Relations entre l'Angola et le Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Relations entre l'Angola et le Japon
Drapeau de l'Angola
Drapeau du Japon
Rencontres sportives
Football Rencontres

Les Relations entre l'Angola et le Japon ont démarré en septembre 1976, peu de temps après l'indépendance de l'Angola. À partir de 2007, les relations économiques ont joué « un rôle fondamental dans les relations bilatérales entre les deux gouvernements »

Susumu Shibata est l'ambassadeur du Japon en Angola.

Visites[modifier | modifier le code]

L'Ambassadeur de l'Unicef Tetsuko Kuroyanagi a visité l'Angola en 1989. Masakuni Murakami, Tetsuro Yano, des membres de la Chambre des Conseillers, en 1994, 2000, 2001, 2002, 2003, 2004. Le ministre des affaires étrangères, Yoriko Kawaguchi, en 2001.

Pedro de Castro van Dúnem, le ministre angolais des affaires étrangères, a visité le Japon en 1989, 1991 et 1992. Le ministre du commerce et du tourisme en 1993. Le premier ministre Marcolino Moco, le ministre des affaires étrangères Venâncio da Silva Moura, le ministre du pétrole Albina F. de Assis, le secrétaire du Cabinet de ministres, le ministre de la géologie et des mines, et le ministre de la pêche et de l'environnement Marta de F.M. Jardim en 1995. Antonio D.P. Costa Neto, le ministre de l'administration publique et de la sécurité sociale en 1998. Le Président angolais José Eduardo dos Santos, le ministre des hôtels et du tourisme Valentin, et le ministre des affaires étrangères Miranda en 2001. Le ministre du commerce Hossi en 2002. Le ministre des finances Moras et l'adjoint du premier ministre Jaime en 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Angola–Japan relations » (voir la liste des auteurs)
  • Satō Masanobu 佐藤正信, "Rekidai hanshu oyobi Matsudaira-ke keifu" 歴代藩主および松平家系譜, in Matsudaira Katamori no Subete 松平容保のすべて, ed. Tsunabuchi Kenjō 綱淵謙錠 (Tokyo: Shin Jinbutsu Ōraisha, 1984), pp. 232-243.