît la République démocratique d'Azerbaïdjan et reprennent en 1991 suite à l'indépendance de l'Azerbaïdjan de l'URSS. L'Azerbaïdjan dispose d'une ambassade à Téhéran et d'un consulat-général à Tabriz (depuis 2004). L'Iran dispose d'une ambassade à Bakou et d'un consulat-général à Nakhitchevan.

Les deux États sont membres de l'Organisation de coopération économique (OCE) et de l'Organisation de la coopération islamique (OCI).

L'Iran a supprimé le 1er février 2010 le régime des visas pour les citoyens d'Azerbaïdjan, à l'exclusion des journalistes[1].

Relations ethniques internes[modifier | modifier le code]

Les Azéris constituent la deuxième ethnie d'Iran; quelques centaines de milliers de Talychis, proches linguistiquement du persan vivent aussi en Iran et dans le sud de l'Azerbaïdjan. Des difficultés dans les relations entre les deux États surgissent régulièrement à propos du statut socio-économique des Azéris d'Iran, à propos des bonnes relations qu'entretient l'Azerbaïdjan avec l'État d'Israël et des bonnes relations qu'entretient l'Iran avec l'Arménie. Cependant, malgré ces tensions qui sont attisées par certaines grandes puissances, au premier rang desquelles les États-Unis, les deux pays tentent de conserver « un caractère fraternel à leurs relations ». C'est ainsi que l'ambassadeur d'Iran à Bakou, Mohammedbaguir Bakhrami, a déclaré au cours d'une conférence de presse en mars 2012 à Bakou que « même dans les familles des incompréhensions peuvent survenir »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (ru) RIA Novosti, Article du 1er février 2010
  2. (ru), Orkhan Sattarov, Azerbaïdjan-Iran: tentative d'apaisement sur fond de scandales, in Вестник Кавказа (Le Messager du Caucase), 16 mars 2012

Article connexe[modifier | modifier le code]