Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons
Image illustrative de l'article Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons
L'île aux Chèvres et l'île aux Hérons
Catégorie UICN III (monument naturel)[1]
Pays Drapeau du Canada Canada
Emplacement Drapeau : Québec Québec
Coordonnées 45° 25′ 25″ N 73° 34′ 41″ O / 45.423585, -73.57806445° 25′ 25″ Nord 73° 34′ 41″ Ouest / 45.423585, -73.578064  [2]
Superficie 623 ha
Création 22 septembre 1937
Administration Service canadien de la faune

Géolocalisation sur la carte : Région métropolitaine de Montréal

(Voir situation sur carte : Région métropolitaine de Montréal)
Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons

Le refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons est une aire protégée du Canada et l'un des 28 refuges d'oiseaux migrateurs située dans la province de Québec. Ce refuge située en plein cœur des rapides de Lachine protège une importante colonie de Grand Héron. Le site est reconnu comme Zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de l'île aux Hérons provient de Samuel de Champlain. Elle fut donnée en 1611 quand deux amérindiens lui rapportèrent « que avoit si grande quantité de herons, que l'air en estoit tout couvert ». Le toponyme de la plus grande île des rapides de Lachine resta inchangé jusqu'à aujourd'hui[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le refuge d'oiseaux de l'Île-aux-Hérons, d'une superficie de 623 ha, est situé dans le fleuve Saint-Laurent, entre le lac Saint-Louis et le bassin de Laprairie[1]. Il inclut les îles des Rapides-de-Lachine, le site de l'ancienne centrale hydro-électrique, à LaSalle, et le Récré-O-parc à Sainte-Catherine, le long de la Voie maritime du Saint-Laurent.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'île aux Hérons et les îles adjacentes sont concédées le 18 octobre 1672, à Zacharie Dupuy, déjà détenteur du fief de Verdun depuis 1671[3]. Dès 1673, Dupuy cède ses fiefs aux Sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, en retour du gîte pour lui-même et sa femme jusqu'à leur décès. Sieur Antoine Trottier des Ruisseaux et son fils Pierre achètent la seigneurie de l'île aux Hérons. le premier juillet 1698. Antoine Trottier donne à son fils Pierre sa moitié de la seigneurie de l'île aux Hérons pour le mariage de ce dernier le 31 octobre 1699.[réf. souhaitée]

Activités[modifier | modifier le code]

Le territoire du refuge est en majorité propriété d'Hydro-Québec. Du côté de LaSalle, le site de l'ancienne centrale hydro-électrique (1897-1931) est accessible au public. Plusieurs activités y sont organisées en collaboration avec les autorités de l'arrondissement. Il faut souligner l'apport de l'organisme Héritage-Laurentien, qui offre une excellente éducation populaire sur l'écologie des rapides de Lachine. Sur la rive sud, le Récré-O-parc Sainte-Catherine est aussi ouvert au public. Cependant, les îles des rapides de Lachine sont protégées et pratiquement inaccessible au citoyen. Seuls, d'anciens résidents, possédant des droits acquis ont accès à leurs résidences temporaires.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Registre des aires protégées au Québec: Refuge d'oiseaux migrateurs », sur Ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs,‎ 2011 (consulté le 19 juillet 2011), p. 1
  2. « Refuge d'oiseaux de l'Île aux Hérons », Toponymie du Canada, sur Ressources naturelles Canada (consulté le 19 juillet 2011)
  3. a et b « Île aux Hérons », sur Commission de Toponymie,‎ 2010 (consulté le 8 mars 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]