Red-edge

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le red-edge ou red edge est un mot d'origine anglaise, signifiant littéralement bord ou marge rouge, correspondant a une portion de spectre dans le proche infrarouge

Particularités physiques[modifier | modifier le code]

Le red-edge renvoie a la région de changement rapide de réflectance de la chlorophylle, communément appelé pic de réflectance de la chlorophylle, dans le proche infrarouge. La végétation absorbe la plupart de la lumière dans la partie visible du spectre, mais réfléchit fortement dans les longueurs d'onde supérieures a 700 nm. La différence peut être de 5 % a 50 % de réflectance entre 680 nm et 730 nm. Ceci est un avantage des plantes pour éviter les problèmes de surchauffe durant la photosynthèse.

Ce phénomène apparait dans la luminosité du feuillage en photographie infrarouge. Il est utilisé en télédétection pour suivre l'activité végétale et pourrait être utile pour détecter des organismes convertissant la lumière sur les planètes éloignées[1].

Capteurs red-edge[modifier | modifier le code]

Les particularités du red-edge sont connues depuis 20 ans, de nombreux travaux ont été menés dessus, mais son exploitation et son utilisation restent pour l'instant limités.

De nombreux cas d'imageurs aériens mesurent la réflectance dans le red-edge, notamment les capteurs hyperspectraux. Cependant, les faibles surfaces couvertes pour un cout important n'ont pas permis d'élargir l'exploitation de cette bande au-delà du champ expérimental.

En imagerie satellitale, les satellites hyperspectraux mesurent la réflectance dans cette bande, mais à une résolution spatiale trop grande (1 km) pour envisager un suivi sérieux de l'activité végétale. Depuis 2008, les satellites de la constellation RapidEye permettent de combler cette lacune avec leur résolution spatiale plus fine (5 m)[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Seager, S., Turner, E. L., Schafer, J., & Ford, E. B. (2005) ``Vegetation's Red Edge: A Possible Spectroscopic Biosignature of Extraterrestrial Plants Astrobiology, Volume 5, Issue 3, pp. 372-390. (link and preprint)
  2. The RapidEye Red Edge Band