Reichsarbeitsdienst

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir RAD.
Drapeau du RAD.
Timbre de 1944 avec « Arbeitsmann ».

Le Reichsarbeitsdienst (abrév. RAD Service du travail du Reich) était une organisation de l'appareil du pouvoir national-socialiste du Troisième Reich des années 1933 à 1945. À partir de juin 1935 chaque jeune homme et jeune fille étaient obligés d'effectuer un service de travail de six mois qui précédait le service militaire.

Aperçu[modifier | modifier le code]

Le Reichsarbeitsdienst était né du mouvement de réforme des « Arbeitsdienste » (services de travail) volontaires, repris par Konstantin Hierl qui voulait les transformer dans un service de travail national-socialiste à partir de 1931.

Hierl s'opposait par principe aux institutions, associations et initiatives du service de travail volontaire. Pour lui le service du travail national socialiste devait être un service obligatoire pour tous les jeunes, conformément à sa devise de l'accord consistant en « enseignement obligatoire - service de travail obligatoire - service militaire obligatoire ». Les gouvernements de la République de Weimar ont repoussé l'idée d'un service de travail obligatoire. C'est la raison pour laquelle les efforts des leaders du NSDAP aux niveaux régionaux et nationaux étaient de fonder un service de travail national socialiste destiné aux volontaires, initiative qui a réussi; par ces efforts ce service faisait suite à de forts souhaits de jeunes électeurs nazis qui voulaient participer à ces campements de service de travail. Une des associations les plus importantes était le VzU « Verein zur Umschulung » (association de reconversion), agissant dans de nombreuses parties de l'Allemagne. Konstantin Hierl par contre n'avait guère d'influence sur la création de ces initiatives aux dénominations très diverses.

Après que Hitler eut été nommé Chancelier du Reich, Hierl a été nommé secrétaire d'État et "Reichsarbeitsführer (Chef du travail du Reich) et à partir du 31 mars 1933 il était sous les ordres du ministère du Reich au Travail. Avec effet au 3 juillet 1934 le RAD était sous les ordres du ministère du Reich à l'Intérieur. À partir de 1935 le journal « Der Arbeitsmann » (L’homme ouvrier) était l'organe officiel du RAD.

Franz Seldte, anciennement leader de l'association Stahlhelm est devenu ministre de travail du Reich du cabinet Hitler. Au mois d'août 1933 il est devenu Obergruppenführer (chef de groupe supérieur) de la SA et plus tard Reichskommissar (commissaire du Reich) pour le service de travail du Reich.

La base juridique pour l'introduction du service obligatoire était une loi sur le service de travail du Reich, édictée par le gouvernement du Reich le 26 juin 1935. Le § 1 disait :

« Le Reichsarbeitsdienst est un service d'honneur pour le peuple allemand. Tous les jeunes allemands des deux sexes sont obligés de servir leur peuple dans le Reichsarbeitsdienst. Le Reichsarbeitsdienst a pour but d'éduquer la jeunesse allemande dans l'esprit du national-socialisme pour qu'ils cherchent la communauté du peuple et trouvent la vraie idée de travail, surtout le respect dû au travail manuel. Le Reichsarbeitsdienst s'occupe de travaux d'utilité publique.»

En outre il disait que tous les hommes entre 18 et 25 ans devaient effectuer leur service pour une durée de six mois. Ce service précédait le service militaire qui durait deux ans. Pendant la Seconde Guerre mondiale on a raccourci cette durée et à la fin ce n'étaient que six semaines, dont on profitait uniquement pour l'éducation militaire.

À partir du 4 septembre 1939 le service obligatoire concernait également la population féminine. Un peu plus tard il y avait environ 100 000 « Arbeitsmaiden » (filles ouvrières) qui travaillaient pour le Reichsarbeitsdienst. Avec l'Anschluss de l’Autriche en 1938 les autrichiens étaient également astreints à l'Arbeitsdienst.

Seulement ceux qui avaient effectué leur Arbeitsdienst pouvaient être admis à l'Université. Les postulants à l'Université qui étaient jugés incapables d'effectuer l'Arbeitsdienst devaient faire un « Studentischer Ausgleichsdienst » (service de péréquation d'étudiants). Ce service était une organisation de la direction du Reich des étudiants.

Uniformes[modifier | modifier le code]

Ceux qui effectuaient leur service portaient soit des habits paramilitaires soit des uniformes avec brassards. La couleur choisie pour les hommes et les femmes était brun terre. L’uniforme a été introduit au début de 1934. Les membres masculins du RAD devaient porter la bande de bras à la manche gauche de l’uniforme, en dessous de la bêche avec la désignation de la fonction. Il s’agissait d’une croix gammée classique. On dit[Qui ?] que Hierl s’opposait fermement à l’introduction de la croix gammée et que Hitler l’avait pratiquement contourné en donnant au RAD une indépendance relative dans le ministère de l’Intérieur. Pendant la guerre il y avait des brassards spéciaux en plus pour des unités spécialisées comme « correspondant de guerre », « patrouille » etc. Il y avait aussi des brassards pour les divisions Emsland et les divisions de l’Ostwall (est) et de la ligne Siegfried (ouest) ainsi que d'autres pour les hommes du RAD qui participaient à des opérations militaires directes sur le front pendant le « Russland-Feldzug » (campagne de Russie) avec les noms de batailles.

Les membres féminins du RAD ne portaient pas de bande de bras, officiellement. Il en fût cependant créées, dans quelques régions d’Allemagne, pour des actions spéciales mais elles ne s’implantèrent pas de manière unitaire. La mention sur le brassard indiquait la fonction de la personne recrutée, par exemple « RAD- Kriegshilfsdienst » (service auxiliaire de guerre), « KHD-Straßenbahn » (service auxiliaire de guerre/tram) etc.

Drapeau du Reichsarbeitsführer, le chef du RAD[modifier | modifier le code]

Le Reichsarbeitsführer (Konstantin Hierl) disposait, comme l'ensemble des dirigeants d'organisation de masse nazies, d'un drapeau propre à sa fonction. Ce drapeau reprend le drapeau de service du RAD mais comporte avec l'aigle du NSDAP dans les quatre coins, sur le modèle des drapeaux personnels de Hitler et de Himmler.

Service de la jeunesse masculine dans le RAD[modifier | modifier le code]

Défilé de membres du RAD vers 1940

Les tâches du RAD étaient nombreuses. Avant la guerre il s'agissait surtout de travaux forestiers, de culture ainsi que de la construction de digues, des travaux de drainage et des activités dans l'agriculture. Un accent important, même s'il s'est révélé peu productif, a été l'entrée en action dans l'Emsland pour défricher les vastes étendues de lande et de marais. Ils participaient à la construction des Reichsautobahnen (autoroutes du Reich), par exemple dans la région de Francfort-sur-le-Main. Mais il y avait des travaux de défrichage à plusieurs endroits en Allemagne. De même on participait à la construction d'ouvrages militaires comme le Westwall (Mur occidental) et le Ostwall (Mur oriental).

Pendant la guerre on enrôlait le RAD de plus en plus pour des constructions importantes pour la guerre dans l'environnement des troupes au combat. À partir de 1942 les hommes de la classe 1924 avaient leur place directement derrière le front de l'Est, où ils construisaient des installations militaires, des voies et des ponts. Ils rencontraient l'ennemi et il y avait des pertes. Par exemple, lors des batailles autour de Rshew des hommes ouvriers des divisions du Arbeitsgau VIII Brandenburg et Schlesien X se sont défendu à la manière de l'infanterie pendant plusieurs jours contre des attaques russes. En octobre 1942, après l'écoulement du service obligatoire de six mois du RAD les équipes engagées dans les territoires occupés de l'Union Soviétique ont été adoptées presque complètement dans des Feldausbildungsregimenter (ou régiments de formation) de l'armée (là-bas avait lieu la "Rekrutenausbildung (formation des recrues) dans la Russie occupée qui normalement se déroulait dans le pays d'origine ; comme ça on n'était pas obligé de transporter les nouvelles recrues de retour en Allemagne et en même temps on pouvait les engager contre les Partisanenverbände (association de partisans). Les leaders du RAD, par contre, rentraient dans le Reich. À partir de 1943 il n'y avait plus de membres du RAD enrôlés à l'est.

À partir de 1943 des batteries de canons antiaériens indépendantes ont été constituées à l'ouest et dans la patrie. Les équipes subissaient une formation sur les canons antiaériens auprès de la Luftwaffe et en uniforme RAD s'occupaient des pièces d'artillerie de Hollande jusqu'en France. D'autres divisions construisaient des petits bunkers et des abattis sur les plages de la Méditerranée et de l'Atlantique, avec l'organisation Todt. Beaucoup de divisions faisaient des travaux de défrichage pour la production d'armement déplacée dans le territoire du Reich.

Service de la jeunesse féminine dans le RAD[modifier | modifier le code]

Le cas des Alsaciens-Mosellans[modifier | modifier le code]

L'Alsace-Moselle annexé à l'Allemagne nazi fait des Alsaciens-Mosellans des citoyens de plein droits et devoirs. Ainsi entre 1941 et 1944 les Alsaciens-Mosellans sont incorporés au Reicharbeitsdienst (RAD) pour une durée de cinq mois effectué généralement dans des fermes et au Kriegshilfsdienst (KHD) effectué dans la foulée pendant sept mois ou plus dans les usines d'armement, des hôpitaux ou des services auxiliaires de la Wehrmacht. Ces incorporés de force bénéficient après guerre du statut de Malgré-nous. Une convention d'indemnisation signée le 17 juillet 2008 entre le secrétaire d'État aux anciens combattants Jean-Marie Bockel et André Bord, président de la Fondation entente franco-allemande a permis de reconnaître les « Malgré-elles » incorporés de force au RAD et à la KHD, soit 15 000 femmes des classes 1923, 1924 et 1926. Les jeunes hommes étaient généralement incorporés de force directement à la Wehrmacht voire à la SS et majoritairement envoyés en première ligne sur le Front de l'Est.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Benz, Wolfgang: Vom Freiwilligen Arbeitsdienst zur Arbeitsdienstpflicht. In: Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte 16 (1968) 4, 317-346.
  • (de) Drewes, Rainer, Arbeitsdienst im emsländischen Moor. Eine Vision, ihr Missbrauch und ihr Ende: Zu Jugendbüchern von Peter Martin Lampel (1932) und Heinz Ludwig Renz (1938), in: Jahrbuch des Emsländischen Heimatbundes Bd. 52/2006, Sögel 2005, S. 177-193.
  • (de) Dudek, Peter, Erziehung durch Arbeit. Arbeitslagerbewegung und freiwilliger Arbeitsdienst 1920-1935. Opladen, 1988.
  • (de) Gerlich, Hubert, „Die neue Provinz des Führers“ – Der Reichsarbeitsdienst im Emsland (1935-1938), in: Jahrbuch des Emsländischen Heimatbundes Bd. 53/2007, Sögel 2006, S. 98-114.
  • (de) Jonas, Michael: Zur Verherrlichung preußischer Geschichte als Element der geistigen Kriegsvorbereitung 1933-1945 in Deutschland. Organisationsspezifisch dargestellt am Erziehungssystem des Reichsarbeitsdienstes. Potsdam, 1992.
  • (de) Hamacher, Josef, Freiwilliger Arbeitsdienst und Reichsarbeitsdienst im Altkreis Meppen, in: Jahrbuch des Emsländischen Heimatbundes Bd. 48/2002, Sögel 2001, S. 273-306.
  • (de) Hansen, Michael: "Idealisten" und "gescheiterte Existenzen". Das Führerkorps des Reichsarbeitsdienstes. Universität Trier, 2004.
  • (de) Kleene, Heinz, Der Freiwillige Arbeitsdienst (FAD) im Emsland, in: Jahrbuch des Emsländischen Heimatbundes Bd. 48/2002, Sögel 2001, S. 307-330.
  • (de) Köhler, Henning: Arbeitsdienst in Deutschland. Pläne und Verwirklichungsformen bis zur Einführung der Arbeitsdienstpflicht im Jahre 1935 (Schriften zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte; Bd. 10). Berlin, 1967.
  • (de) Kiran Klaus Patel: Soldaten der Arbeit. Arbeitsdienste in Deutschland und den USA, 1933-1945, Verlag Vandenhoeck & Ruprecht, Göttingen 2003, 459 S. ISBN 3-525-35138-0. (Engl: Soldiers of Labor. Labor Service in Nazi Germany and New Deal America, 1933-1945, Cambridge University Press, New York 2005, ISBN 0-521-83416-3). Rezension von Nicole Kramer, 2005.
  • (de) Seifert, Manfred: Kulturarbeit im Reichsarbeitsdienst. Theorie und Praxis nationalsozialistischer Kulturpflege im Kontext historisch-politischer, organisatorischer und ideologischer Einflüsse (Internationale Hochschulschriften; Bd. 196). Münster, New York 1996.
  • (de) Schwenk, Reinhold: Geistige und materielle Grundlagen der Entstehung des Führerkorps im Arbeitsdienst und seine Gleichschaltung und Neuformung nach 1933. Düsseldorf 1967.

Sur les autres projets Wikimedia :