Raymonde Delaunois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raymonde Delaunois, née le 12 octobre 1885 à Paris 10e et morte le 29 août 1984 à Corbeil[1], était une chanteuse d'opéra mezzo soprano belge.

Raymonde Delaunois 1.jpg

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Née de mère célibataire, Raymonde passa sa jeunesse à Frameries près de Mons. Comme elle avait chanté avec succès lors d’une distribution de prix, ses professeurs lui conseillèrent de suivre des cours. De 1900 à 1902 elle apprit le chant et le piano au Conservatoire royal de Mons auprès du professeur Achille Tondeur (1856-1915) et ensuite au Conservatoire royal de Bruxelles auprès du ténor Désiré Demest (1864-1932).

Le 14 août 1909 elle épousa Louis Thomas (Perpignan 1885 - Bruxelles 1962), homme de lettres.

Debussy[modifier | modifier le code]

À peine installé à Paris, le jeune couple se retrouva dans le premier cénacle parisien qui, chez Laloy, promouvait la musique de Debussy. Par le truchement de la Société des dilettantes, qu’il venait de fonder, Thomas organisa un concert, le 2 décembre 1909, consacré à des œuvres de Claude Debussy. Les deux interprètes étaient le pianiste Ennemond Trillat et Raymonde Delaunois. De nombreux autres concerts suivirent.

Raymonde Delaunois se fit bientôt entendre en dehors de Paris. Elle se rendit à Bruxelles, où elle fut la première à interpréter Les Chansons de Bilitis. Elle se rendit ensuite dans les grandes villes de l'Europe continentale et se produisit aux opéras de Prague et de Budapest, incarnant le rôle principal dans Carmen et Mignon.

Au Metropolitan Opera à New York[modifier | modifier le code]

L’année 1914 signifia un tournant important dans la carrière de Raymonde Delaunois. Elle fut engagée par le Metropolitan Opera de New York et parvint à quitter l’Europe. Au Met, elle retrouvait une ambiance très européenne, puisque le directeur en était Giulio Gatti Casazza (1869-1940), ancien directeur de la Scala et le chef d’orchestre attitré Arturo Toscanini (1867-1957), tandis que Enrico Caruso (1873-1921) et Fédor Chaliapine (1873-1938), ensuite Beniamino Gigli (1890-1957) y tenaient les grands rôles masculins.

La mezzo soprano Delaunois débuta dans les petits rôles :

Puis vinrent les rôles plus importants :

Elle joua des premiers rôles dans plusieurs créations du Met, comme :

On remarquera que les prestations de Raymonde Delaunois n’incluaient que peu de pièces du grand répertoire, mais des œuvres en majorité nouvelles, qui pouvaient être caractérisées comme difficiles. Travailler au Met signifiait également participer chaque année aux tournées qui étaient organisées dans les grandes villes des États-Unis.

Retour en Europe[modifier | modifier le code]

Raymonde Delaunois n’atteignit pas la stature de grande diva et se maintint dans le groupe honorable des cantatrices appréciées, sans accéder au tout premier rang. Les grandes stars féminines du Met à l’époque étaient Géraldine Farrar (1882-1967) et Rosa Ponselle (1897-1981).

Toutefois, auréolée par ses succès américains, Delaunois fut invitée en 1921 à l’Opéra-Comique de Paris où elle reprit les rôles dans lesquels elle avait naguère brillé : Carmen et Mignon. Déjà en 1919 elle avait interprété le rôle de Clairette, dans La Fille de madame Angot, de Charles Lecocq au théâtre de la Gaîté-Lyrique.

Fin 1926, son contrat terminé après douze saisons au Met, où elle avait joué 32 rôles au cours de 315 représentations, Raymonde Delaunois revint définitivement en France, où elle poursuivit sa carrière sur plusieurs scènes. Elle chanta une dernière fois publiquement en 1943. Quand vint l’âge de la retraite, elle continua à donner des cours de chant et de piano.

Habitant continuellement à Paris, rue Vaneau, elle déménagea en 1982 vers une maison de retraite à Corbeil, où elle mourut le 29 août 1984, presque centenaire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne, mairie du 10e arrondissement, acte de naissance n° 4560, année 1885, avec mention marginale du décès

Bibliographie[modifier | modifier le code]