Relation diagonale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
  s1 s2 f d1 d2 d3 d4 d5 d6 d7 d8 d9 d10 p1 p2 p3 p4 p5 p6
1 H He
2 Li Be B C N O F Ne
3 Na Mg Al Si P S Cl Ar
4 K Ca   Sc Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Br Kr
5 Rb Sr   Y Zr Nb Mo Tc Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te I Xe
6 Cs Ba * Lu Hf Ta W Re Os Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Po At Rn
7 Fr Ra * Lr Rf Db Sg Bh Hs Mt Ds Rg Cn Uut Fl Uup Lv Uus Uuo
   
  f1 f2 f3 f4 f5 f6 f7 f8 f9 f10 f11 f12 f13 f14  
  * La Ce Pr Nd Pm Sm Eu Gd Tb Dy Ho Er Tm Yb  
  * Ac Th Pa U Np Pu Am Cm Bk Cf Es Fm Md No  

Une relation diagonale existe entre certains éléments chimiques voisins des deuxième et troisième périodes du tableau périodique. Il s'agit des paires :

Par exemple, la solubilité des sels de lithium ressemble plus à celle des sels de magnésium correspondants qu'à celle des sels des autres métaux alcalins. Le bore et le silicium sont des semiconducteurs, ont des oxydes acides et forment des hydrures volatils très réactifs alors que l'aluminium est un métal formant un hydrure solide.

Ces relations diagonales proviennent du fait que parcourir une période de gauche à droite et descendre une colonne du tableau périodique ont des effets opposés sur le rayon atomique et l'électronégativité des éléments. Le rapport taille/charge des atomes est à peu près constant sur ces diagonales, d'où certaines similitudes dans les propriétés des éléments concernés.

Référence[modifier | modifier le code]

  • James E Huheey, Ellen A Keiter, Richard L Keiter, André Pousse, J. Fischer « Chimie inorganique » — Éditions De Boek, Bruxelles, 1996, pp. 860-861. ISBN 2-8041-2112-7.

Article lié[modifier | modifier le code]