Record d'altitude en alpinisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Dans la seconde moitié du XIXe siècle est apparue l'idée de record d'altitude en alpinisme, qui recouvre deux notions distinctes : soit le plus haut sommet gravi, soit la plus haute altitude atteinte. La course à ces deux records a battu son plein dans la première moitié du XXe siècle, pour prendre fin le 29 mai 1953 avec l'ascension du plus haut sommet du globe, l'Everest, par Edmund Hillary et Tensing Norgay.

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

XIXe siècle et avant[modifier | modifier le code]

Le Kabru (7 349 m) dont l'ascension controversée en 1883 par Graham Boss et Kaufman constitua le record d'altitude jusqu'en 1909, et celui du plus haut sommet gravi jusqu'en 1930.
  • 1874-1875 - L'altitude de 6 784 mètres est atteinte par les géographes E. C. Ryall et I. S. Pocock sur l'Abi Gamin
  • 1883 : la première expédition purement dédiée à l'alpinisme dans l'Himalaya fut menée par William Woodman Graham. Avec les Suisses Émile Boss et Ulrich Kaufman, ils atteignirent 6 920 m sur le Dunagiri(7 066 m), et revendiquèrent l'ascension de sommets connus aujourd'hui comme le Changabang (6 864 m), et le Kabru (7 349 m). La cartographie de la région était alors très médiocre, et ces ascensions furent très rapidement contestées, dans le cadre d'une controverse avec les membres du GTS ; jusqu'à récemment il fut considéré que Graham et ses compagnons avaient en fait par confusion gravi des sommets moins élevés[5]. Mais si pour le Changabang, l'arête ouest « sans grande difficulté » décrite par Graham, ne correspond pas à la raide face ouest, gravie en 1976, en 25 jours avec les techniques de big wall par Peter Boardman et Joe Tasker[6], les commentateurs récents jugent qu'il n'y a pas de raisons sérieuses de mettre en doute l'ascension du Kabru[7]. Si Graham et ses compagnons gravirent effectivement le Kabru, ils détinrent le record d'altitude jusqu'en 1909, et celui du plus haut sommet gravi jusqu'en 1930.
  • 1892 : William Martin Conway avec Matthias Zurbriggen et Charles Granville Bruce, fit une tentative sur le Conway le Baltoro Kangri dans le Karakorum et atteignirent le 25 août un sommet secondaire qu'ils nommèrent Pioneer Peak. Le baromètre indiquait une altitude de 22 600 pieds (6 900 m), que Conway arrondit à 23 000 pieds (au-dessus de 7 000 m)[8]. Cependant le Pioneer Peak a depuis été mesuré à seulement 6 501 m (21 322 pieds)[9].
  • 1897 : le 14 janvier Matthias Zurbriggen fit la première ascension répertorié de l'Aconcagua, point culminant de la cordillère des Andes. Avec ses 6 962 m l'Aconcagua devint le plus haut point et le plus haut sommet indiscuté[10]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • 1903 : William Hunter Workman et sa femme Fanny Bullock Workman font une tentative sur le Spantik au Karakoram, s'arrêtant à environ 1 000 pieds sous le sommet. En 1905, Workman revendique le record d'altitude avec 23 964 pieds (7 309 m), rejetant l'ascension de Graham[11]. Le Spantik culmine en fait à seulement 7027 m.
  • Juillet 1905 : lors d'une tentative sur le Gurla Mandhata, Tom George Longstaff atteint une altitude estimée selon les auteurs entre 7 000 m (23 000 pieds)[12] et 7300 m (24000 pieds)[13], mais dans tous les cas supérieure à celle de l'Aconcagua.
  • 1907 : Longstaff retourne en Himalaya avec pour objectif la Nanda Devi, mais incapable de pénétrer dans le « sanctuaire », il se tourne vers le Trisul qu'il atteint le 12 juin avec les guides Alexis Brocherel et Henri Brocherel[10]. Avec ses 7 120 m (23 360 pieds) le Trisul devint le plus haut sommet gravi et incontesté[14].
  • 1909 : après avoir échoué au K2, l'expédition au Karakorum de Louis-Amédée de Savoie fit une tentative sur le Chogolisa, où ils atteignirent environ 7 500 m avant de renoncer à 150 m du sommet à cause du mauvais temps[15].
La face Nord de l'Everest, que tentèrent les expéditions britanniques des années 1920-1930
  • 1922 : expédition britannique à l'Everest
  • 1924 : nouvelle expédition britannique. Le 4 juin, Edward Norton, sans oxygène atteint 8 572 m dans le grand couloir (28 126 pieds), son compagnon Howard Somervell ayant renoncé un peu plus bas[18]. Ce record d'altitude ne fut pas dépassé avec certitude avant les années 1950, et avant 1978 sans oxygène. Trois jours plus tard George Mallory et Andrew Irvine disparurent lors de leur tentative. Il a été fort débattu pour savoir s'il avait pu dépasser l'altitude atteinte par Norton, voire le sommet, mais aucune preuve n'a pu être apportée.
Annapurna
Les pentes supérieures de l'Everest. l'arête Sud-Est empruntée par les expéditions dans les années 1950, et le sommet Sud sont à droite du sommet principal
  • 26 mai 1952 : Raymond Lambert, de l'expédition suisse et Tenzing Norgay atteignent environ 8 600 m sur l'arête Sud-Est de l'Everest, battant le record d'altitude des britanniques en face nord
  • 26 mai 1953 : Tom Bourdillon et Charles Evans atteignent le sommet sud de l'Everest à 8 760 m, établissant un nouveau record d'altitude, et même un record de sommet, si on considère cette antécime comme un sommet à part entière[22].
  • 29 mai 1953 : Edmund Hillary et Tenzing Norgay atteignent les 8 848 m du sommet établissant de manière définitive le record d'altitude en alpinisme[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvain Jouty et Hubert Odier, Dictionnaire de la montagne, Paris, Place des éditeurs,‎ 2009, 883 p. (ISBN 9782258082205), Fuji (mont)
  2. Richard Sale et John Cleare, Climbing the World's 14 Highest Mountains : The History of the 8,000-Meter Peaks, Mountaineers Books, 2000, p.21
  3. a et b Sale and Cleare, p. 22
  4. Harish Kapadia, Across peaks & passes in Himachal Pradesh, Indus Publishing, 1999, p.132
  5. Kenneth Mason Abode of the Snow, Rupert Hart-Davis, 1955 (réimpr. Diadem books, 1987), pp. 93-94
  6. Joe Tasker « Changabang, West Wall  » American Alpine Journal 21-51, 1977, pp. 248–249
  7. Walt Unsworth Hold the Heights : The Foundations of Mountaineering, Penguin Books, 1994, p. 232-236 - Willy Blaser et Glyn Hughes « Kabru 1883 - A Reassessment », The Alpine Journal, 2009
  8. William Martin Conway Climbing and exploration in the Karakoram Himalayas, 1894, réed. Indus Publishing, 2001, pp. 354-355
  9. Jim CurranK2: The Story of the Savage Mountain, Hodder & Stoughton, 1995, p. 50
  10. a, b et c Sale and Cleare, p. 24
  11. William Hunter Workman « Some Obstacles to Himalayan Mountaineering and the History of a Record Ascent », Alpine Journal XXI August 1905, p. 506
  12. Jill Neate, High Asia : An Illustrated History of the 7,000 Metre Peaks, Mountaineers Books,‎ 1990
  13. Mason, p. 115
  14. Mason, p. 117
  15. Curran p. 70
  16. Walt Unsworth, Everest - The Mountaineering History, Bâton Wicks,‎ 2000, 84–90 p.
  17. Unsworth (2000), pp. 91-95
  18. Unsworth (2000), pp. 120-122
  19. Smythe, Frank S (23 June 1930). "The Conquest of Jonsong". The Times (London)
  20. Sale and Cleare, pp. 24-25
  21. Sale and Cleare, p. 25
  22. Unsworth (2000), p. 329
  23. Unsworth (2000), pp. 334-337

Lien externe[modifier | modifier le code]