Raymond du Puy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Raymond du Puy, né en 1080 et mort entre 1158 et 1160, est un chevalier français, second supérieur de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem de 1123 à 1158/1160.

Raimond Dupui, gravure par Laurent Cars, c. 1725

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la famille noble du Puy (en occitant Del Puech), dont les auteurs se disputent l'origine en la plaçant soit en Dauphiné et sur terre de Montbrun près de Valence, soit en Auvergne, soit encore en Languedoc.

Selon la première hypothèse, il serait le troisième fils de Hugues du Puy qui prit la croix en 1096 avec ses 3 fils et fut en Terre sainte un vaillant capitaine.

Raymond du Puy fut officiellement le second supérieur de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem[1]. Il succéda en 1121 à Pierre-Gérard de Martigues, fondateur de la congrégation de l'Hôpital, après un ou deux intérims de Pierre de Barcelone et Frère Roger. Il donna à la congrégation ses premiers statuts[2] et dont l'« approbation par le pape Eugène III au milieu du XIIe siècle qui permettent de dire que, alors et alors seulement, l'Hôpital est devenu un ordre[3]  »

Raymond du Puy développa également la militarisation de l'Ordre (devenu « en droit » un ordre religieux-militaire qu'en 1182 par les statuts de Roger de Moulins, 8ème supérieur de l'ordre[4]). C'est sous sa maîtrise que l'Hôpital reçu ses premières concessions de châteaux (Bethgibelin en 1136 et le Krak des chevaliers en 1142/1144)[5] ; que l'institution engagea ses premiers mercenaires vers 1139[6] ; que « l'ordre s'engage dans des opérations militaires par les combattants qu'il fournit, mercenaires ou vassaux »[5] vers 1150 (au cours du siège d’Ascalon en 1153 d’après Alan Forey voire à Banyase en 1157 ou lors de la coalition contre Alep en 1159).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. B. Galimard Flavigny (2006) p. 317-319
  2. Eugène Harot, Essai d'armorial des Grands-Maîtres de l'Ordre de Saint Jean de Jérusalem, Rome, Collegio Araldico, 1911 (disponible sur Wikisource).
  3. Alain Demurger (2013) p. 61
  4. Alain Demurger (2013) p. 103
  5. a et b Alain Demurger (2013) p. 97
  6. (la) Innocent II, Quam amabilis Deo,‎ 1139/1143

Sources bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • (fr) Alain Demurger, Les Hospitaliers, de Jérusalem à Rhodes, 1050-1317, Tallandier, 2013
  • (fr) Bertrand Galimard Flavigny (2006) Histoire de l'ordre de Malte, Perrin, Paris