Raymond Saint-Pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Pierre.

Raymond Saint-Pierre est un journaliste canadien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il commence sa carrière à l'âge de 16 ans à la station CKBS, à Saint-Hyacinthe. C'est d'ailleurs au Séminaire de Saint-Hyacinthe qu'il fit ses études secondaires. Après un an de droit à l'Université McGill, il décide, sur un coup de tête, de partir étudier le théâtre à Aix-en-Provence, en France. Il avait déjà tâté les planches avec son ami Marc Messier. Dans son mémoire de maîtrise, il s'amuse à adapter, pour la télévision, le roman de Roch Carrier, La Guerre, yes sir! C'est aussi en France qu'il rencontre Sylviane Tramier, une future journaliste et qui deviendra sa compagne.

De retour à Montréal en 1973, il entre à CKAC. Deux ans après son arrivée, il est promu directeur de l'information, poste qu'il occupe pendant trois ans. Il négociera au téléphone, de chez lui et un samedi matin, le seul débat qui ait jamais opposé René Lévesque et Robert Bourassa. En 1978, à 30 ans, Raymond Saint-Pierre part en Martinique en se promettant d'y passer un an afin de réfléchir à son avenir. Il n'y passera que trois semaines : Radio-Canada l'embauche. Il ne travaillera toutefois que deux ans dans la salle de rédaction de Montréal. En 1980, il obtient le poste de correspondant à Washington. Par la suite, il occupe successivement les postes de correspondant à Londres puis à Paris.

De retour en 1992 à Montréal pour Le Point, il continue néanmoins à couvrir les événements à l'étranger comme envoyé spécial en Algérie, au Rwanda, au Zaïre, en Afghanistan et en Angola où la guerre civile et le ravage des mines antipersonnel le marquent beaucoup. En 1996, Raymond Saint-Pierre reprend le collier de correspondant en obtenant le poste à Beijing. Il y restera jusqu'en 2001 lorsqu'il revient au pays pour animer Montréal ce soir. Ses éternelles lunettes rondes y deviendront d'ailleurs sa marque de commerce.

À Zone libre depuis deux ans, il a notamment réalisé une interview avec l'ex-président américain Bill Clinton en 2004.